Accès rapide :

La France et le Tchad

Brève

Afrique - Déplacement de Laurent Fabius au Tchad, au Cameroun et au Niger (21-22 février 2015)

Laurent Fabius a réaffirmé à ses interlocuteurs le soutien de la France à leur engagement résolu dans la lutte contre le terrorisme et en particulier à la mise en place, avec le Nigeria, d’une force africaine contre Boko Haram. Cette organisation représente une menace pour toute la région. Ils ont fait également le point sur la dégradation de la situation humanitaire dans les zones frontalières du Nigeria.

» Lire la suite ...

Présentation

Relations politiques

Pendant la crise du Darfour, la France est beaucoup intervenue en faveur du Tchad afin de trouver une solution politique et de traiter la dimension régionale de cette crise, sur les plans sécuritaires, humanitaires, et pour aider les régions affectées : la France a été à l’initiative de la résolution du Conseil de sécurité qui a décidé du déploiement, dans l’est du Tchad et le nord-est de la RCA, d’une présence internationale (EUFOR Tchad-RCA) dont elle a été le principal contributeur. Avec la participation d’une vingtaine de pays, cette mission a été un succès pour la politique européenne de sécurité et de défense. La France a ensuite appuyé l’objectif d’une relève d’EUFOR par l’ONU (mars 2009).

La France a aussi apporté un appui au dialogue politique inter-tchadien pour les élections de 2011-2012 : statut d’observateur, avec l’UE, au sein du comité de suivi de l’accord du 13 août 2007 ; soutien à la création d’une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les événements de février 2008 (attaque rebelle sur N’Djamena, violences et disparitions).

Alors que le Tchad connaît, depuis 2010, une période de stabilité propice à son développement, la France a sollicité et obtenu un soutien de l’UE pour financer des projets dans le cadre de la réforme de l’armée tchadienne (baisse d’effectifs et réinsertion professionnelle des ancien soldats) et de DDR.

Nous avons également soutenu l’engagement personnel du président Déby pour la sauvegarde du lac Tchad, dont le niveau a baissé ces vingt dernières années. Celui-ci a participé au Forum mondial de l’Eau à Marseille le 12 mars 2012, au cours duquel il a fait un plaidoyer en direction des bailleurs internationaux pour financer une trentaine de projets en faveur du lac Tchad. Nous avons contribué à la mobilisation des bailleurs lors de la présentation de ces projets (la France apporte un appui à travers le Fonds français pour l’environnement mondial, pour 800.000€). Le Président Déby a fait un nouveau plaidoyer au Sommet Rio +20, le 21 juin 2012.

Visites

  • Le président Déby s’est rendu à Paris en juillet 2007 et s’est entretenu avec M. Nicolas Sarkozy.
  • M. Sarkozy et M. Kouchner se sont rendus au Tchad le 27 février 2008.
  • Les 21 et 22 novembre 2008, M. Kouchner, s’est déplacé dans l’Est. Il a participé aux cérémonies de transfert d’autorité entre EUFOR et la MINURCAT, les 14 et 15 mars 2009, à N’Djamena et Abéché.
  • Lors de visites privées (16 octobre 2009 et 8 avril 2010), le président Déby a rencontré son homologue à Paris. Il a participé au sommet Afrique-France de Nice (31 mai – 1er juin 2010) et aux célébrations du cinquantenaire des indépendances, les 13 et 14 juillet 2010 à Paris.
  • Mme Idrac, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, s’est rendue au Tchad en septembre 2010, ainsi que Mme Létard, secrétaire d’Etat chargée des technologies vertes et des négociations sur le climat, le 31 octobre 2010, à l’occasion du Forum mondial du Développement durable consacré à la sauvegarde du Lac Tchad.
  • En janvier 2011, M. Juppé, ministre de la Défense et des anciens combattants, a assisté à la célébration du cinquantenaire de l’indépendance tchadienne. En décembre 2011, M. Laffineur, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la défense, s’est rendu au Tchad.
  • Le ministre des Affaires étrangères, M. Fabius, a rencontré le président Déby à N’Djamena le 28 juillet 2012.
  • Le président Déby a eu un entretien avec M. François Hollande, Président de la République, le 5 décembre 2012 à Paris.
  • Le 21 mars 2013, M. Fabius s’est entretenu à Paris avec son homologue tchadien, M. Moussa Faki Mahamat.
  • Les 6 et 7 décembre 2013, le président Déby s’est rendu à Paris à l’occasion du sommet de l’Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique.
  • Depuis début 2014, le président Déby est venu en France à deux reprises à titre bilatéral, pour s’entretenir avec le Président de la République : le 14 février 2014, puis le 4 avril, au lendemain du sommet UE-Afrique. Il est venu à Paris une troisième fois, le 17 mai, afin de participer au sommet de Paris sur la situation au Nigéria (et la lutte contre la secte Boko Haram).
  • Le président Hollande a rencontré le président Déby à N’Djamena lors de son déplacement au Tchad les 18 et 19 juillet 2014.
  • Le Premier ministre, M. Manuel Valls, accompagné par M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s’est rendu au Tchad le 22 novembre 2014.
  • Dans le cadre d’une tournée régionale consacrée à la crise Boko Haram, M. Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères et du développement international, s’est rendu à Ndjamena le 21 février 2015.

