Accès rapide :

Commission Française pour l’UNESCO

Une nouvelle Commission nationale française pour l’UNESCO

Depuis le Conseil d’Administration de la nouvelle Commission nationale française pour l’UNESCO du 5 novembre 2014, Daniel Janicot, Conseiller d’État honoraire, ancien sous-directeur général de l’UNESCO et président du think tank ProCultura, en est le nouveau président.

Laurent Fabius avait pris l’initiative le 28 février 2013 de créer une mission de réflexion et de propositions sur la « présence et l’influence de la France au sein de l’UNESCO » et avait confié cette mission à Daniel Janicot.

Parmi les recommandations de ce rapport remis le 21 octobre 2013 figurait une refonte complète de la Commission nationale française pour l’UNESCO créée en 1946.

Constituée sous une forme associative qui lui garantit souplesse et indépendance, la Commission issue de cette réforme a pour mission de :

  • renforcer les liens entre l’UNESCO et la société civile ;
  • contribuer au développement des programmes de l’UNESCO particulièrement pertinents pour la France ;
  • renforcer la dimension de coopération intellectuelle et internationale.

Un Conseil d’administration également réformé

Par ailleurs, la réforme décidée par le ministre des Affaires étrangères a porté sur la composition du Conseil d’Administration.

David Fajolles est ainsi le secrétaire général de cette Commission, tandis que Mercedes Erra en est la vice-présidente, Jean-Michel Blanquer le trésorier et Marie Cornu la Secrétaire.

Ce nouveau Conseil d’Administration comprend les représentants des administrations concernées - ministère des Affaires étrangères et du Développement international, ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ministère de la Culture et de la Communication, ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Secrétariat d’État auprès du Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique en charge du Numérique.

A ces représentants s’ajoutent outre Philippe Lalliot, Délégué Permanent de la France auprès de l’UNESCO, Édith Arnoult-Brill, Vice-Présidente du Conseil Économique, Social et Environnemental, et douze personnalités qualifiées dans les champs de compétence de l’UNESCO : Karol Beffa, Catherine Brechignac, Barbara Cassin, Jocelyne Dakhlia, Mireille Delmas-Marty, Michel Desvigne, Suzy Halimi, Jean Musitelli, Françoise Nyssen, Nicole Pot, Jean-Marc Roirant et Lionel Zinsou.

Président
Daniel Janicot
Conseiller d’État honoraire, ancien sous-directeur général de l’UNESCO, président du think tank ProCultura

À sa sortie de l’École Nationale d’Administration, Daniel Janicot entre au Conseil d’État dont il devient rapidement le secrétaire général adjoint. Très engagé dans le domaine culturel, il est nommé en 1981 vice-président de la Bibliothèque nationale de France puis délégué général de l’Union centrale des arts décoratifs. Il exerce de 1981 à 1985 la direction générale du musée des Arts décoratifs, du musée de l’affiche et de la publicité, du musée Camondo et initiera le premier musée national des Arts de la mode. Délégué général de l’American Center à Paris de 1987 à 1990, il promeut l’architecture contemporaine en choisissant Franck Gehry pour la construction d’un nouveau bâtiment. En février 1990, il rejoint l’UNESCO comme conseiller spécial du directeur général avant de devenir sous-directeur général en charge de la direction générale. En 1995, il prend la présidence du conseil d’administration du Centre National d’Art Contemporain de Grenoble, et devient membre en 1999 du conseil d’administration du musée du quai Branly à Paris. Il co-fonde en 2006 le prix Artcurial du livre d’art contemporain qu’il préside. Daniel Janicot a été missionné par l’État (ministère de la Culture), le Conseil Général des Hauts-de-Seine et la ville de Boulogne-Billancourt pour développer la Vallée de la culture et définir la programmation culturelle de l’Ile Seguin. En juillet 2010, la première étape de cette programmation a été finalisée et a été à la base du nouveau plan d’urbanisme de l’Ile Seguin en coordination avec Jean Nouvel. En janvier 2011, il a été missionné par Nicolas Sarkozy, Président de la République pour établir un rapport sur la dimension culturelle du Grand Paris, remis au Chef de l’État en février 2012. En février 2013, le ministre des Affaires Étrangères Laurent Fabius lui a demandé un rapport sur l’influence de la France à l’UNESCO qui a été remis fin juillet 2013. Par ailleurs, Daniel Janicot a fondé et préside depuis mars 2013 le think tank culturel ProCultura. Il est Chevalier de la Légion d’honneur, Chevalier de l’ordre national du Mérite et Commandeur des Arts et des Lettres.

