Accès rapide :

Tribune conjointe de Laurent Fabius et William Hague dans le JDD : "Pour le droit des Palestiniens à un État" (2 décembre 2012)

L’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution accordant à la Palestine le statut d’État non membre observateur de cette organisation. Nous avons analysé les conséquences possibles de cette résolution sur le processus de paix et fait, sur cette question précise, un choix différent. Mais nous sommes unis sur l’essentiel, c’est-à-dire sur les perspectives et le besoin de paix au Moyen-Orient.

L’essentiel, c’est la reprise rapide des négociations, qui est la seule voie possible pour parvenir à un accord de paix juste et durable, créant un État palestinien souverain et viable vivant en paix et en sécurité aux côtés de l’État d’Israël. À cette fin, nous appelons l’administration américaine à se réengager rapidement en faveur du processus de paix. Comme membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et membres de l’Union européenne, la France et le Royaume-Uni apporteront un soutien total et sans réserve à ces efforts.

L’essentiel, c’est que les deux parties entrent dans ces négociations sans conditions préalables. Créer des obstacles aux négociations ne peut que retarder la paix. Les deux parties doivent, en particulier, s’abstenir de toute décision incompatible avec le dialogue et de toute mesure remettant en cause la viabilité de la solution des deux États.

L’essentiel, c’est que le dialogue se réengage sur la base de paramètres clairs. Il s’agit, notamment, de la frontière entre Israël et l’État palestinien, qui doit être basée sur les lignes de 1967 avec des échanges agréés et équivalents de territoires ; d’arrangements de sécurité solides garantissant la sécurité d’Israël à long terme sans remettre en cause la souveraineté du futur État palestinien ; d’un accord faisant de Jérusalem la capitale des deux États ; et d’une solution juste, agréée et réaliste à la question des réfugiés.

L’essentiel, c’est d’appuyer la création des institutions du futur État palestinien, de les consolider sur le terrain et de soutenir l’action menée par l’Autorité palestinienne depuis cinq ans afin d’établir un État palestinien fonctionnel - ainsi que l’ont reconnu les institutions financières internationales.

L’essentiel, c’est que notre soutien à la création d’un État palestinien aille de pair avec notre engagement sans faille en faveur de la sécurité d’Israël et de son droit à exister. Quelques jours après la crise à Gaza, nous tenons à réaffirmer qu’il n’est pas acceptable que des civils en Israël et en Palestine soient pris pour cible. La violence ne mènera qu’à davantage de violence, pas à une solution politique.

L’essentiel, c’est de travailler ensemble et de faire le maximum pour que 2013 soit une année de progrès pour la paix entre Israéliens et Palestiniens.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014