Accès rapide :

Piraterie en mer

La France, pionnière dans la lutte contre la piraterie à l’échelle mondiale

La France à l’origine des premières initiatives

Selon un rapport du Bureau maritime international paru en janvier 2014, les actes de piraterie ont atteint en 2013 leur plus bas niveau depuis 2007. 264 attaques ont été recensées en 2013, soit une baisse de plus de 40 % par rapport à 2011. Ces chiffres globaux reflètent la chute drastique du nombre d’incidents relevés au large des côtes somaliennes, pendant la même période.

Dès 2007, la France, consciente des menaces sécuritaire, humanitaire et économique que faisait encourir la résurgence de la piraterie dans le golfe d’Aden, a été à l’origine des premières initiatives pour répondre à cette menace. .Les autorités françaises contribuent toujours aux opérations de l’Union européenne (EUNAVFOR Atalanta, EUCAP NESTOR) et de l’OTAN (Ocean Shield). Depuis l’été 2012, la mission européenne régionale EUCAP NESTOR est d’ailleurs menée par le Français Etienne de Poncins. Elle a pour objectif de renforcer les capacités maritimes et judiciaires des Etats de la Corne de l’Afrique. Les capacités militaires tendent aussi à être renforcées en Somalie, avec le concours de la mission EUTM Somalia, lancée en 2010.

Une approche globale, en mer comme à terre

Dès 2007, la France lance des opérations d’escorte des navires du Programme alimentaire mondial (PAM) en vue de sécuriser l’acheminement par voie maritime de l’aide alimentaire vers la Somalie.

En décembre 2008, la première opération navale de l’Union européenne est lancée à l’initiative de la France et de l’Espagne, pour lutter contre la piraterie au large des côtes somaliennes. EUNAVFOR Atalanta vise non seulement à sécuriser le golfe d’Aden et intercepter les groupes de pirates, mais aussi à protéger l’acheminement d’aide alimentaire ou de matériel vers la Somalie, en escortant les navires du programme alimentaire mondial (PAM) ou de la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). Le Royaume-Uni assure depuis le quartier général d’opération de Northwood le commandement de cette opération, dont la France, l’Allemagne et l’Espagne sont les principaux contributeurs.

Devant l’ampleur de la menace, d’autres forces navales ont été progressivement déployées dans l’océan indien. Ainsi l’opération Ocean Shield, lancée en 2009 dans le cadre de l’OTANla «  Task Force 151 » créée à l’initiative des Etats Unis et les interventions à titre national de nombreux pays (Chine, Japon, Inde, Russie, Corée du Sud, Iran …), représentent au total plus de trente navires qui patrouillent en permanence dans la zone.

Outre l’effort naval, la France promeut au sein du groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes (CGPCS) une approche globale, en mer et à terre, de la lutte contre la piraterie qui prend en compte ses manifestations en mer aussi bien que ses racines à terre..

Des résultats qui ouvrent la voie à une stabilisation de la situation en mer

En octobre 2014, on ne dénombrait aucune attaque n’a réussi depuis mai 2012 dans le nord de l’océan Indien. Cette évolution s’explique par l’action des forces navales présentes dans la zone, un meilleur respect des règles de bonne pratique (Best Management Practices, BMP) et l’utilisation systématisée de protections armées, publiques ou privées, à bord des navires marchands.

A terme, seule l’appropriation des enjeux maritimes par les Etats de la Corne de l’Afrique permettra la stabilisation de la situation en mer. Dans ce domaine, l’UE finance depuis 2009 le programme « Routes maritimes critiques » en vue de soutenir la formation et de favoriser l’échange d’informations et l’essor de la coopération régionale. En 2013, la Commission européenne lance aussi le programme MASE (« Maritime Security »), en soutien à la stratégie de sécurité maritime et de lutte contre la piraterie adoptée par les Etats de la South African Development Community (SADC). Une priorité de cette appropriation régionale est la lutte contre les commanditaires de la piraterie qui pour beaucoup font l’objet de mandats d’arrêts internationaux et continuent à circuler en Somalie et dans la région, et reprendront leurs activités dans le domaine de la piraterie, en cas de baisse de l’intensité des opérations navales, de la mise en œuvre des règles de bonne pratique, et de la sécurité à bord des navires. La Somalie bénéficie en particulier d’un large soutien de la communauté internationale, et de l’appui d’INTERPOL, pour œuvrer en ce sens.

La France accompagne les Etats du golfe de Guinée dans leur engagement à sécuriser leur espace maritime

Aujourd’hui, alors qu’il semble contenu dans la Corne de l’Afrique, le phénomène de la piraterie pèse de plus en plus sur les Etats du golfe de Guinée le nombre d’attaques s’y étant multiplié par trois depuis 2010. Initialement localisée au Nigéria, l’activité des pirates s’est peu à peu étendue au Bénin en 2011, puis au Togo en 2012. Cette expansion de la menace démontre l’aptitude des pirates à déplacer leurs opérations en réaction aux interventions de forces de répression.

L’approche de la France et de la communauté internationale dans le golfe de Guinée consiste a engagé les Etats de la région à sécuriser leur espace maritime. Les résolutions 2018 (2011) et 2039 (2012) du conseil de sécurité des Nations Unies appellent ceux-ci à se doter des outils, capacités et politiques nécessaires pour éradiquer l’insécurité maritime croissante.

