Accès rapide :

Présentation

Relations politiques

La France entretient de très bonnes relations avec la Zambie qui reposent sur des valeurs partagées et sur la volonté commune de contribuer à la stabilité du continent africain. Le dernier Chef de l’Etat zambien s’étant rendu à Paris est feu M. Levy Mwanawasa, reçu par le Président Chirac à Paris en février 2002, moins de deux mois après son élection, lors d’une réunion sur le NEPAD. Il fut aussi le premier Chef d’Etat zambien à participer au Sommet Afrique-France (février 2003). La réouverture fin 2004 de l’Ambassade de Zambie à Paris, fermée depuis 1996, a aussi témoigné de la qualité de ces relations. La visite à Lusaka en février 2005 du Ministre délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, M. Xavier Darcos, a permis la signature d’un aide-mémoire sur la coordination et l’harmonisation de l’aide à la Zambie. Suite à une attaque cérébrale, le Président Mwanawasa a été hospitalisé en France (Hôpital Percy) où il est décédé le 19 août 2008. La Zambie a été très sensible aux égards prodigués par notre pays en ces circonstances. Enfin, M. Edgar Lungu, alors Ministre de l’Intérieur, a participé au Sommet de l’Elysée de décembre 2013. La France a salué le bon déroulement des élections présidentielles du 20 janvier 2015 en Zambie et a félicité le nouveau président, Edgar Lungu, avec lequel elle souhaite travailler au renforcement des relations d’amitié et de coopération entre nos deux pays.

La France a une Ambassade à Lusaka :

Relations économiques

Les échanges commerciaux sont d’un niveau modeste (commerce bilatérale de 28 M€ : 20 M€ d’exportations françaises en Zambie contre 8 M€ d’importations en France de produits zambiens), mais en forte croissance. L’excédent commercial français croissant (4,2 M€ en 2009 et 18,9 M€ en 2010, 24 M€ en 2011 et 33 M€ en 2012) a été ramené à 12,6 M€ en 2013. Les exportations françaises sont portées par la vente d’équipements mécaniques, électriques et électroniques. La France importe de Zambie des pierres précieuses et du tabac.

La France dispose d’une communauté d’affaires très visible au sein des entreprises européennes opérant en Zambie avec, notamment, Lafarge (1ére capitalisation boursière du Lusaka Stock Exchange), Total, Bolloré, Comelex (filiale d’Alstom), Alstom, Veolia, Limagrain (participation dans Seed-Co), Louis Dreyfus Commodities mais aussi Schneider Electric, Thales, Soletanche, Newrest, Bic, Lactalis (par la marque Parmalat). Près d’une vingtaine d’entreprises françaises sont implantées ou en cours d’implantation en Zambie. Certaines de ces compagnies sont leaders sur leurs segments. De nombreux potentiels existent dans le domaine agricole, du tourisme, des infrastructures (en particulier énergies renouvelables, ouvrages d’art, aménagement urbain), des transports (aviation civile, ferroviaire), des TIC et des services.

Coopération culturelle, scientifique et technique

L’appui de la France à la Zambie passe d’abord par les canaux multilatéraux et européens :

  • Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose, le paludisme et pour le renforcement du système de santé : 296.7 million $ pour la période 2014-2016 auquel la France est deuxième contributeur après les Etats-Unis (à hauteur de 36M$ soit 12%)
  • Concours du Fonds Européen de Développement (489,8 M€ pour le 10ème FED, 2008-2013). Pour le 11ème FED (2014 – 2020), l’aide européenne (484 M€) est concentrée sur l’énergie, l’agriculture et la gouvernance.

Sur le plan bilatéral, l’AFD participe à plusieurs projets en Zambie pour un encours de 130 M euros en 2014 : le projet hydroélectrique d’Itezhi Tezhi ; la réhabilitation du tronçon zambien du corridor routier régional de Nacala ; le projet eau et assainissement pour la région du Copperbelt (Mulonga Water & Sewerage Cy). L’action de l’AFD en Zambie se développe, notamment avec des projets en 2015 dans le domaine agricole, d’habitat social ou de gestion des déchets urbains.

En termes de diplomatie culturelle, trois axes sont retenus :

  • (1) le soutien à la francophonie ;
  • (2) l’action culturelle, conduite notamment à partir de l’Alliance Française de Lusaka, principal centre culturel de la capitale ;
  • (3) la mise en place de projets en matière d’échanges et de partenariats entre universités, notamment entre écoles d’ingénieurs.

L’Ambassadeur de France en Zambie est Représentant spécial auprès du marché commun d’Afrique australe et orientale (COMESA). La France et l’OIF ont financé et soutiennent un centre de langues installé au siège du COMESA et destiné à former au français les fonctionnaires de l’organisation.

Mise à jour : 10.04.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015