Accès rapide :

La France et le Venezuela

Brève

Venezuela - Condamnation de M. Leopoldo Lopez, fondateur du parti Voluntad Popular (10 septembre 2015)

La France suit avec attention la situation au Venezuela dans le contexte de tensions que connaît le pays depuis les événements de février-mars 2014.

» Lire la suite ...

Présentation

  • Ambassadeur de France au Venezuela : M. Frederic DESAGNEAUX
  • Ambassadeur du Venezuela en France : M. Héctor MUJICA RICARDO

Relations politiques

La France et le Venezuela entretiennent des relations politiques régulières. Victorin Lurel, ministre des outre-mer a assisté aux obsèques d’Hugo Chavez, et Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, a représenté la France à la cérémonie d’investiture de son successeur.. La troisième Commission bilatérale de haut niveau s’est tenue à Caracas le 24 novembre 2012, sous la présidence de Benoît Hamon, Ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire et à la consommation, et de Nicolas Maduro, à l’époque premier vice-président de la République et ministre des Relations extérieures. Plusieurs accords ont été signés à cette occasion. Nicolas Maduro a effectué une visite officielle en France en juin 2013. L’entretien qu’il a eu avec le Président de la République a permis de définir un agenda bilatéral (projets économiques et coopération) et de faire apparaître desperspectives d’échanges économiques

Relations économiques

La relation avec le Venezuela est surtout concentrée autour de grands contrats (pétrole, transports urbains notamment). Le pays attire de nombreux investissements, réalisés principalement dans les domaines du pétrole, du gaz, des transports, de la chimie et de la pharmacie. LMalgré un net ralentissement des échanges ces deux dernières années, la Francese place toujours en 3ème position des investisseurs étrangers au Venezuela, avec un stock estimé à 5Mds de dollars (en comptant les flux transitant par des pays tiers).

Selon la Banque de France, nos entreprises, Total en tête, ont investi en moyenne 460 M€ par an entre 2005 et 2008 mais depuis la crise internationale, les mouvements de leurs avoirs vers le Venezuela ont été négatifs. Les investissements du Venezuela dans notre pays sont très limités (flux annuel inférieur au million d’Euros).

Une quarantaine d’entreprises françaisesconservent une implantation au Venezuela (contre une centaine en 2008), sous forme de filiales, succursales ou bureau de représentation opérant dans de nombreux domaines d’activités. Au côté des grands groupes dominants (Total, Alstom, Air France, L’Oréal, Sanofi-Aventis, Pernod-Ricard, Lactalis, etc.), on notera la présence de quelques PME et d’entrepreneurs indépendants

Notre partenariat s’appuie sur un accord de promotion et de protection réciproques des investissements (API), entré en vigueur en avril 2004 et valable jusqu’en 2019, ainsi que sur des instruments de coopération sectoriels (énergie, transports, économie sociale et solidaire). Le Venezuela s’est toutefois retiré du CIRDI en janvier 2012, posant la question de la résolution des différends, notamment en cas de nationalisation.

Les exportations françaises au Venezuela se sont élevées à 281 M€ en 2015 (-31% sur 1 an), et nos importations à 94 M€ (-18% sur 1 an, produits énergétiques principalement). Le taux de couverture de nos importations en 2015 a été de 299%. A l’inverse de nos investissements, notre part de marché demeure faible (1,2% ; 14ème fournisseur). Le Venezuela est en 2015 notre 88ème client et notre 101ème fournisseur.

Business France est actif au Venezuela sous la forme d´une délégation de service public (depuis 2012) à la CCI franco-vénézuélienne. Celle-ci se tient à la disposition des entreprises françaises pour les accompagner dans leurs démarches prospectives, en collaboration étroite avec le service économique de l’ambassade. Il en est de même d’une dynamique section des Conseillers du Commerce extérieur de la France, représentative des différents secteurs de l’offre française.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Reposant sur des liens anciens, notamment dans les domaines culturel et artistique, de la pensée et de la recherche, la coopération française s’inscrit dans une dynamique d’influence. Les principaux axes de notre action, largement cofinancée, sont les suivants :

- une forte coopération en matière d’enseignement supérieur et de recherche : programmes scientifiques PCP/RU2I et ECOS-Nord ; programme de bourses de Master 2 et de Doctorat avec la Fondation Gran Mariscal de Ayacucho (FUNDAYACUCHO) sous tutelle du Ministère pour la Science, la Technologie et l’Innovation ; signature d’un accord de coopération scientifique entre l’IRD et l’IVIC en novembre 2012 ; centre de formation de Renault en mécatronique automobile inauguré en novembre 2012 ; projets de coopération en matière de nouvelles technologies (télécommunications, imagerie satellitaire…) ;

- la promotion de la langue française, l’aide à l’édition d’ouvrages d’auteurs français et le soutien au Lycée français de Caracas (Colegio Francia), qui comporte deux sections d’enseignement : une section française (environ 800 élèves) et une section vénézuélienne (environ 500 élèves) ;

- une importante programmation culturelle, menée avec l’appui de mécènes et d’un réseau d’Alliances Françaises (7.310 élèves en 2012 ; implantation dans dix villes : Caracas - quatre sites distincts -, Maracaibo, Valencia, Barquisimeto, Mérida, Porlamar, Puerto La Cruz, Barinas, Maracay et Cumana depuis juin 2013) ;

Cette action culturelle se développe autour de temps forts tels la Fête de la Francophonie, le Festival du Cinéma français ou la Fête de la Musique, ainsi que sur l’invitation d’artistes français à participer aux manifestations culturelles organisés par le ministère vénézuélien de la culture. Elle s’appuie également sur de grands projets (ciné-concert Casanova en 2011 ; opéra Bolívar de Darius Milhaud en mars 2012, conduits en étroit partenariat avec le Système d’orchestres de jeunes El Sistema, fondé par le Maestro Jose-Antonio Abreu en 1975) ou la grande Exposition photographique « La France de Depardon » au Musée des Beaux-Arts de Caracas en 2013).

- le développement de coopérations en matière d’architecture et d’urbanisme, à travers le soutien au futur Musée vénézuélien d’architecture (développement d’un partenariat avec l’Institut Français d’Architecture) et à la réhabilitation du boulevard piétonnier de Sabanas Grande ;

- la promotion du débat d’idées, à travers l’invitation d’intervenants français à participer à divers colloques et séminaires, en particulier en milieu universitaire (ex : Semaine sur l’Amérique latine et la Caraïbe de l’Université Simón Bolivar).

Mise à jour : 13.04.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016