Accès rapide :

1941-2011 : 70e anniversaire du Comité national français de Londres

Le Comité national français et ses archives : Londres, Alger ; La Courneuve

Le célèbre Appel lancé le 18 juin 1940, sur les ondes de la BBC, par le général de Gaulle avait été l’acte fondateur de la France libre. La création à Londres du Comité national français (CNF, en vertu de l’ordonnance du 24 septembre 1941, signée par le Général « au nom du Peuple et de l’Empire français », marque une étape majeure vers la constitution d’un gouvernement en exil incarnant la légitimité républicaine.

Le CNF comprend, outre le Général qui en est le président, huit commissaires nationaux parmi lesquels René Pleven à l’Économie, aux Finances et aux Colonies, René Cassin à la Justice et à l’Instruction publique, et Maurice Dejean aux Affaires étrangères. L’ordonnance du 24 septembre crée en outre un Conseil de Défense de l’Empire français qui compte, parmi ses membres, le général Georges Catroux, commandant en chef au Levant.

Il s’agit donc, dès l’origine, d’un organe gouvernemental fondé sur des valeurs démocratiques, et dont la représentativité s’accroît au fur et à mesure que se nouent les liens avec la résistance intérieure. En effet, le 1er janvier 1942, Jean Moulin est nommé représentant du CNF pour la Zone libre ; il est chargé d’y coordonner les différents mouvements de la résistance intérieure au sein de ce qui devient, fin mai 1943, le Conseil national de la Résistance. Le 3 juin 1943, le Comité national français du général de Gaulle et le Commandement civil et militaire d’Alger du général Giraud sont réunis pour former le Comité français de Libération nationale (CFLN). Après un an d’existence, le 2 juin 1944, ce dernier prend le nom de Gouvernement provisoire de la République française (GPRF).


La direction des Archives du ministère des Affaires étrangères conserve, dans son bâtiment de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), près de 550 dossiers constituant les archives du CNF. Elle souhaite donc tout naturellement rappeler le souvenir de cette instance et de « ces hommes partis de rien » (René Cassin) qui en ont assumé la responsabilité, préparant ainsi les nouvelles institutions qui permettraient, à la Libération, de rétablir la légalité républicaine et de faire figurer la France parmi les vainqueurs de la Guerre.

La direction des Archives propose donc une sélection de pièces remarquables de ce riche fonds afin de les présenter au public, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, dans la galerie de la Paix de l’hôtel du Ministre.

À ce 70e anniversaire de la création du CNF est associé le centenaire de la naissance de Maurice Schumann (1911-1998). Porte-parole de la France libre en sa qualité de présentateur de l’émission Honneur et Patrie sur les ondes de Radio Londres pendant la Guerre, il fut ensuite secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1951-1954), puis ministre des Affaires étrangères (1969-1973), et enfin président de la commission des Affaires culturelles du Sénat (1986-1995).

Une sélection de documents remarquables Les vingt documents rassemblés dans cette pochette sous forme de fac-similés retracent l’histoire du Comité national français à travers les archives du ministère des Affaires étrangères. Sauf mention contraire (références 2, 5 et 9), tous ces documents sont conservés au centre des Archives diplomatiques, à La Courneuve. Ils sont librement et gratuitement consultables, sur simple présentation d’une pièce d’identité, dans la salle de lecture ouverte du lundi au vendredi, de 10h à 17h.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014
Retour en haut