Accès rapide :

Présentation du Bangladesh

Présentation

Données générales

Nom officiel : République Populaire du Bangladesh
Nature du régime : République parlementaire
Chef de l’Etat : M. Abdul Hamid
Chef du Gouvernement : Mme Sheikh Hasina Wajed

Données géographiques

Superficie : 144 000 km²
Capitale : Dacca (environ 14,25 M.hab.)
Villes principales : Chittagong (4,8 M.hab.), Khulna (1,6 M.hab).
Langue officielle : le bengali (ou bangla). L’ourdou, le sylhetti et l’hindi sont aussi parlés par une partie de la population.
Autre langue courante : l’anglais
Monnaie : Bangladesh Taka (BDTk), divisé en 100 paisa - 1 EUR = 106 BDTk en décembre 2013
Fêtes nationales : 26 mars (fête de l’Indépendance), 16 décembre (fête de la Victoire)

Données démographiques

Population : 154,7 M.hab (2012)
Densité : 1 059 habitants/km²
Croissance démographique : + 1,2 % par an (2011)
Espérance de vie à la naissance : 69 ans (2012)
Taux d’alphabétisation : 56,8 % (2010)
Religion(s) : Islam sunnite d’école hanafite (89,7%), hindouisme (9,2%). Présence faible d’animistes, de chrétiens, de bouddhistes. L’Islam est religion d’Etat.
Indice de développement humain : 146ème position sur 186 pays (2012)

Sources : Banque mondiale, PNUD, FMI, Ambassade de France au Bangladesh

Données économiques

PIB en dollars courants (2012) : 115,6 Md USD
PIB par habitant (2012) : 2 070 USD / habitant (PPA)

Taux de croissance (2012) : 6,3 %
Taux de chômage (2012) : 5 %
Taux d’inflation (2012) : 8,7 %

Solde budgétaire (2012) : -4,8 % du PIB
Balance commerciale (2012) : -7,7 Md USD (-6,7 % du PIB)

Principaux clients (2012) : les Etats-Unis (16,7 %), l’Allemagne (12,5 %), le Royaume-Uni (8,4 %), la France (5 %)
Principaux fournisseurs (2012) : la Chine (18 %), l’Inde (12,3 %), l’Union européenne (5,3%)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2011) :

  • agriculture : 18,6 %
  • industrie : 28,5 %
  • services : 53 %

Exportations de la France vers le Bangladesh (2012) : 103 MEUR
Importations françaises depuis le Bangladesh (2012) : 1,38 Md EUR

Sources : DGTPE, FMI, Banque mondiale
Pour en savoir plus : site de la Direction générale du Trésor

Consulat de France : Dacca (rubrique Services Consulaires du site de l’ambassade)
Communauté française au Bangladesh : 233 Français inscrits au registre mondial (décembre 2012)
Communauté bangladaise en France : environ 9 000 personnes


Politique intérieure

Depuis 1990, le Bangladesh vit sous un régime de démocratie parlementaire dans lequel deux partis, le Bangladesh Nationalist Party (BNP) et l’Awami League (AL), se succèdent au pouvoir, dans le cadre d’un mode de scrutin uninominal à un tour (gouvernements BNP en 1991-1996, AL en 1996-2001, BNP jusqu’en janvier 2007, AL depuis janvier 2009). Le Parlement monocaméral appelé le « Jatya Sangsad » compte 350 sièges, dont 50 sont réservés aux femmes. La législature dure cinq ans.

L’Awami League, aujourd’hui présidée par Sheikh Hasina, est à l’origine du mouvement qui a conduit le pays vers l’indépendance en 1971, sous la houlette de Sheikh Mujib Ur-Rahman. Le BNP est dirigé par Khaleda Zia, la veuve du général Zia Ur-Rahman, fondateur du parti au pouvoir de 1976 à 1981. Le Jamaat-e-Islami (JEI), parti radical islamiste, a formé une coalition avec le BNP au pouvoir de 2001 à 2006.

