Accès rapide :

Syrie - Conseil des Droits de l’homme des Nations unies - Déclaration de Laurent Fabius (1er juin 2012)

A la demande d’un grand nombre de pays révoltés par la barbarie du crime de Houla et les violations des droits de l’Homme qui se poursuivent en Syrie, le Conseil des droits de l’Homme s’est réuni en session urgente à Genève.

Au cours de cette réunion, les représentants des pays du monde entier ont condamné dans les termes les plus forts possibles le massacre odieux de Houla, en particulier de 49 enfants, ainsi que la poursuite des violations massives des droits de l’Homme perpétrées dans ce pays par le régime de Damas.

La communauté internationale s’est aujourd’hui prononcée très largement et très fortement pour condamner la barbarie : 41 pays ont voté à Genève en faveur de la résolution qui vient d’être adoptée par le Conseil des droits de l’Homme alors que trois pays seulement ont voté contre ce texte.

Cette résolution exprime sans ambiguïté cette condamnation de la communauté internationale. Elle établit clairement que les autorités syriennes ont failli à leur responsabilité première de protéger le peuple syrien. Elle appelle à une cessation immédiate des violences et au respect des droits de l’Homme par les autorités de Damas. Elle récuse toute impunité pour les responsables civils et militaires des massacres et des crimes commis. Elle charge la commission d’enquête sur la Syrie de faire toute la lumière sur le massacre de Houla et exige un accès immédiat au territoire syrien pour ses enquêteurs. Enfin, le Conseil des droits de l’Homme exige un accès immédiat et complet pour l’aide humanitaire.

Le peuple syrien doit être entendu. Le Conseil des droits de l’Homme est le lieu où s’exprime la conscience morale de l’humanité. La résolution de ce jour exprime avec force la solidarité de la communauté internationale avec le peuple syrien ; elle marque la réprobation sans appel de la communauté internationale devant les crimes qui se poursuivent en Syrie ; elle démontre une fois de plus l’isolement du régime de Damas, dont plus personne ne peut cautionner la barbarie.

Pour en savoir plus

- Lire l’intervention du Représentant permanent de la France auprès de l’Office des Nations unies (Genève, 1er juin 2012)

"La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Le massacre abominable de Houla constitue le paroxysme affreux de quinze mois d’une répression sanglante, orchestrée par les autorités syriennes au plus haut niveau ; une répression qui a fait près de 15.000 morts ; 15.000 morts !

Ce crime épouvantable démontre la barbarie de ce gouvernement qui ne recule devant rien pour faire taire les aspirations les plus légitimes, les droits les plus fondamentaux de son peuple. Un gouvernement qui bombarde, exécute et torture des hommes et des femmes, et même les plus vulnérables, les enfants."


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014