Secrétaire général
David Fajolles

Entré en philosophie à l’École normale supérieure (Ulm) avant d’y poursuivre un cursus en histoire et en sciences sociales, David Fajolles est également ancien élève de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), de l’Université de Princeton (Procter Fellowship) et de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (bourse Lavoisier du ministère des Affaires étrangères) où il a été chercheur associé en anthropologie sociale. Consultant à la division de la prospective de l’UNESCO puis auprès du sous-directeur général de l’UNESCO pour les Sciences Humaines et Sociales, il a également travaillé pour plusieurs institutions d’action culturelle extérieure en Amérique Latine, en Europe et en Afrique (attaché du Livre au Brésil, Fondation Gulbenkian (Portugal) à Paris, Institut Français au Cap-Vert). Il a été chargé de mission au cabinet de la ministre déléguée aux Affaires européennes (Noëlle Lenoir, Claudie Haigneré) et a également travaillé pour plusieurs laboratoires d’idées, dont l’Institut d’Études de Sécurité de l’Union européenne (2009-2010), avant de rejoindre en 2010 le ministère de la Culture et de la Communication comme chargé de mission puis conseiller du ministre (Frédéric Mitterrand, 2010-2012) pour les politiques linguistiques, les études et la prospective, la culture scientifique et technique, avant de devenir chef du département des études, de la prospective et des statistiques du même ministère. Maître de conférences à l’Institut des Études Politiques de Paris (séminaire de master sur la diversité culturelle), directeur des études du think tank ProCultura, il a été le rapporteur de la mission de Daniel Janicot sur la France à l’UNESCO. David Fajolles est Chevalier des Arts et des Lettres.

Le Bureau

Vice-présidente
Mercedes Erra
Présidente exécutive d’Havas Worldwide

Fondatrice de BETC Euro RSCG, présidente exécutive d’Havas Worldwide, Mercedes Erra est également membre depuis 2011 du conseil d’administration du groupe Accor en tant qu’administrateur indépendant, et présidente du conseil d’administration de l’Établissement public de la Porte dorée - Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Particulièrement impliquée dans la lutte pour le droit des femmes, elle est engagée dans le Women’s Forum for the Economy and Society, dont elle est l’un des membres fondateurs, ainsi qu’auprès de l’UNICEF et de la Fondation ELLE. Elle est également membre actif du Comité français de Human Rights Watch, et membre permanent de la Commission sur l’image des femmes dans les médias. Elle enseigne également depuis cinq ans dans le Master 2 Marketing et Communication des Entreprises de l’Université Paris II Panthéon-Assas.

Trésorier
Jean-Michel Blanquer
Directeur général du groupe ESSEC, Professeur de droit public, président de l’Institut des Amériques, ancien directeur général de l’enseignement scolaire

Agrégé de droit public, docteur en droit, titulaire d’une maîtrise de philosophie, ancien élève de Sciences-Po, il a enseigné pendant huit ans dans quatre universités françaises. Spécialiste de l’Amérique latine (et notamment de la Colombie où il a vécu 3 ans), il a dirigé l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, il a été recteur de l’Académie de Guyane, puis directeur adjoint du cabinet de Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche en 2006, avant d’être recteur de l’Académie de Créteil, puis, en 2010, directeur général de l’enseignement scolaire. Auteur d’une dizaine de livres, il est actuellement directeur général du groupe ESSEC.

Secrétaire
Marie CORNU
Juriste, directrice de recherche au CNRS et du centre d’études sur la coopération juridique internationale (CECOJI)

Docteur en droit, Marie Cornu est entrée en 1995 au centre d’études sur la coopération juridique internationale, qu’elle dirige depuis 2004. Elle a créé en 1997 un groupe de recherches sur le droit du patrimoine culturel et naturel, qu’elle a codirigé avec Jérôme Fromageau, vice-doyen de la faculté de Sceaux. Elle co-dirige depuis 2006 un groupe de recherche portant sur le droit du patrimoine culturel et le droit de l’art. Co-auteur avec I. de Lamberterie, P. Sirinelli et C. Wallaert du Dictionnaire de droit comparé du droit d’auteur et copyright, qui a reçu le prix de l’Académie des Sciences morales et politiques en 2003, ses travaux portent notamment sur le droit du patrimoine et des collections, les restitutions de biens culturels et la lutte contre le trafic illicite.

