Accès rapide :

Tunisie - Assassinat de Mohamed Brahmi (25 juillet 2013)

Le président de la République a condamné le 25 juillet avec la plus grande fermeté l’odieux assassinat de M. Mohamed Brahmi, député d’opposition, élu à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) en 2011, fondateur et ancien secrétaire général du Mouvement du peuple.

L’assassinat de Mohamed Brahmi comme celui de Chokri Belaïd ne sauraient rester impunis. Toute la lumière doit être faite sur ces crimes qui, comme l’a rappelé le 25 juillet le ministre des affaires étrangères, visent à faire échouer la transition démocratique en Tunisie et la recherche d’une unité nationale.

Lors de sa visite d’État en Tunisie, les 4 et 5 juillet, le président de la République a réitéré le soutien de notre pays à la transition en cours et sa solidarité avec tous les Tunisiens attachés aux valeurs de la révolution. Il avait aussi appelé à l’esprit de responsabilité nécessaire à la préservation de l’unité nationale comme au succès de la transition démocratique, qui prévoit l’adoption d’une Constitution et l’organisation d’élections d’ici la fin de l’année.

- Tunisie - Assassinat de Mohamed Brahmi - Entretien de Laurent Fabius, avec « France-info » (Ljubljana, 25 juillet 2013)

"La France condamne cet assassinat de la façon la plus absolue. Non seulement nous la condamnons, mais nous demandons évidemment que la recherche des criminels soit la plus rapide et la plus efficace possible."


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014