Accès rapide :

Les Jeux de la Francophonie

Une fusion sans équivalent du sport, de l’art et de la langue française

Synonyme de rencontre et d’ouverture à d’autres cultures et à d’autres festivités, les Jeux de la Francophonie ont fait le pari de mêler des épreuves sportives et artistiques, renouant ainsi avec l’essence des Jeux de l’Antiquité qui rassemblaient les hommes et réunissaient l’exercice du corps et de l’esprit. Aux exploits des sportifs répondent le talent et la créativité des artistes. C’est ainsi que lors des Jeux de Niamey (7-17 décembre 2005), 14 disciplines avaient été retenues : sept épreuves culturelles et sept épreuves sportives dont la lutte traditionnelle du pays hôte. Les sites sportifs, les aires d’expression culturelles et le village des Jeux sont autant de lieux d’échange et de dialogue. Le français, langue commune des pays engagés favorise le dialogue entre les participants et avec le public. Langue olympique, il se met au service de deux langages universels, le sport et la culture, pour affermir les liens créés par les rencontres.

Le rattachement à l’Organisation internationale de la Francophonie

Les Jeux de la Francophonie sont nés de la volonté des Chefs d’État et de gouvernements ayant le français en partage de créer une solidarité au sein de la jeunesse francophone. Le Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF), qui est chargé de leur organisation et a été mis en place en 1989 par la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports (CONFEJES), est depuis 2006 rattaché en tant qu’organe subsidiaire à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Enjeu d’avenir pour la culture francophone, les Jeux de la Francophonie le sont aussi et avant tout pour la jeunesse en lui offrant une possibilité de rencontre, d’enrichissement, de stimulation collective et d’expression de sa vitalité. Ils sont vecteurs de cohésion sociale dans les sociétés civiles francophones par l’identification de l’ensemble de la jeunesse à l’élite sportive et culturelle.

Le plus grand rassemblement de la jeunesse francophone

Organisés tous les quatre ans durant l’année post-olympique, les Jeux de la Francophonie représentent le seul événement francophone capable de réunir 2 à 3000 jeunes participant à une fête du partage, de l’échange et de l’ouverture. Tous les quatre ans, la communauté francophone se retrouve sur les lieux de compétition, devant les postes de télévision ou de radio pour encourager sa jeunesse et partager des moments forts.

L’historique des Jeux se lit ainsi :

1989 - Casablanca et Rabat, Maroc
1994 - Paris, France
1997 - Tananarive, Madagascar
2001 - Ottawa-Hull, Canada
2005 - Niamey, Niger
2009 - Beyrouth,Liban

Les Jeux de Beyrouth (6èmes Jeux de la Francophonie, 27 septembre-6 octobre 2009)

La VIème édition des Jeux de la Francophonie, fête de la jeunesse francophone alliant culture et sport, s’est tenue à Beyrouth du 27 septembre au 6 octobre 2009. Placée sous le signe de la « Solidarité, Diversité et Excellence », elle a choisi comme logo un phœnix. Suite au transfert du Comité International des Jeux de la Francophonie à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) en 2007, cette édition est la première dont l’organisation relève de l’OIF, en lien avec le Haut comité national d’organisation libanais.

Depuis l’attribution des Jeux en 2003, la volonté des autorités libanaises de les maintenir et d’en faire un symbole d’unité nationale dans un contexte politique difficile ne s’est jamais démentie. Expérimenté en organisation d’événements semblables, le Liban a retenu des sites remarquables pour les installations sportives (stade « La Cité sportive »), culturelles (« Palais de l’Unesco ») ainsi que d’hébergement et d’entraînement (« Village des Jeux » sur le campus de l’université Libanaise) destinées à accueillir les Jeux.

La solidarité de la Francophonie à l’égard du Liban ne s’est pas démentie. La France a contribué au budget des Jeux (10,3 M€ dont 3 M€ demandés aux bailleurs) à hauteur de 1,588 M€, dont 1,5 M€ du ministère des Affaires étrangères. Notre rôle dans la mobilisation des autres bailleurs a été significatif.

La délégation française, pilotée par le Secrétariat d’État chargé des sports, a pu constater lors des missions préparatoires le grand professionnalisme des hôtes libanais dans la mise en œuvre du cahier des charges et le déploiement du dispositif organisationnel.

Plus de 40 délégations sont ainsi inscrites (au 31 août 2009). Les Jeux de Beyrouth, par leur médiatisation inédite, offriront à la Francophonie l’outil de rayonnement populaire qu’elle souhaitait.

Liens utiles :

Mise à jour : 05.03.12


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014