Les membres du Conseil d’administration

Édith Arnoult-Brill
Vice-présidente du Conseil économique, social et environnemental

Professeure de sciences sociales, Édith Arnoult-Brill est secrétaire générale de la Fédération unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) et présidente de la Fédération internationale des auberges de jeunesse "Hostelling International". Présidente du Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) de 1993 à 1998, puis présidente du Conseil national de la vie associative entre 2000 et 2011, elle est vice-présidente de la Fondation du Crédit Coopératif et membre du conseil d’administration de la Fondation de la Française des Jeux en tant que personnalité qualifiée. Depuis 2004, elle siège au CESE au titre des associations. Elle est notamment l’auteur de l’avis sur "la sécurisation des parcours professionnels" et co-rapporteur de l’avis sur "le fait religieux en entreprise".

S. Exc. Philippe Lalliot

Ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l’UNESCO
Ancien élève de l’École nationale d’administration (Promotion Victor Schoelcher, 1996) et de l’École normale supérieure de Fontenay Saint-Cloud, Philippe Lalliot est agrégé de Sciences sociales. Il est diplômé de Sciences Po Paris, d’un DEA de sciences administratives et d’un DEA en littérature et civilisation française. Nommé conseiller des Affaires étrangères en 1996, il exerce des fonctions à la direction des Affaires juridiques du quai d’Orsay jusqu’en 1999, avant d’être mis à disposition des services du Premier ministre. À partir de 2001, il est nommé Premier secrétaire à l’ambassade de France à Washington, puis en 2005, deuxième conseiller à la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne à Bruxelles. En 2006, il revient au Quai d’Orsay, où il est chargé de mission auprès du Secrétaire général. Le 26 août 2009, il prend ses fonctions de Consul général de France à New York. Le 1er août 2012, il est nommé directeur de la Communication et Porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Il a été maître de conférences à Sciences Po et à l’ENA.
Le 16 octobre 2013, S. Exc. M. Philippe Lalliot, Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès de l’UNESCO, a présenté ses lettres de créance à la Directrice générale de l’Organisation, Mme Irina Bokova.

Karol Beffa
Compositeur, musicologue, professeur à l’École normale supérieure, ancien professeur au Collège de France (chaire de Création artistique)

Compositeur et pianiste, Karol Beffa mène parallèlement études générales et études musicales après avoir été enfant acteur entre sept et douze ans. Reçu premier à l’ENS, il est diplômé de l’ENSAE. Entré au Conservatoire de Paris en 1988, il y obtient huit premiers Prix. Reçu premier à l’Agrégation de musique, il est, depuis 2004, Maître de conférences à l’ENS. En 2002, il est le plus jeune compositeur français programmé au festival Présences. Compositeur en résidence de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse de 2006 à 2009, il y a assuré la présentation des répétitions générales de l’orchestre devant le jeune public. Karol Beffa a été élu « meilleur compositeur de l’année » aux Victoires de la Musique 2013 et a été, pour l’année 2012-2013, titulaire de la Chaire de création artistique au Collège de France.

Catherine Brechignac
Physicienne, secrétaire perpétuelle de l’Académie des Sciences, ancienne présidente du Haut conseil des biotechnologies, ancienne présidente du CNRS

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses et de la faculté des sciences d’Orsay de l’université de Paris de 1967 à 1971, où elle obtient une maîtrise en physique (1969) et un diplôme d’études approfondies en physique quantique (1970), Catherine Bréchignac est nommée professeur agrégé de physique en 1971, détachée de 1971 à 1984 au Centre national de la recherche scientifique au sein du laboratoire Aimé-Cotton à Orsay, tout d’abord comme attachée de recherche, puis, l’année suivant l’obtention de son doctorat d’État ès sciences physiques à l’université Paris-XI (1977), comme chargée de recherche. Elle est nommée directrice de recherche en 1985.
En 1989, elle prend la direction du laboratoire Aimé-Cotton. Elle est ensuite (1995-1997) directrice scientifique du département des sciences physiques et mathématiques du CNRS, puis directrice générale de l’organisme de 1997 à 2000, dont elle défend activement l’indépendance. Parallèlement à la reprise de ses recherches, elle est nommée présidente de l’Institut d’optique théorique et appliquée en 2003 et du conseil d’administration du Palais de la découverte en 2004. En 2005, elle est élue présidente du Conseil international des unions scientifiques, avant d’être nommée présidente du CNRS lors du Conseil des ministres du 11 janvier 2006, sur proposition du ministre délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche François Goulard, poste qu’elle occupera jusqu’en janvier 2010. Ambassadrice déléguée à la science, la technologie et l’innovation, elle a également été nommée présidente du Haut Conseil des biotechnologies le 30 avril 2009, fonction qu’elle quitte le 31 décembre 2010 après avoir été élue par ses pairs le 22 juin 2010 Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences.
Catherine Bréchignac est également membre du conseil scientifique de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et du conseil d’orientation de la fondation Écologie d’Avenir.

