Accès rapide :

Présentation

Relations bilatérales

Nos deux pays maintiennent une profonde affinité politique, culturelle et linguistique. L’Etat uruguayen s’est inspiré du modèle français (laïcité, code Napoléon, système éducatif), exporté par une forte immigration française : à la fin du XIXème siècle, la communauté française comptait pour près d’un tiers de la population du pays. Nos relations ont toutefois été mises entre parenthèses pendant la période militaire (1973-1985), au cours de laquelle la France a accueilli de nombreux exilés.

Déplacements officiels, dans le sens France – Uruguay : du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger M. Edouard Courtial (décembre 2011) ; de la Ministre déléguée, chargée de la Francophonie, Mme Yamina Benguigui (mai 2013) ; de M. Bertrand Delanoë, Maire de Paris (décembre 2013) ; de M. Jean-Pierre Bel, Envoyé personnel du Président de la République pour l’Amérique latine et les Caraïbes (investiture de M. Vázquez le 1er mars 2015) ; visite de M. François Hollande, Président de la République (25 février 2016).

Dans le sens Uruguay – France : du Ministre de l’Economie et des Finances, M. Alvaro Garcia, en 2010, de M. Ehrlich, Ministre de l’Education et de la Culture, en 2012, 2013 et 2014 ; de M. Luis Almagro, ministre des Relations extérieures (juin 2014), visite officielle du Président Tabaré Vázquez (octobre 2015).

Relations économiques

Nos échanges commerciaux bilatéraux ont fortement augmenté ces dernières années (+79% de 2008 à 2013). Ils ont atteint leur plus haut niveau en 2013 (268 M€) mais sont en recul en 2014 à 247 M€ (-8%). Notre excédent se chiffre à 121,3 M€ en 2014 (contre 146 M€ en 2013). L’Uruguay se place au 8ème rang de nos partenaires commerciaux d’Amérique latine et notre commerce bilatéral représente 1,7% de nos échanges avec cette zone.

Nos exportations sont en recul, notamment dans les secteurs de l’automobile et des pesticides (184,1 M€ en 2014 contre soit -11%). Elles s’élevaient à 207 M€ en 2013, principalement en raison de la forte hausse des ventes de produits agrochimiques et du triplement des exportations d’équipements de communication. Nos exportations sont constituées, de parfums et de produits de toilette, de véhicules et d’accessoires automobiles, d’équipements mécaniques et de machines industrielles.

Nos importations sont restées relativement stables (62,8 M€ en 2014 soit +2,9%). La pâte à papier représente notre principale importation.

La France est l’un des premiers investisseurs en Uruguay. Environ soixante entreprises françaises opèrent en Uruguay, créant environ 8 000 d’emplois (L’Oréal, Danone-Salus, Accor-Sofitel, Bongrain, Faurecia). Nos entreprises investissent massivement depuis quelques années dans le pays : Total a remporté en mars 2012 une licence d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures dans les eaux uruguayennes ; Akuo Energy développe un parc éolien de 50 MW ; Accor a inauguré l’hôtel-Casino Carrasco rénové ; Air France a décidé de desservir à nouveau Montevideo. Faurecia, l’un des premiers équipementiers automobiles dans le monde a ouvert une usine en 2011 et Alstom met en œuvre l’interconnexion électrique avec le Brésil sur le site de Melo.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération scientifique, de très haut niveau, s’organise autour de l’Institut Pasteur de Montevideo (IPM), centre de recherche et de formation médicale d’excellence, et sur des programmes de recherche et de mobilité (Amsud-Pasteur, Ecos, etc.). Elle s’est récemment renforcée avec la signature d’un accord de coopération entre nos Académies des sciences en mars 2014 et d’une convention entre le CNRS et l’Agence nationale pour la recherche et de l’innovation.
La visite du Président Vázquez en octobre 2015 a été l’occasion de renforcer significativement la coopération universitaire et dans le domaine de la recherche (accord de reconnaissance mutuelle des diplômes, convention Campus France en matière de bourse, convention cadre INRA).

Avec près d’une centaine d’étudiants uruguayens inscrits dans les universités françaises (dont les trois quarts au niveau Master et Doctorat), la France se place au 5ème rang des pays d’accueil. Dans le prolongement de l’ouverture d’un espace Campus France à Montevideo et du lancement de la plateforme « France alumni » en 2015, une nouvelle dynamique s’est engagée en faveur de l’offre universitaire française, Celle-ci est encore favorisée par la signature d’un accord « visa vacances travail » a en février 2016, à l’occasion de la visite du Président de la République en Uruguay.

Notre coopération culturelle est dense. Alors que l’apprentissage du français souffre de la concurrence de l’anglais et du portugais, le lycée Jules Supervielle de Montevideo compte plus de mille élèves et le pays dispose d’un réseau de huit alliances françaises. Une politique de retour de l’enseignement du français a été formalisée par la signature d’une déclaration conjointe des présidents français et uruguayen en octobre dernier. Aussi notre ambassade décerne-t-elle un « label » à des actions culturelles qui jouit d’une forte visibilité en Uruguay. Elle encourage notre coopération dans des domaines variés en collaboration avec les autorités uruguayennes : création contemporaine, exposition itinérante de photos des tableaux du Louvre, formation d’artistes.

Mise à jour : 23.06.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016