Accès rapide :

Plan administration exemplaire

Plan administration exemplaire

Depuis les premiers travaux du Grenelle de l’environnement, l’exemplarité de l’Etat en matière de développement durable constitue une priorité pour le président de la République.

Elle a été formulée par la circulaire du Premier ministre du 3 décembre 2008 relative à l’exemplarité de l’Etat au regard du développement durable dans le fonctionnement de ses services et ses établissements publics.

Ce texte définit des actions communes à mettre en œuvre dans tous les ministères à travers un Plan Administration Exemplaire (PAE) portant sur les achats courants, les mesures d’éco-responsabilité et la responsabilité sociale de l’Etat (parité, égalité des chances, politique de recrutement et d’insertion des personnes handicapées et éloignées de l’emploi). Le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) en assure le suivi et le contrôle au travers d’un dispositif financier reposant sur des indicateurs spécifiques qui varient chaque année.

Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international a mis en place annuellement, à partir de 2009, son propre Plan administration exemplaire.

Réduction des rejets de CO2, bilan des consommations énergétiques, économie de papier, solutions d’impression, gestion des déchets, éclairage, sensibilisation du personnel, formations, visioconférences… sont autant de nouveaux impératifs mis en place par le ministère afin de s’inscrire dans un processus d’amélioration continue des performances des services et de diminuer son empreinte écologique.

À la suite d’une instruction du Premier ministre du 17 février, les ministères, ainsi que les opérateurs de plus de 250 agents placés sous leur tutelle, sont tenus d’élaborer un Plan administration exemplaire pour la période 2015-2020.

Bien que non-applicable au réseau diplomatique et consulaire français, le devoir d’exemplarité doit dépasser les frontières de l’Hexagone. À ce titre, certains postes ont mis en place des pratiques écoresponsables comme Copenhague, Pretoria, San José, et d’autres ont notamment procédé à la réalisation d’un bilan carbone® comme Phnom Penh, Rome et Washington D.C.

L’objectif du ministère des Affaires étrangères et du Développement international est de généraliser ces bonnes pratiques. Le projet « Ambassade verte » incite les postes à adopter des gestes et pratiques écoresponsables afin de réduire leur empreinte énergétique. La diffusion d’un guide « Ambassade verte » ainsi que la tenue d’un « Off » dans le cadre de la XXIIIe Conférence des Ambassadeurs doit permettre de sensibiliser les chefs de poste et les autres agents.

Pour le ministère, la recherche de l’exemplarité en matière de Développement durable constitue bien plus qu’une ambition, il s’agit d’une triple exigence environnementale, économique et sociale.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015