Accès rapide :

La médaille d’honneur des Affaires étrangères

Un peu d’histoire

Les premières médailles d’honneur pour actes de courage et de dévouement ont été décernées sous Louis XIV. Sous la Restauration, une décision de Louis XVIII du 2 mars 1820 autorise le ministre de la marine à décerner des médailles aux marins qui se signaleraient par leur dévouement pour sauver les personnes ou les biens exposés à périr dans les flots.

Une circulaire ministérielle du 31 janvier 1833 confère le droit de décerner cette médaille à trois ministères :

- La Marine, pour les marins de l’Etat.

- L’Intérieur, pour les civils sur proposition des préfets, et pour les militaires sur proposition du ministère de la guerre.

- Les Travaux publics, pour les ouvriers des mines, carrières et ports maritimes.

Instituée sous la IIIe République par décret du Président de la République du 6 juillet 1887, la médaille d’honneur des Affaires étrangères étend, pour ainsi dire, le champ d’attribution de ces médailles pour actes de courage et de dévouement aux actes accomplis à l’étranger.

Aujourd’hui, des médailles d’honneur pour actes de courage et de dévouement instituées sous la restauration subsistent en particulier :

- La médaille d’honneur pour Actes de courage et de dévouement décernée par le ministère de l’Intérieur

- La médaille d’honneur des Marins du commerce décernée par les services de la Marine Marchande.

Rareté du ruban tricolore

Fait pouvant surprendre de prime abord, le ruban tricolore de la médaille d’honneur des Affaires étrangères est pratiquement le seul ruban de décoration à reproduire à l’identique les couleurs du drapeau national : en effet, tous les rubans des autres médailles ont soit des couleurs différentes, soit reprennent les couleurs nationales mais sur cinq bandes (médaille d’honneur de la Police) ou sept (Aéronautique, Chemin de Fer….), ou sur des bandes horizontales (Travail, Marine marchande ou nationale).

En fait, le ruban tricolore est la marque originelle des médailles pour actes de Courage et de dévouement. Ainsi la médaille d’honneur des Affaires étrangères continue de partager aujourd’hui ce ruban avec la médaille d’honneur pour Actes de courage et de dévouement du ministère de l’Intérieur. Les deux médailles sont, elles, en revanche, différentes.

Quant à la médaille de la marine marchande, son ruban se distingue par des bandes horizontales, et avec une ancre marine sur la bande blanche.

La médaille d’honneur des Affaires étrangères

La médaille d’honneur des Affaires étrangères est attribuée par arrêté du ministre des Affaires étrangères, sur proposition des chefs de poste diplomatique et consulaire et de service, pour récompenser les actes de courage et de dévouement exceptionnels au service de la France et des Français à l’étranger, rendus par les fonctionnaires, militaires ou civils, français ou étrangers.
(Les candidatures sont traitées par la direction des Ressources humaines exclusivement).

La médaille peut être attribuée à titre posthume.

Elle comporte trois échelons : vermeil, argent, bronze.
Le nom du titulaire est gravé sur le revers.

La procédure d’attribution intervient plusieurs fois par an, en fonction du nombre des candidats présentés. Les candidatures sont traitées exclusivement par la direction des Ressources humaines.

Port de la médaille pour les militaires : décoration officielle, la médaille d’honneur des Affaires étrangères se porte pendante (pas de barrette), après la médaille des services militaires volontaires, et avant la médaille d’Afrique du Nord et la médaille de reconnaissance de la Nation (cf. note du Général Kelche, Grand Chancelier de la Légion d’Honneur en date du 27 septembre 2005).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014