Accès rapide :

Diplomatie économique et commerce extérieur

Brève

Conseil des ministres du 22 décembre 2014 - Ordonnance de fusion de l’Agence française pour les investissements internationaux et d’UBIFrance

L’agence aura pour mission d’aider les petites et moyennes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire à mieux se projeter à l’international, et d’attirer davantage d’investisseurs étrangers en France pour y créer ou y reprendre des activités créatrices d’emplois.

La diplomatie économique : une priorité politique au service du redressement économique du pays

"Le Quai d’Orsay doit être aussi, à travers toutes ses tâches, la maison des entreprises." Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, le 9 avril 2013, en clôture des Rencontres Quai d’Orsay entreprises.

Le redressement économique est la priorité du Gouvernement. Il est conditionné par un rééquilibre de la balance extérieure, et donc des résultats sur les marchés à l’international. Le ministère des Affaires étrangères, qui dispose du second réseau diplomatique au monde, peut et doit y contribuer. La diplomatie économique représente cette contribution à l’effort collectif du pays, et constitue donc une priorité essentielle du Quai d’Orsay.

La diplomatie économique française, qui est également écologique, poursuit trois objectifs principaux, qui sont complémentaires :

  • soutenir nos entreprises sur les marchés extérieurs ;
  • attirer vers notre pays des investissements étrangers créateurs d’emplois,
  • mieux adapter le cadre de régulation européen et international à nos intérêts économiques défensifs et offensifs.

La promotion des intérêts économiques de la France constitue traditionnellement l’une des missions du ministère des Affaires étrangères. Mais la diplomatie française n’a pas toujours pu adapter ses objectifs, ses moyens et son organisation pour faire de l’enjeu économique une priorité politique. Elle a donc du adapter son organisation à une compétition internationale exacerbée dans une mondialisation où le niveau d’exposition à l’international a fortement augmenté. Elle a également développé parmi ses agents diplomatiques et consulaires le "réflexe économique".

Compte tenu de l’importance et de l’urgence de redresser notre économie, en particulier notre balance commerciale, un plan d’action dédié à la diplomatie économique est mis en œuvre au Quai d’Orsay, en liaison avec les autres administrations compétentes.

Ce plan d’action pour la diplomatie économique a été présenté à l’occasion de la Conférence des Ambassadeurs dont c’était le thème central, le 27 août 2012. Le ministre des Affaires étrangères a rendu public l’état d’avancement de ce plan d’action à l’occasion d’une journée portes-ouvertes dédiée aux entreprises, les Rencontres Quai d’Orsay-entreprises le 9 avril 2013, plus grand événement jamais organisé par le Quai d’Orsay pour les entreprises (700 participants).

Le plan d’action pour la diplomatie économique comporte dix axes et autant d’exemples de réalisations, déclinant les trois objectifs précités :

Axe 1 : la Direction des entreprises et de l’économie internationale

Cette nouvelle direction a été créée le 1er mars 2013.

Sept représentants spéciaux contribuent à la dynamisation des relations économiques avec des pays clés : Algérie, Chine, Émirats arabes unis, Japon, Inde, Mexique, Russie.

Des ambassadeurs pour les régions sont nommés pour favoriser les contacts entre les régions et leurs entreprises, d’une part, et le réseau diplomatique d’autre part.

Axe 2 : une mobilisation accrue du réseau à l’étranger

Les plans d’action des ambassades doivent désormais comprendre un volet économique renforcé, précisant leurs objectifs dans ce domaine. Trente pays cibles ont été identifiés dans un premier temps.

Des conseils économiques sont mis en place dans les ambassades, qui réunissent services de l’État et entreprises.

Des volontaires internationaux en administration viendront augmenter l’effort produit par les chambres de commerce dans dix pays clés.

Une nouvelle stratégie est en cours d’élaboration en matière d’appels d’offres européens et d’organisations internationales.

Axe 3 : des déplacements du ministre à dimension économique

Le ministre s’est notamment rendu en Colombie, au Panama et au Pérou en février 2013 et en Asie centrale, en mars 2013.

Axe 4 : la promotion de l’innovation française

Les liens entre les pôles de compétitivité et le réseau sont renforcés pour soutenir leur projection sur les marchés étrangers. Dix experts techniques internationaux seront nommés au sein de "clusters" étrangers pour relayer les actions entreprises par les pôles français.

Au-delà de la veille scientifique, le réseau renforcera son action pour mieux faire connaître dans le monde les projets innovants des entreprises françaises.

Axe 5 : l’attraction des investissements étrangers en France

Les ambassades participent aux actions de recherche et de promotion des investissements étrangers en France.

Axe 6 : la mobilisation des outils d’influence

Les bourses en faveur des étudiants étrangers formés en France sont ciblées sur les pays à fort potentiel et en tenant compte des disciplines qui correspondent aux intérêts économiques français.

Le réseau culturel contribue à la valorisation de la "marque France".

Axe 7 : les visas

La politique des visas est aussi conçue comme un outil d’attractivité.

Des instructions sont données pour favoriser et simplifier les procédures d’obtention des visas de court séjour vis-à-vis de certains acteurs des relations bilatérales : hommes d’affaires et investisseurs potentiels, étudiants étrangers, touristes, etc.

Des partenariats avec les entreprises, les chambres de commerce et les universités sont noués afin de simplifier les procédures les concernant.

Axe 8 : le soutien à l’expatriation

La mise en place d’un passeport "Grand Voyageur" vise à simplifier les procédures administratives pour les milieux d’affaires :

Elle s’accompagne de la négociation de conventions internationales supplémentaires pour faciliter l’expatriation.

Parallèlement, la Maison des Français de l’étranger fournit aux Français un service public d’accompagnement à l’expatriation et à la réinsertion en France.

Axe 9 : mieux communiquer avec les entreprises

Le ministre des Affaires étrangères a reçu les entreprises à l’occasion d’une journée portes-ouvertes, les Rencontres Quai d’Orsay-entreprises le 9 avril 2013, plus grand événement jamais organisé par le Quai d’Orsay pour les entreprises (700 participants).

Axe 10 : les agents du ministère

Les modules de formation sur les enjeux économiques et commerciaux sont renforcés.

Des profils économiques sont recherchés, en particuliers des profils universitaires économiques et des profils issus d’écoles de commerce.

La présence des diplomates dans les entreprises sera encouragée et valorisée.

Mise à jour : 24.05.13

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014