Marianne de Brunhoff
Déléguée aux relations européennes et internationales et à la Coopération (DREIC) du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Barbara Cassin
Philosophe, directrice de recherches émérite au CNRS

Docteur ès lettres en philosophie, spécialiste de la Grèce ancienne et des rapports entre la philosophie, la sophistique, la rhétorique et la littérature, directrice de recherche émérite au CNRS, Barbara Cassin a dirigé le Centre Léon Robin de Recherches sur la pensée antique (CNRS - Paris Sorbonne - ENS Ulm), présidé la Commission 35 du CNRS, (Philosophie, histoire de la pensée, sciences des textes, théorie et histoire des littératures et des arts), et dirigé plusieurs programmes internationaux ou de l’Agence nationale de la recherche. Directrice de programme au Collège International de Philosophie, directrice de son Conseil scientifique puis membre de son Conseil d’administration, elle en assure la présidence à la suite de Michel Deguy depuis janvier 2011. Succédant à Paul Ricœur et François Wahl, elle a dirigé aux Éditions du Seuil en collaboration avec Alain Badiou la collection “L’Ordre philosophique”, et fondé et co-dirigé la série “Points-bilingues”. Depuis 2007, elle co-dirige avec Alain Badiou la collection "Ouvertures" et "Ouvertures-bilingues" chez Fayard. Au Centre National du Livre, elle a été membre de la « Librairie Européenne des Idées » dirigée par Pierre Nora, puis membre de la Commission « Philosophie, Psychanalyse, Sciences religieuses » présidée par Philippe Raynaud, commission qu’elle a elle-même présidée jusqu’en janvier 2011. Elle appartient à de nombreux conseils scientifiques et associations de philosophie. Traductrice notamment de Platon, d’Aristote et de Hannah Arendt, elle a également travaillé sur la Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud, sur Google ou encore sur l’évaluation. Elle a notamment réalisé un Vocabulaire Européen des Philosophies, Dictionnaire des Intraduisibles, fruit du travail en collaboration avec 150 chercheurs, actuellement en cours de traduction et adaptation en ukrainien, anglais, espagnol, arabe, roumain, persan et portugais. Elle a fondé en 2009 à la demande de l’UNESCO le Réseau des femmes philosophes, dont elle coordonne la revue, dont l’un des derniers numéros porte sur les printemps arabes. Son œuvre a fait l’objet d’un colloque de Cerisy en septembre 2012. Chevalier de la Légion d’Honneur, elle a reçu en 2012 le grand prix de philosophie de l’Académie Française pour l’ensemble de son œuvre.

Jocelyne Dakhlia
Historienne, directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

Docteur en histoire, ancienne élève de l’École normale supérieure, Jocelyne Dakhlia est directrice d’études à l’EHESS. Ses travaux portent sur les modèles politiques et les frontières culturelles dans l’Islam méditerranéen. Elle travaille en particulier sur l’histoire du Maghreb, sur les usages et les métissages linguistiques. Elle a récemment publié : Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée, (Actes Sud, 2009). Membre du comité de direction de la revue des Annales (Histoire et Sciences sociales), elle intervient fréquemment dans les débats concernant la perception de l’Islam en Europe ou encore la société tunisienne contemporaine, à laquelle elle consacre actuellement son séminaire de l’École des Hautes Études. Jocelyne Dakhlia est également membre du conseil scientifique du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Mireille Delmas-Marty
Professeur émérite au Collège de France, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques

