Accès rapide :

Situation en Syrie (Q&R - Extrait du point de presse - 18 septembre 2013)

Q : On vient d’apprendre que le site internet WND a obtenu les informations suivantes : les rebelles du groupe Al Nursa ont été arrêtés et ils avaient du sarin en leur possession. Cette révélation peut-elle pousser le Ministère des Affaires Etrangères à revoir la stratégie et la politique française concernant la crise syrienne ? Le gouvernement syrien clame avoir des preuves que les rebelles sont derrière les attaques.


Nous ne commentons pas les informations de presse.

Le secrétaire général des Nations unies a qualifié d’accablant le rapport qu’il a présenté le 16 septembre au conseil de sécurité. Ce rapport de la mission d’enquête de l’ONU sur l’emploi d’armes chimiques en Syrie confirme l’emploi massif de gaz sarin lors de l’attaque du 21 août qui a fait au moins 1500 victimes. Les données du rapport confirment ce qu’avaient indiqué nos services de renseignement.

Il ne fait aucun doute que le régime de Bachar Al-Assad est à l’origine de l’attaque, au regard des quantités de gaz toxiques utilisées, de la complexité des mélanges opérés ainsi que de la nature et de la trajectoire des vecteurs. Le régime est seul à même de maîtriser ces techniques et de disposer des produits nécessaires. Les auteurs du massacre du 21 août devront rendre des comptes.

Concernant la résolution de la crise syrienne, l’accord sur la destruction des armes chimiques constitue une étape importante. Il doit être mis en oeuvre de façon rapide, vérifiable et contraignante.

Comme l’a indiqué le 15 septembre le président de la République, il ne constitue pas un point d’arrivée pour mettre un terme au conflit syrien. Des centaines de Syriens continuent de mourir chaque jour. Il convient donc de trouver, dans les meilleurs délais, une solution politique.

Q : La Coalition nationale syrienne s’est dotée d’un nouveau Premier ministre. Avez-vous un commentaire ?


La France félicite Ahmed Toumeh pour son élection par la Coalition nationale syrienne comme Premier ministre du gouvernement provisoire. Nous souhaitons que cette élection contribue à l’unification de l’opposition, au renforcement de sa cohésion sous l’égide de la Coalition et de son président, Ahmed Al Jarba, et à la construction d’une Syrie libre et démocratique.

La France a été l’un des premiers pays à reconnaître la Coalition nationale syrienne comme le représentant légitime du peuple syrien, suivie en cela par de très nombreux pays - plus d’une centaine aujourd’hui.

- Voir toutes les dernières actualités sur la situation en Syrie


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014