Accès rapide :

Syrie - Appel des 11 (+ Allemagne) à une réponse internationale forte (7 septembre 2013)

NB : L’Allemagne et d’autres pays ont depuis signé cet appel.

Déclaration des 11 (+Allemagne qui a signé aujourd’hui) en marge du G20 sur la Syrie - Déclaration commune sur la Syrie

Les leaders et représentants de l’Arabie saoudite, de l’Australie, du Canada, de l’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de la France, de l’Italie, du Japon, de la République de Corée, du Royaume-Uni et de la Turquie ont fait la déclaration suivante en marge de la réunion des chefs d’État ou de gouvernement des pays du Groupe des 20, à Saint-Pétersbourg, en Russie :

La norme internationale contre l’utilisation d’armes chimiques est ancienne et universelle. Le recours aux armes chimiques partout diminue la sécurité des personnes partout. Ne pas le sanctionner, c’est accroître le risque d’une nouvelle utilisation et de la prolifération de ces armes.

Nous condamnons dans les termes les plus fermes l’horrible attaque aux armes chimiques dans les faubourgs de Damas le 21 août qui a coûté la vie à tant d’hommes, de femmes et d’enfants. Les éléments de preuve indiquent clairement que le gouvernement syrien est responsable de cette attaque, laquelle s’inscrit dans la pratique de l’utilisation d’armes chimiques par ce régime.

Face à cette grave violation des règles et de la conscience du monde, nous appelons à une réponse internationale forte qui enverra le message clair que ce genre d’atrocité ne doit jamais se répéter. Ceux qui ont perpétré ces crimes doivent être tenus responsables.

Les signataires ont constamment soutenu l’adoption d’une résolution énergique par le Conseil de sécurité de l’ONU, au vu des responsabilités qui lui incombent de piloter la réponse internationale, mais ils reconnaissent que le Conseil demeure paralysé, comme il l’est depuis deux ans et demi. Le monde ne peut pas passer son temps à attendre, devant des processus sans cesse voués à l’échec qui ne peuvent que conduire à une augmentation de la souffrance en Syrie et à l’instabilité régionale. Nous soutenons les efforts entrepris par les États-Unis et d’autres pays pour renforcer l’interdiction de l’utilisation d’armes chimiques.

Nous nous engageons à appuyer des efforts internationaux à long terme, y compris par le biais des Nations unies, afin de relever le défi constant que les stocks d’armes chimiques de la Syrie posent pour la sécurité. En outre, les signataires ont demandé à la mission d’enquête de l’ONU de présenter ses résultats dès que possible, et au Conseil de sécurité d’agir en conséquence.

Nous condamnons dans les termes les plus énergiques toutes les violations des droits de l’homme en Syrie, de tous les côtés. Plus de 100.000 personnes ont été tuées dans ce conflit, plus de 2 millions sont devenues des réfugiés et environ 5 millions sont déplacées sur le territoire syrien. Conscients que le conflit en Syrie n’a pas de solution militaire, nous réaffirmons notre engagement à rechercher un règlement politique pacifique à travers l’application intégrale du Communiqué de Genève de 2012. Nous sommes déterminés à trouver une solution politique qui aboutira à une Syrie unie, inclusive et démocratique.

Nous avons contribué généreusement au dernier appel de l’ONU et du CICR en faveur d’une assistance humanitaire et nous continuerons à fournir un soutien pour répondre aux besoins humanitaires croissants en Syrie et à leurs répercussions sur les pays de la région. Nous accueillons avec satisfaction les contributions annoncées lors de la réunion des pays donateurs en marge du G20. Nous appelons toutes les parties à permettre aux acteurs humanitaires d’accéder en toute sécurité et sans entraves aux personnes dans le besoin.

Les signataires européens continueront à œuvrer en vue de promouvoir une position européenne commune.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014