Agrégée et docteur en droit, membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 2007, Mireille Delmas-Marty a été professeur des universités de Lille II, Paris XI et Paris I, membre de l’Institut universitaire de France, puis titulaire de 2002 à 2011, au Collège de France, de la Chaire « Études juridiques comparatives et internationalisation du droit », ainsi que professeur invitée dans de nombreuses institutions et universités internationales (entre autres Genève, Université Libre de Bruxelles, São Paulo, Montréal, Tokyo, Naples, Bâle, Institut universitaire européen de Florence, Rome Tunis, Pékin, Cambridge, Institut Max Planck, Cour pénale internationale de La Haye). Ses travaux, qui associent universitaires et diplomates, juges constitutionnels et juges internationaux, portent sur l’internationalisation du droit, notamment les droits de la personne (par exemple l’abolition de la peine de mort, la lutte contre les violations graves des droits de l’homme, la justice sociale), les droits économiques et environnementaux (la concurrence et la qualité du climat), ainsi que sur le droit des nouvelles technologies numériques.
Mireille Delmas-Marty a également été membre du Haut Conseil de la Science et de la technologie (2006), du groupe Débat sur l’avenir de l’Europe (2001), présidente puis membre des jurys de l’Institut universitaire de France (1996-1997, 2002-2004) ou encore membre depuis 2011 du conseil scientifique de l’Institut des hautes études de sciences et technologies, et a apporté de nombreuses expertises au ministère des Affaires étrangères, au ministère de la Justice, à l’Union européenne (steering committee du programme de formation juridique Union Européenne – Chine, membre du comité de surveillance de l’Office de lutte anti-fraude), au Conseil de l’Europe, à l’UNESCO (membre du jury du Prix Éducation pour la paix, 2004-2008), à l’ONU (Haut Commissariat au Droits de l’Homme) et à la Cour Pénale Internationale (comme conseiller spécial auprès du procureur depuis 2011). Membre de l’Académie universelle des Cultures (1999), titulaire de plusieurs doctorats honoris causa, son œuvre a été traduite dans de nombreuses langues. Elle est Grand Officier dans l’Ordre national du Mérite (2003) et Commandeur dans l’ordre de la Légion d’Honneur (2008).

Michel Desvigne
Paysagiste, Lauréat du Grand Prix de l’urbanisme 2003, médaille de l’Académie d’Architecture (2000)

Michel Desvigne est un architecte paysagiste internationalement renommé pour son travail marqué par la rigueur et la contemporanéité. Ses projets s’échelonnent de l’aménagement de jardins et places publics à celui de territoires urbains ou régionaux. Son activité se partage actuellement entre différents pays européens, mais aussi aux États-Unis, en Asie et au Moyen-Orient. Il collabore régulièrement avec des architectes de renom comme Sir Norman Foster, Herzog & de Meuron, Rem Koolhaas, Renzo Piano, Jean Nouvel ou encore Richard Rogers. Parmi ses réalisations, on mentionnera notamment le Dallas Center for the Performing Arts ; le parc Dräi Eechelen à Luxembourg, un plan de développement urbain et paysager à Burgos ; la place centrale d’Almere aux Pays-Bas ; le jardin de préfiguration de l’Ile Seguin ; le plan d’aménagement de Bordeaux rive droite ainsi que les réalisations concernant l’Université Keio à Tokyo. Michel Desvigne a remporté en tant que paysagiste mandataire, la consultation lancée pour l’élaboration d’une stratégie de mise en œuvre et de développement du cluster Paris-Saclay, la maitrise d’œuvre paysagère et urbaine pour l’aménagement d’Euralens, ainsi que celle du Vieux-Port à Marseille (récompensé du Prix Européen de l’aménagement d’espace public urbain en 2014). Les recherches et réalisations de Michel Desvigne ont fait l’objet de nombreuses publications, expositions nationales et internationales. Il a enseigné dans de nombreuses universités et écoles d’architecture à travers le monde. Il intervient depuis 2013 à l’Université de Harvard. Récompensé en 2000 par la Médaille de l’Académie d’Architecture et en 2011 du Grand Prix de l’Urbanisme, et plus récemment du prix Européen de l’Aménagement de l’Espace Public Urbain en 2014, il est Chevalier des Arts et Lettres depuis 2003.

