Accès rapide :

Syrie (Q&R- Extrait du point de presse du 23 juillet 2013)

Q : Au Conseil Affaires étrangères de Bruxelles hier, la question d’éventuelles livraisons d’armes à l’opposition syrienne a-t-elle été discutée ?


R : S’agissant de la situation en Syrie, Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, a souligné hier à Bruxelles deux points majeurs :

- il a d’abord rappelé le drame humanitaire qui, en Syrie, a fait plus de 100 000 morts et des millions de réfugiés et déplacés. Il est donc impératif que l’aide humanitaire puisse être augmentée, tant au niveau européen qu’international. Le ministre des affaires étrangères a, sur la situation humanitaire en Syrie, mis en avant l’importance de l’adoption d’une résolution du conseil de sécurité des Nations unies ;

- Laurent Fabius a également rappelé la nécessité d’une solution politique, à savoir l’organisation d’une conférence Genève II. Cela suppose un rééquilibrage de la situation sur le terrain. La France soutient la Coalition nationale syrienne, dont le nouveau président sera reçu demain à Paris par le président de la République.

Dans cette perspective, nous avons décidé avec nos partenaires, lors de la réunion organisée le 22 juin à Doha, de mettre en place une aide collective, concertée et complémentaire. La France aide la Coalition nationale syrienne mais n’a pas livré d’armes létales, n’estimant pas suffisantes les garanties. Nous livrons du matériel non létal pour renforcer les capacités de l’opposition armée, comme par exemple des moyens d’observation et de communication sécurisés. Nous apportons également une assistance technique permettant d’optimiser les moyens dont l’opposition dispose.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014