Accès rapide :

Entretien de Laurent Fabius avec "TV5" - Extraits (27 avril 2014)

Sur les possibles impacts de la crise ukrainienne sur d’autres questions internationales impliquant la Russie ; cas des négociations sur le nucléaire iranien :

R - Pour le moment, il n’y a pas de confusion entre les différentes crises. Vous parliez de l’Iran. Nous discutons en ce moment avec l’Iran pour essayer de trouver une solution au problème du nucléaire iranien et nous avons d’un côté les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne, et de l’autre côté, l’Iran. Les Russes, pour le moment – j’espère que ça va durer – sont solidaires de ce que nous faisons dans le 5+1. Il n’y a donc pas de confusion.

Tunisie

Q - Vous allez rencontrer demain à Paris le Premier ministre tunisien Mehdi JOMAA, est-ce que vous trouvez que la façon dont la Tunisie est en train de régler, je dirais, son printemps arabe …le fait de manière positive ?

R - La réponse est « oui ». Je me trouvais avec mon collègue allemand avant-hier en Tunisie et le message que nous avons passé, c’est confiance et mobilisation.

Confiance parce que la Tunisie a fait un grand chemin ; il lui reste encore à décider de sa loi électorale et à voter mais, pour le reste : la Constitution est à bien des égards exemplaire ; et il y a quand même un processus de pacification.

Il faut bien sûr que sur le plan économique, sur le plan sécuritaire, il y ait encore des progrès mais confiance et mobilisation de la France et de l’Europe aux côtés de nos amis tunisiens.

Nous étions donc la semaine dernière là-bas, le Premier ministre tunisien sera lundi et mardi à Paris, il sera également ensuite reçu en Allemagne. Nous comptons énormément sur nos amis tunisiens, nous sommes à leurs côtés et d’ailleurs, c’est plutôt anecdotique, mais pour encourager les choses, j’ai dit et je le ferai que je passerai une partie de mes vacances en Tunisie. Je pense qu’il faut aussi montrer l’exemple et en plus, c’est un exemple agréable !

Algérie

Q - Qu’est-ce que vous pensez de la réélection pour un quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika ?

R - La population s’est prononcée. Je n’ai pas de commentaire particulier à faire. La France est très, très proche de l’Algérie mais c’est aux Algériens à décider de leurs affaires. Je note notamment un élément très positif, vous parliez tout à l’heure du Mali. On parlait à l’instant de la Libye. Dans toutes ces situations difficiles, l’Algérie a joué un rôle très positif en matière de sécurité.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014