Relations économiques bilatérales

La France est un des premiers partenaires économiques du Tchad. Le montant annuel des échanges atteint 160 M€. Le solde commercial franco-tchadien a progressé grâce à la hausse des exportations françaises, constituées principalement de médicaments, de farines et céréales, de matériel électrique, automobile et de BTP. Les importations françaises en provenance du Tchad étaient jusqu’en 2012 très majoritairement concentrées sur la gomme arabique ; en 2013, le pétrole est devenu le premier poste d’importation français au Tchad. Avec un stock de 101 M€ en 2012, la France occupe le 3e rang des IDE (investissements directs à l’étranger) au Tchad, derrière les Etats-Unis et la Chine. Malgré un environnement des affaires relativement difficile (le Tchad est en dernière position du classement Doing Business de la Banque mondiale en 2013), une vingtaine de filiales d’entreprises françaises opèrent au Tchad et disposent de perspectives de développement.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La France (1er bailleur bilatéral, hors aide humanitaire et alimentaire) mène une coopération civile importante.

En 2014, les engagements de l’AFD au Tchad se sont élevés à 17,5 millions d’euros. Trois projets sont en cours de réalisation : un projet d’appui à la Maison de la petite entreprise, un projet d’appui au secteur de la santé au Tchad, et un projet dans le domaine de l’hydraulique pastorale. L’année 2013 a vu le lancement de deux nouveaux projets du Fonds de solidarité prioritaire (FSP) dans les secteurs de l’appui à la gouvernance (renforcement de la redevabilité des politiques publiques) et au bénéfice de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Coopération militaire

La France et le Tchad ont conclu en 1976 un « accord de coopération militaire technique ». La France passe actuellement, en concertation avec les autorités civiles et militaires tchadiennes, d’une logique d’assistance à une logique de partenariat par projets, qui vise à renforcer les capacités militaires tchadiennes.

Les actions visent principalement la réorganisation de l’armée nationale tchadienne (ANT) avec une action forte au profit de la reconversion des militaires démobilisés, la formation (qui demeure le socle intangible de notre action), le soutien institutionnel de la gendarmerie par un renforcement de l’Etat de droit et la santé avec un appui au profit de l’hôpital militaire d’Instruction. Dans le cadre de la sécurisation du territoire et de la surveillance des frontières, un projet de soutien à la réorganisation de la garde nationale et nomade tchadienne (GNNT) est développé depuis l’été 2007.

La coopération dans le domaine de la sécurité intérieure s’étend également depuis l’automne 2014 à la lutte antiterroriste avec un appui au renforcement des capacités d’action des capacités policières et judiciaires tchadiennes dans ce domaine.

Enfin, depuis le 1er août 2014, l’état-major de l’opération Barkhane, est installé à N’Djamena. Forte de 3 000 hommes, cette opération vise à lutter sur l’ensemble de la zone sahélo-saharienne contre les groupes armés terroristes et les trafics en tous genres susceptibles de déstabiliser les Etats concernés

Mise à jour : 05.03.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015