Accès rapide :

Vie professionnelle en Organisation Internationale (OI)

Les postes offerts au recrutement international par les organisations multilatérales concernent essentiellement des emplois de haut niveau (équivalent cadre). Les emplois d’exécution (secrétariat, accueil, techniciens de sécurité ou d’entretien, etc.) sont pourvus par recrutement local. Les candidats intéressés par ce type d’emplois doivent donc s’adresser directement aux services de recrutement du personnel local de l’organisation qui les intéresse.

Niveau des postes

Les postes ouverts à candidatures concernent tous les niveaux hiérarchiques, depuis le niveau administrateur ou cadre débutant jusqu’au niveau directeur. Au-delà, les postes à caractère politique (secrétaire général, sous-secrétaire général, etc.) sont pourvus par recrutement de gré à gré ou par élection par les Etats membres de l’organisation.

A qualification égale, on observe généralement une différence du niveau de la responsabilité exercée entre les postes occupés en France et ceux occupés dans les organisations internationales. Les responsabilités sont plutôt moins élevées dans ces dernières. En revanche, on peut considérer que le niveau de difficulté des postes est comparable compte tenu des contraintes spécifiques rencontrées dans les organisations (travail dans une autre langue, encadrement d’agents d’origines culturelles multiples, etc.).

Spécialités / Domaine

Compte tenu de la très grande variété d’organisations, tous les métiers s’y rencontrent ou presque. Il n’est donc pas possible d’en dresser une liste a priori.

Toutefois, afin de vous guider dans vos recherches d’emploi, sachez que certains métiers sont plus fréquemment demandés. Il s’agit des métiers de base de toute institution importante : administration générale, gestion des ressources humaines, budgétaires, gestion des équipements, etc.

Inversement, d’autres métiers s’y rencontrent beaucoup plus rarement. Il s’agit des métiers très spécialisés correspondant à des domaines d’activité particuliers peu susceptibles de concerner les organisations : par exemple ethnologue (essentiellement à l’UNESCO), biologiste (Laboratoire Européen de Biologie Moléculaire).

De même, certains métiers peuvent être peu recherchés pendant une période puis faire l’objet d’avis de vacances de postes nombreux à une autre période. Actuellement, par exemple, parmi les emplois souvent ouverts à candidatures figurent ceux liés à la gestion des ressources humaines, à l’environnement, au droit et à la gestion des achats.

Certains emplois sont assez caractéristiques des organisations internationales : interprète, traducteur, coordinateur de programme humanitaire, expert en développement, emplois liés à la sécurité internationale et au désarmement, au maintien de la paix, etc.

Types d’emploi

La notion de fonctionnaire international n’a que peu de rapport avec la fonction publique au sens où nous l’entendons en France. D’abord, les fonctionnaires internationaux ne proviennent pas des fonctions publiques nationales, contrairement à ce que cette appellation pourrait laisser croire.

Plus de 9 Français sur 10 travaillant dans les organisations internationales n’ont aucun rapport avec la fonction publique française. Ensuite, qu’il s’agisse du mode de recrutement, du déroulement de carrière ou des statuts, les fonctionnaires internationaux sont gérés différemment. Le concours, lorsqu’il existe, ne débouche pas automatiquement sur un emploi : le lauréat doit trouver lui-même un poste dans l’organisation et se faire recruter. A défaut il perd le bénéfice du concours.

Souvent les recrutements prennent la forme de contrats à durée déterminée suivis parfois, mais de moins en moins, de contrats à durée indéterminée. Ils peuvent aussi prendre la forme d’un contrat de consultant, de vacataire, voire d’un emploi bénévole (cas des observateurs électoraux recrutés pour quelques semaines et simplement indemnisés de leurs frais).

Les garanties offertes par les statuts de personnel en vigueur dans les organisations varient beaucoup d’une organisation à l’autre, voire à l’intérieur d’une même organisation. Ainsi, à l’ONU, selon que l’on est recruté sur un poste du budget régulier (postes de la série 100) ou du budget alimenté par les contributions volontaires des Etats (postes de la série 200) ou encore sur un emploi non permanent (postes de la série 300) les garanties peuvent être très différentes (la série 300 par exemple ne prévoit rien en matière de congé de maternité).

Une exception notable aux considérations qui précèdent doit cependant être faite pour la fonction publique européenne : le mode de recrutement, la carrière et le statut ressemblent beaucoup à notre fonction publique nationale, si ce n’est que le lauréat du concours doit se trouver un poste lui même s’il veut être effectivement recruté.

Localisation des emplois

Par nature les postes offerts par les organisations internationales sont répartis presque partout dans le monde. C’est le cas par exemple des postes dits de terrain parfois situés dans des zones très difficiles, sans aucune commodité pour les familles.

Les postes situés au siège des organisations sont principalement en Europe. Presque toutes les grandes capitales européennes hébergent une ou plusieurs organisations internationales. Une part importante des postes est également située en Amérique du Nord (New York, Washington, Montréal), quelques-uns en Afrique (Nairobi, Abidjan) et en Asie (Manille, Bangkok).

Le lieu d’affectation du fonctionnaire international est toujours indiqué sur l’avis de vacance de poste. Il peut évidemment être très éloigné du lieu où se situe le service de recrutement. Un poste mis à la vacance par le bureau des ressources humaines de l’ONU à New York peut être situé à Addis-Abeba ou à Kaboul.

Fiches de poste

Pour mieux cerner le type d’emploi et les exigences des organisations internationales, il convient de bien lire les fiches de poste qu’elles publient.

Pour faciliter leur compréhension, l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) a mis en ligne un glossaire qui définit certains termes que l’on retrouve fréquemment dans les descriptifs détaillés des postes. Créé pour l’OSCE, ce glossaire peut également aider à expliciter des termes présents dans les fiches de poste d’autres organisations.

Doc:Glossaire OSCE , 79.3 ko, 0x0
Glossaire OSCE - (PDF, 79.3 ko)

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014