Jean-Benoît Dujol
Directeur de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative au ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Délégué interministériel à la Jeunesse

Spécialiste des questions sociales et de jeunesse, Jean-Benoît Dujol a été nommé, en mai 2014, délégué Interministériel à la Jeunesse et directeur de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et de la Vie Associative. Le Délégué Interministériel à la Jeunesse est notamment chargé d’informer, de coordonner et d’impulser une politique interministérielle de la jeunesse. Ancien élève l’École Nationale d’Administration et maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Paris, Jean-Benoît Dujol occupe dans un premier temps le poste de chef du bureau des prestations familiales et des aides au logement à la Direction de la Sécurité sociale (DSS) du ministère de la Santé avant de rejoindre, en 2007, le cabinet de Martin Hirsch, alors Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté et Haut commissaire à la jeunesse. Nommé conseiller technique, en charge du revenu de Solidarité active (rSa) et des questions relatives à l’Outre-mer, Jean-Benoît Dujol contribue notamment à la difficile réforme du rSa. Il est promu quelques mois plus tard directeur adjoint du cabinet de Martin Hirsch. Il devient en mars 2010 le premier directeur de l’Agence du Service Civique. Pendant deux ans, il met en œuvre l’ensemble des circuits nécessaires au déploiement du programme. Il rejoint en 2012 la direction de la sécurité sociale (DSS) en tant que sous-directeur de l’accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail. Il pilote alors les différentes réformes tendant à la généralisation de la couverture complémentaire en santé. Désormais délégué Interministériel à la Jeunesse et directeur de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et de la Vie Associative, Jean-Benoît Dujol entend faire en sorte que tous les acteurs et les partenaires qui contribuent à la Priorité jeunesse - les différents ministères concernés, mais aussi les collectivités locales, les organisations de jeunesse, les syndicats, les entreprises - se sentent impliqués afin de donner un nouvel élan à cette action.

Suzy Halimi
Professeur émérite à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Ulm/Sèvres) Suzy Halimi est professeur émérite de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Son champ de recherche porte sur la littérature et la civilisation de l’Angleterre des Lumières. Elle a été présidente de son université et après son mandat de cinq ans, conseiller pour l’enseignement supérieur et la recherche, au ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, auprès du directeur de la DRIC (Direction des Relations Internationales et de la Coopération). C’est pendant cette période qu’elle a contribué à la création des cotutelles de thèse, de l’université franco-italienne et à la préparation de la Déclaration de la Sorbonne qui a amorcé le processus de Bologne. Elle a présidé pendant quatre ans le Comité Enseignement supérieur et recherche du Conseil de l’Europe, puis le Comité Éducation de la Commission nationale française pour l’UNESCO. À ce titre, elle a été Rapporteur général de la Conférence Mondiale sur l’enseignement supérieur organisée par l’UNESCO en 1998 et de nouveau en 2009. Parmi ses nombreuses publications, Quel Humanisme pour le XXIème siècle ?, ouvrage collectif publié pour l’Institut de l’UNESCO pour l’Éducation tout au long de la vie (Hambourg : Springer, 2014), préfacé par Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO.

Vincent Jechoux
Conseiller en charge de la biodiversité, des paysages et de l’agro-écologie au cabinet de la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie

Jean-Pierre Lacroix
Directeur des Nations Unies, des Organisations internationales, des Droits de l’Homme et de la Francophonie au ministère des Affaires étrangères et du Développement international

Ancien élève de l’ESSEC, de Sciences Po et de l’École Nationale d’Administration (promotion Michel de Montaigne, 1988), titulaire d’une licence en droit et d’une maîtrise en sciences politiques, Jean-Pierre Lacroix est ministre plénipotentiaire de 2ème classe au ministère des Affaires étrangères, pour lequel il a notamment occupé les fonctions de premier secrétaire à la mission permanente française auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York (1990-1993) puis, après avoir été conseiller technique au cabinet du Premier Ministre de 1994 à 1995, comme premier secrétaire puis deuxième conseiller à Washington puis à Prague (1998-2002), avant d’assumer les fonctions de sous-directeur des affaires politiques (2002-2005), de directeur adjoint des Nations Unies et des organisations internationales (2005-2006), de représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies à New York (2006-2009), puis de chef du Protocole, introducteur des Ambassadeurs (2009-2010) avant d’être nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Stockholm en 2011. Jean-Pierre Lacroix est Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Christopher Miles
Secrétaire général au ministère de la Culture et de la Communication

