Accès rapide :

Le projet de Chaire UNESCO

Une Chaire UNESCO est déterminée par des critères et des thématiques prioritaires. Elle repose à la fois sur un projet (un programme d’activités, des modalités de travail, un plan de financement) et sur un réseau international d’établissements-partenaires.

I. Les critères

Les critères sont déterminés par l’UNESCO dans sa stratégie internationale et précisés par la Commission nationale.

Un projet de Chaire UNESCO doit :

1 - être proposé par une institution d’enseignement supérieur accréditée ou reconnue par les autorités compétentes (institutions et établissements publics à caractère scientifique, technique et culturel) ;

2 - avoir un système intégré d’activités de recherche, de formation, d’information et de documentation ;

3 - avoir un rayonnement international, interrégional, régional ou sous-régional et prévoir de travailler en réseau inter-universitaire ;

4 - avoir une ouverture interdisciplinaire, notamment à travers des activités conjointes avec d’autres Chaires UNESCO ;

5 - avoir identifié un responsable : ce dernier fait partie du personnel enseignant-chercheur de l’établissement de pilotage de la Chaire. Il est choisi par le Président de l’établissement en question ;

6 - être placé sous la responsabilité et l’autorité du Président ou du directeur de l’établissement qui pilote de la Chaire. Le Président est membre de droit du Conseil d’orientation de la Chaire ;

7 - avoir le financement nécessaire au fonctionnement de la Chaire et aux activités annuelles prévues ;

8 - encourager l’échange d’étudiants d’une part et de jeunes chercheurs d’autre part ;

9 - contribuer aux activités intellectuelles et de formation et à leur impact sur le développement ;

10 - travailler en partenariat avec les décideurs, la société civile, le secteur économique et les collectivités locales et rechercher leur soutien ;

11 - entrer dans le cadre des thématiques et des priorités de l’UNESCO et contribuer à la mise en œuvre des objectifs tels que définis par l’Organisation dans sa stratégie à moyen terme (2008-2013, 34 C/4) ;

12 - développer des coopérations avec l’UNESCO pour la mise en oeuvre d’activités telles que conférences, séminaires, ateliers, travail conceptuel et / ou opérationnel, vivier d’experts ;

13 - s’inscrire de préférence au niveau d’un Master de recherche ou professionnel ;

14 - être présenté à l’UNESCO par la Commission nationale française.

II. Les thématiques prioritaires

La Commission française accordera une attention particulière :

- aux dossiers qui s’inscrivent dans une perspective de développement Nord-Sud ;

- aux projets scientifiques qui ont pour objectif de favoriser le passage de la recherche fondamentale à la recherche appliquée ;

  • à ceux qui reposent sur l’articulation formation - recherche.

    Plus largement, les priorités de l’UNESCO sont les suivantes :

- les demandes des PMA, de l’Afrique, des petits pays insulaires, des pays post conflit, des 9 pays les plus peuplés ;

- celles des pays qui n’ont pas ou peu de Chaires UNESCO ;

- les projets qui répondent à des recherches prospectives dans les différents secteurs de l’UNESCO ;

- ceux qui présentent un caractère innovant de contenu pédagogique au regard des nouveaux défis et des modalités d’intervention (ex : universités ouvertes) ;

- ceux qui confient la responsabilité de la Chaire à une universitaire.

III. Montage et évaluation du dossier

Le montage d’un projet de Chaire est réalisé par l’établissement d’enseignement supérieur candidat, de concert avec la Commission française qui procède aux consultations nécessaires.

Une fois le projet validé et après engagement du Président de l’établissement candidat, la Commission française transmet officiellement le dossier à l’UNESCO.

Si ce dernier est évalué favorablement par les services de l’Organisation, un accord est établi sous les auspices de la Commission française entre le Président de l’établissement et le Directeur général de l’UNESCO.

La signature de cet accord consacre l’obtention du label d’excellence « Chaire UNESCO ».

IV. Durée d’une chaire et obligations

La durée d’une Chaire est de 4 ans.

Un compte rendu d’activités synthétique est fourni tous les 2 ans à la Commission nationale.

Le rapport d’activités demandé par l’UNESCO tous les 4 ans peut permettre, après évaluation favorable, le renouvellement de la Chaire.

Si les objectifs que la Chaire s’était fixés n’ont pas été atteints ou en cas de manquements graves aux obligations attachées à la Chaire, la Commission nationale peut à tout moment proposer à l’UNESCO de retirer le label accordé et de supprimer la Chaire. Il peut en être de même si les objectifs ont été remplis et ne justifient plus la prolongation de la mission.

V. Recommandations aux responsables de chaires

Le responsable de la chaire et son équipe

Afin de renforcer la Chaire et de contribuer à son développement, le responsable s’entoure d’une équipe.

Cette dernière, composée d’au moins 3 membres, est coordonnée par le responsable et constituée en accord avec le Président de l’établissement qui pilote la Chaire.

Développer les réseaux

1. Le réseau initial

Dans un premier temps, le réseau pourrait être organisé autour de 2 ou 3 établissements-partenaires, de préférence dans le cadre inter-régional.

2. La collaboration entre les Chaires

Les Chaires sont encouragées à étendre leur réseau vers les autres Chaires qui relèvent des mêmes champs disciplinaires.

Elles peuvent ainsi, par exemple, échanger sur les méthodologies, organiser des enseignements conjoints et des formations communes, ou encore prévoir des co-habilitations.

3. Des réseaux élargis

Les Chaires ont vocation à être des laboratoires d’idées.

Elles sont invitées à dépasser les échanges classiques et à inventer des coopérations ouvertes à différents partenariats : les entreprises, les collectivités locales et les ONG, par exemple.

Internationalisation

Les Chaires invitent des chercheurs et accueillent des étudiants de différentes régions du monde. Leur bilan bi-annuel doit être l’occasion de faire savoir les pays dont ils proviennent.

Communication et diffusion

Les Chaires sont incitées à élaborer les stratégies de communication nécessaires au renforcement des partenariats et à la diffusion de leurs travaux au plan international.

Dans cette perspective, le développement d’un site Internet est vivement recommandé. Afin d’être accessible au plus grand nombre, le site sera naturellement rédigé en français, mais il serait bon qu’il puisse être également disponible en anglais, l’autre langue de travail de l’UNESCO.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014