Son activité est menacée depuis l’ouverture à Dacca de deux « tribunaux internationaux pour crimes de guerre » (ICT) en 2010 et 2012, visant à juger les crimes commis durant les combats pour l’indépendance en 1971. La condamnation à mort de plusieurs dirigeants du JEI en 2013 a provoqué de violentes manifestations dans l’ensemble du pays.

Les dernières élections législatives, en décembre 2008, ont été remportées par l’Awami League. Les prochaines élections législatives doivent se tenir le 5 janvier 2014. Pour protester contre la suppression du système de gouvernement intérimaire, mis en place en 1996 pour organiser de manière indépendante les élections générales, le BNP a décidé de boycotter le scrutin.


Situation économique

Le Bangladesh s’est fixé l’objectif de quitter d’ici 2021 le groupe des Pays les Moins avancés pour rejoindre les Pays à Revenu intermédiaire. Le dynamisme de son économie (croissance de 6,3% en 2012, 6,7% en 2011) s’explique par un secteur privé entreprenant et une main d’œuvre à bas coût, doublés d’un système européen d’avantages commerciaux attractif pour les investisseurs étrangers.

Le Bangladesh est le 4ème producteur mondial de produits d’habillement. Malgré le ralentissement économique de ses principaux pays clients, la filière textile reste dynamique. L’économie bangladaise présente cependant de fortes vulnérabilités structurelles externes : concentration géographique des exportations (75% vers l’Union européenne et les États-Unis) et importance des transferts des migrants (11% du PIB).

Le 24 avril 2013, l’effondrement d’un immeuble abritant cinq ateliers de confection à Savar (Rana Plazza) a provoqué la mort de plus d’un millier de personnes et mis en lumière les conditions de travail très difficiles des ouvriers bangladais du secteur textile.

En 2010 les principaux bailleurs de fonds du Bangladesh étaient le Royaume-Uni (228 MUSD, 16% de l’aide totale), l’Union européenne (189 MUSD, 13%), les Etats-Unis (125 MUSD, 8,8%) et la Banque mondiale (110 MUSD, 7,8%). La stratégie 2011-2014 de la Banque mondiale prévoit une enveloppe de 6,1 Md USD et le programme 2011-2015 de la Banque asiatique de Développement 4,5 Md USD.

Davantage d’informations sur le site de la Direction générale du Trésor


Politique extérieure

La politique étrangère du gouvernement bangladais donne la priorité au développement économique. Le Bangladesh s’attache à défendre les intérêts des PMA, notamment au sein de l’ONU et de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Dacca entend également porter la voix des pays les plus menacés par le réchauffement climatique. Le pays soutient fortement la coopération régionale dans le sous-continent indien, et le développement des échanges avec la Chine et l’Asie du Sud-Est.

Les relations entre l’Inde et le Bangladesh, malgré des différends anciens, sont marquée par un rapprochement récent. La visite du Premier ministre indien à Dacca en 2011 a permis de mettre un terme aux conflits frontaliers qui opposaient les deux pays depuis 1971. Mais des différends subsistent sur le partage des eaux du fleuve Teesta et le transit des marchandises indiennes par le Bangladesh.

Le Bangladesh a été à l’origine de la création en 1985 de l’Association des Pays d’Asie du Sud pour la Coopération régionale (SAARC). La SAARC a mis en place un accord de libre échange en Asie en Sud (SAFTA) entré en vigueur le 1er janvier 2006, ainsi qu’une coopération renforcée contre le terrorisme.

En 1997 a été lancée une organisation régionale de coopération regroupant le Bangladesh, l’Inde, la Birmanie, Sri Lanka et la Thaïlande (BIMST-EC), à laquelle le Népal et le Bhoutan ont adhéré en 2003. Le Bangladesh est membre depuis janvier 2000 de l’Association des Pays riverains de l’Océan Indien pour la Coopération régionale (IOR/ARC). Depuis 2005, Dacca est membre du Forum Régional de l’Association des Etats d’Asie du Sud-Est (ASEAN). Quatrième pays musulman du monde, le Bangladesh est un membre éminent de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI).


Mise à jour : 30.12.13

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014