Christopher Miles est ancien élève de Sciences Po Paris (1986 – 1989), de l’École du Louvre (1989 – 1992) où il s’est spécialisé en histoire de la sculpture occidentale, et de l’École Nationale d’Administration (1992 – 1994). Administrateur civil, il intègre le ministère de la Culture et de la Communication en 1994. Chef de bureau du budget jusqu’en 1997, au sein de la direction de l’administration générale, Christopher Miles est ensuite nommé administrateur du Théâtre national de l’Odéon (1997 – 2003) puis directeur de l’Institut français de Barcelone (2003 – 2006). De 2006 à 2009, il sera secrétaire général adjoint, puis sous-directeur, secrétaire général de la direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles, secrétaire général du programme 131 « création ». Nommé en 2010 chef de service, adjoint au directeur général de la création artistique, Christopher Miles était depuis avril 2011 directeur, secrétaire général adjoint du ministère de la Culture et de la Communication avant de rejoindre le cabinet d’Aurélie Filippetti en tant que directeur adjoint de cabinet. Il est Secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication depuis octobre 2014.

Jean Musitelli
Conseiller d’État, ancien délégué permanent de la France à l’UNESCO

Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’italien, Jean Musitelli est conseiller d’État. Il est membre du conseil d’administration de l’Institut de relations internationales et stratégiques. Il a été élu administrateur de l’Institut François Mitterrand. Il a été notamment conseiller diplomatique (1984-1989) et porte-parole (1991-1995) du Président de la République, chargé de mission auprès du ministre des Affaires étrangères (1990-1991 et 1997), ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l’UNESCO (1997-2002), puis membre du groupe d’experts internationaux chargés par le directeur général de l’UNESCO d’élaborer l’avant-projet de convention sur la diversité culturelle (2003-2004). En 2007, il est nommé membre de l’Autorité de régulation des mesures techniques. En décembre 2009, il est nommé membre titulaire de la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (HADOPI) par Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’État, fonction qu’il a occupé jusqu’en août 2012. Depuis le 10 mai 2010, il assure la présidence du conseil d’administration de Diversum, qui a pour objectif de favoriser la mise en place de l’économie mauve. Depuis juin 2014, il est chargé d’une mission par la ministre de la Culture et de la Communication sur la valorisation des savoir-faire en matière de patrimoine.

Françoise Nyssen
Présidente du Directoire des éditions Actes Sud

Licenciée en sciences (spécialité chimie) de l’Université Libre de Bruxelles en 1972, agrégée de l’enseignement secondaire, Françoise Nyssen est également titulaire d’un diplôme d’urbaniste à l’Institut Supérieur d’Urbanisme et de Rénovation Urbaine (Belgique) de 1975 à 1978, avant de rejoindre la direction de l’Architecture du ministère belge de l’Environnement et du Cadre de vie. En 1980, elle rejoint le monde de l’édition, d’abord comme associée et Président directeur général de la Coopérative d’Éditions du Paradou et depuis 1987, comme associée et Présidente du Directoire d’Actes Sud, devenue depuis l’une des plus prestigieuses maisons d’édition françaises, basée à Arles. Elle crée parallèlement la librairie Actes Sud avec Jean-Paul Capitani. Françoise Nyssen a reçu en 1991 le Prix Veuve Clicquot de la femme d’affaires de l’année ; elle est Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres depuis 2008 et Officier de l’ordre de la Légion d’Honneur depuis 2013.

Grégoire Postel-Vinay

Chef de la mission stratégie, études économiques à la direction générale des Entreprises du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique

Nicole Pot
Inspectrice générale des affaires culturelles

Née en Allemagne où elle a passé son enfance, Nicole Pot a fait l’essentiel de ses études à Poitiers, et a été reçue à l’agrégation de lettres modernes en 1972. Elle a enseigné dans des établissements de différents niveaux (CES, lycée, école normale) et dans des lieux géographiquement très divers (banlieue, régions, Outre-mer) jusqu’en 1984, date de son entrée à l’ENA (promotion Denis Diderot). Après 4 années au ministère de l’agriculture, elle rejoint le ministère de la Culture et de la Communication en 1990. Nommée à la direction des musées de France en 1990, dans une période d’intense modernisation de ce secteur tant sur le plan des investissements (nombreux chantiers de rénovation), que de la définition des politiques publiques, elle a en particulier élaboré les premières versions de la loi sur les musées, les textes sur la circulation des œuvres d’art et les trésors nationaux ; elle a également eu pour mission la création de l’établissement public du Louvre, qui initia un nouveau mode de gouvernance dans les musées, et la définition des relations nouvelles entre la direction des musées de France, les musées nationaux ainsi qu’avec les musées en région. Elle a par la suite dirigé des établissements publics pendant 15 ans, successivement à la tête de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (aujourd’hui Centre des monuments nationaux), puis de la Cité des sciences et de l’industrie et de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, dont elle aura défini et porté pour chacun le projet culturel et scientifique. À la demande des ministres, elle a rédigé des rapports contribuant à la réflexion sur les missions du ministère, dont un sur l’ « Amélioration de la cohérence, de la lisibilité et de l’efficacité des politiques transversales conduites par le ministère de la Culture et de la Communication » (2003), qui traite en particulier de la démocratisation de l’accès à la culture et de la diversité culturelle. Inspectrice générale des affaires culturelles depuis novembre 2009, elle est responsable au sein du service de l’évaluation des politiques publiques. Elle a été nommée par la ministre de la Culture et de la Communication Haut fonctionnaire à la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes. Nicole Pot est Chevalier de la Légion d’Honneur, Officier du Mérite National et Chevalier des Arts et des Lettres.

Jean-Marc Roirant
Secrétaire Général de la Ligue de l’Enseignement

Jean-Marc Roirant est secrétaire général de la Ligue de l’Enseignement depuis 1993, et membre du Conseil supérieur de l’Éducation depuis 1995. Il a également été membre du Bureau du Conseil national de la vie associative (CNVA) de 2000 à 2010. Il est membre du Conseil Économique, Social et Environnemental depuis 2004, où il exerce notamment les fonctions de président du groupe des associations de 2004 à 20I2, puis de président de l’intergroupe Économie sociale et solidaire depuis 2013. Il a notamment été le co-rapporteur en 2012-2013 d’un avis intitulé "Entreprendre autrement : l’économie sociale et solidaire". Il exerce également des fonctions importantes au niveau européen, en tant que co-Président du groupe de liaison des organisations et réseaux de la société civile au Comité Économique et Social Européen de 2006 à 2013, puis comme Président du Forum Civique Européen depuis 2005 et Président de l’Alliance pour l’Année européenne des citoyens (organisation rassemblant 60 réseaux européens et une vingtaine de plateformes associatives nationales) depuis 2012.
Chevalier dans l’ordre national du Mérite (22 juin 2002), Chevalier dans l’ordre national de la Légion d’Honneur (29 juin 2010), Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques (8 février 2012)

Lionel Zinsou
Président de PAI Partners

Économiste et banquier d’affaires, membre du comité directeur de l’Institut Montaigne, Lionel Zinsou est Président de PAI, société de capital–investissement, leader en France du Private Equity, dont il a rejoint le Comité Exécutif en juillet 2008, après avoir été pendant plus de dix ans associé-gérant de la banque d’affaires Rothschild et Cie. A ce titre il a créé et dirigé le groupe sectoriel des biens de consommation ainsi que la région Afrique-Moyen Orient. Lionel Zinsou, de nationalité française et béninoise, ancien élève de l’École normale supérieure, de l’Institut d’Études Politiques et de la London School of Economics, agrégé de Sciences économiques et sociales, avait commencé sa carrière dans la fonction publique en tant qu’assistant puis maître de conférences en économie (Université de Paris XIII et École normale supérieure). Il a été membre du Cabinet du ministre de l’Industrie et du Premier Ministre, de 1984 à 1986, avant de rejoindre le secteur privé, en entrant au groupe Danone comme contrôleur de gestion, directeur du Développement puis directeur général des filiales anglaises et directeur de Branche, membre du Comité Exécutif. Membre du Conseil d’administration de l’Institut Pasteur, du Global Leadership Council de Brookings (Washington D.C.) et du High Level Financial Panel créé par le G20 en 2010, il a également été consultant du Programme de développement des Nations Unies et l’ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement industriel) et conseiller spécial auprès du Président du Bénin de 2006 à 2011.

Membres de l’équipe permanente :

Catherine Cibien

Michèle Delaygue

Béatrice Dupoux

Catherine Gallaud

Carole Godin

Eric Guichard

Sabine Sabater

Nicole Touopei

Rapports d’activité

- Rapport d’activité 2013

- Rapport d’activité 2012

- Rapport d’activité 2011

- Rapport d’activité 2010

- Rapport d’activité 2009

- Rapport d’activité 2008

Mise à jour : 13.01.14

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014