Accès rapide :

Mobiliser un réseau de partenaires interministériels

Le Centre de crise et de soutien a pour vocation de mobiliser et de coordonner l’ensemble des moyens du Quai d’Orsay et des autres administrations en cas de crise à l’étranger.

Le CDCS travaille ainsi en liaison étroite avec un réseau de partenaires ministériels : le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, le Centre de planification et de conduite des opérations du ministère de la Défense, le Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises du ministère de l’Intérieur, l’Etablissement public de préparation et de réponse aux urgences sanitaires du ministère de la Santé.

Le Centre de crise et de soutien constitue également un pôle de partenariat extrêmement actif pour tous ceux qui, à un titre ou à un autre, font face à des situations de crise hors de France : les organisations non gouvernementales (ONG), les entreprises, les collectivités territoriales, mais aussi les Français résidents ou de passage à l’étranger, leurs élus, les organismes onusiens et européens et les centres de crise étrangers.

Focus sur les partenariats interministériels dans le domaine de l’action humanitaire

Le ministère de l’Intérieur

Le CDCS et la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises du ministère de l’Intérieur (DGSCGC) - en particulier le Centre opérationnel de Gestion interministérielle des crises (COGIC) - sont amenés à collaborer régulièrement pour leurs activités de veille, d’alerte et de gestion des crises survenant à l’étranger et nécessitant la mise en place de moyens de sécurité civile.

Le 17 juin 2013, les deux institutions ont signé un protocole relatif aux modalités de coopération en matière de gestion des crises à l’étranger portant notamment sur la conduite d’opérations sur le terrain. Ce protocole a été mis en œuvre pour la première fois en novembre 2013, suite au passage du typhon Haiyan aux Philippines.

Par ailleurs, le CDCS appuie les efforts des équipes françaises de la sécurité civile auprès de l’INSARAG (groupe consultatif international de recherche et de sauvetage) afin de disposer d’unités opérationnelles certifiées par les Nations Unies, ainsi que leur action dans le cadre de l’UNDAC (système d’évaluation et de coordination des Nations Unies en cas de catastrophe) avec notamment le déploiement d’experts français. La Mission pour l’action humanitaire représente la France, aux côtés du ministère de l’Intérieur, auprès de ces deux initiatives.

Le ministère de la Santé et des Affaires sociales

Le ministère de la Santé et des Affaires sociales est aussi un partenaire privilégié du CDCS. L’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) peut en effet mobiliser des réservistes sanitaires, comme ce fut le cas dans le cadre de la lutte contre le virus Ebola. Des stocks de médicaments et de matériel médical sont aussi pré-positionnés en région parisienne. Ils couvrent les principaux risques sanitaires ainsi que les risques biologiques, chimiques ou radionucléaires.

Le ministère de la Défense

Le CDCS coopère avec le Centre de planification et de conduite des opérations du ministère de la Défense (CPCO) pour le transport de matériel humanitaire (mise à disposition de véhicules et d’aéronefs). Ce fut par exemple le cas en Haïti après le séisme qui a frappé le pays en 2010.

La collaboration avec les forces armées prévoit également des actions conjointes : dans le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie, le CDCS a financé l’association Gynécologie sans frontières pour compléter l’action du groupe médical de l’armée.

Là où les forces françaises interviennent, les équipes du CDCS, en liaison avec les ambassades, veillent à la bonne coordination des acteurs humanitaires avec les armées au titre de la gestion civilo-militaire des crises.

Mise à jour : octobre 2016

PLAN DU SITE