Accès rapide :

Nouvelle-Zélande

Les établissements dispensant un enseignement supérieur sont généralement intitulés TEO – Tertiary Education Organisation. Ils se divisent en TEI – Tertiary Education Institutions – qui sont des établissements publics, et en établissements privés. Le gouvernement investit environ 2,5 milliards d’euros annuellement dans l’enseignement supérieur (hors bourses, œuvres scolaires, allocations…) soit environ 1% du PIB. 1,6 milliard supplémentaire est investi dans les œuvres scolaires. La population totale étudiante en 2013 est de 418 000 élèves, dont 73 000 étudiants internationaux.
Le système universitaire est relativement récent en Nouvelle-Zélande. Le University of New Zealand Act a permis la création de l’université en 1870. Jusqu’à sa dissolution en 1961, ce fut la seule entité à pouvoir délivrer des diplômes universitaires. De structure fédérale, elle regroupait quatre facultés (Otago, Canterbury, Auckland et Victoria Universities) et deux établissements spécialisés dans l’agriculture (Lincoln et Massey Universities). En 1961, le « Universities Act » a permis à chaque branche de gagner son autonomie. Depuis, l’université de Waikato et Auckland University of Technology ont été créées respectivement en 1964 et en 2000, portant le nombre total d’universités à 8 établissements distincts en Nouvelle-Zélande.

L’enseignement supérieur intègre également des établissements de formation privés (PTE), des instituts technologiques et polytechniques (ITP), les wānanga (système d’enseignement secondaire et supérieur maori) et d’autres établissements visant davantage aux formations professionnelles courtes et techniques.

La qualité générale des formations est bonne et le système néo-zélandais est très attractif pour les étudiants internationaux, notamment en provenance d’Asie et du Pacifique.

Télécharger la fiche en format pdf

Doc:Fiche Curie Nouvelle-Zélande , 1.4 Mo, 0x0
Fiche Curie Nouvelle-Zélande - (PDF, 1.4 Mo)

Mise à jour 03.11.14


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014