Lors du Sommet de Yaoundé, les 24 et 25 juin 2013, les chefs d’Etat de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest, de la CEEAC (Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale et de la CGG (Commission du Golfe de Guinée ont adopté un code de conduite pour lutter contre l’insécurité maritime dans la région, et décidé la création d’un Centre interrégional de coopération (CIC), qui constitue un dispositif unique de mise en œuvre et de suivi de la stratégie régionale de lutte contre la piraterie.

La France compte parmi les principaux soutiens des Etats de la région, dans leur lutte contre l’insécurité maritime. Elle est présente depuis plus de vingt ans dans la zone, à travers la mission CORYMBE et la coopération de sécurité et de défense. Depuis 2011, et jusqu’en 2015, le projet ASECMAR appuie la réforme du secteur de la sûreté maritime dans le golfe de Guinée. Afin d’assurer la cohérence des initiatives françaises et des Etats de la région, un plan de soutien français pour la sécurisation des espaces maritimes dans le golfe de Guinée a été élaboré. Quatre axes de coopération y sont privilégiés :

- Institutionnel, capacitaire et économique ;

- Naval et maritime ;

- Policier et judiciaire ;

- Développement.

La France promeut également la sécurité maritime dans le golfe de Guinée au sein des organisations internationales. Elle a activement participé à l’élaboration d’une stratégie européenne pour le golfe de Guinée, adoptée le 17 mars 2014. L’UE s’implique en effet dans la région, notamment à travers le projet de renforcement capacitaire CRIMGO (Critical Maritime Routes Gulf of Guinea), lancé en 2013.

Les missions PSDC de l’Union européenne dans la Corne de l’Afrique :

Interventions de Véronique Roger-Lacan, Ambassadeur thématique, Représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime :

Doc:Inauguration du Centre inter-régional de coordination pour la sûreté maritime dans le golfe de Guinée (CIC) : mots de Véronique Roger-Lacan, Représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime, au nom du P3 (France – Royaume-Uni – Etats-Unis) , 75 ko, 0x0 Inauguration du Centre inter-régional de coordination pour la sûreté maritime dans le golfe de Guinée (CIC) : mots de Véronique Roger-Lacan, Représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime, au nom du P3 (France – Royaume-Uni – Etats-Unis) - (PDF, 75 ko)
Doc:Action en mer : l’approche française ; Intervention de l’ambassadeur Véronique Roger-Lacan, représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime à la Conférence internationale du 8 septembre 2014 sur la sécurisation des espaces maritimes du golfe de Guinée , 222 ko, 0x0 Action en mer : l’approche française ; Intervention de l’ambassadeur Véronique Roger-Lacan, représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime à la Conférence internationale du 8 septembre 2014 sur la sécurisation des espaces maritimes du golfe de Guinée - (PDF, 222 ko)
Doc:La maritimisation illégale : comment lutter contre la piraterie et les trafics ? Ampleur, menace, moyens déployés, défis : Intervention de  Véronique Roger-Lacan (Représentante spéciale chargée de la lutte contre la piraterie maritime) lors des Géopolitiques de Nantes, le 27 septembre 2014 , 90 ko, 0x0 La maritimisation illégale : comment lutter contre la piraterie et les trafics ? Ampleur, menace, moyens déployés, défis : Intervention de Véronique Roger-Lacan (Représentante spéciale chargée de la lutte contre la piraterie maritime) lors des Géopolitiques de Nantes, le 27 septembre 2014 - (PDF, 90 ko)
Doc:Interrompre le cycle de financement de la piraterie maritime : présentation de Véronique Roger-Lacan, représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime (France) , 59.5 ko, 0x0 Interrompre le cycle de financement de la piraterie maritime : présentation de Véronique Roger-Lacan, représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime (France) - (PDF, 59.5 ko)
Doc:La contribution de la France à la sûreté maritime au large de l’Afrique : Présentation de Véronique Roger-Lacan, Ambassadeur thématique, Représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime, au 15e Forum de l’IHEDN sur le continent africain du 12 au 19 juin 2014 , 103.6 ko, 0x0 La contribution de la France à la sûreté maritime au large de l’Afrique : Présentation de Véronique Roger-Lacan, Ambassadeur thématique, Représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime, au 15e Forum de l’IHEDN sur le continent africain du 12 au 19 juin 2014 - (PDF, 103.6 ko)
Doc:Approche globale de la piraterie comme une menace : Présentation de Véronique Roger-Lacan, Ambassadeur thématique, Représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime, au Cours spécialisé du Collège européen de sécurité et de défense à Bruxelles, les 8 et 9 juillet 2014 , 59.7 ko, 0x0 Approche globale de la piraterie comme une menace : Présentation de Véronique Roger-Lacan, Ambassadeur thématique, Représentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime, au Cours spécialisé du Collège européen de sécurité et de défense à Bruxelles, les 8 et 9 juillet 2014 - (PDF, 59.7 ko)

Mise à jour : 14.10.2014

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014