Accès rapide :

L’Union européenne et le Turkménistan

Présentation

Un accord de partenariat et de coopération (APC) a été signé entre l’Union européenne et le Turkménistan en mai 1998. La France ayant achevé sa procédure de ratification (autorisation par l’Assemblée nationale le 16 juin 2015, après le Sénat en mars 2013), seuls la Grande-Bretagne et le Parlement européen (examen prévu début 2016) n’ont pas encore ratifié l’APC, considérant que la situation des droits humains dans le pays n’est pas satisfaisante. L’accord intérimaire commercial, signé en novembre 1998, est entré en vigueur en août 2010.

Le Turkménistan bénéficie des projets européens financés par l’instrument de financement du développement de la coopération (ICD), qui soutient le développement économique et social, avec une priorité à la formation professionnelle, ainsi que des programmes d’infrastructure régionaux Inogate (hydrocarbures) et Traceca (transport). Le pays étant le seul d’Asie centrale à ne pas bénéficier d’une délégation de l’Union Européenne, un chargé d’affaire a été nommé en 2013. Depuis son adoption en juin 2007, la coopération entre l’UE et le Turkménistan s’inscrit dans le cadre de la stratégie de l’UE pour l’Asie centrale, qui a notamment permis d’instaurer un dialogue annuel sur les droits humains.

Le Conseil de l’UE a donné en septembre 2011 à la Commission européenne un mandat de négociations avec l’Azerbaïdjan et le Turkménistan sur le projet de gazoduc Transcaspien, qui vise à offrir une voie alternative d’exportation des hydrocarbures turkmènes vers l’Europe, via le Caucase et la Turquie.

Mise à jour : 07.01.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016