Accès rapide :

Situation des réfugiés venant de Syrie (Q&R - Extrait du point de presse - 17 octobre 2013)

Q : Est-ce-possible de nous faire un rappel concernant les réfugiés syriens ici en vue de la décision hier d’accueillir 500 réfugiés supplémentaires en France ? Les derniers chiffres fournit par les autorités françaises parlent de 900 demandes adultes, plus le même nombre d’enfants et avec plus de 95 pourcent de réponses positives aux demandes d’asile…parlant pas des autres catégories de séjour en France. Actuellement, Il y aurait combien de syriens réfugiés en France qui on fuit le conflit dans leur pays ?


R : Comme le rappelait hier M. Guterres, Haut-Commissaire aux Réfugiés, reçu par le président de la République et le ministre des Affaires étrangères, la France est le premier pays européen en matière d’asile, toutes origines confondues : près de 60 000 demandes sont reçues chaque année. Le Haut-Commissaire a également souligné la qualité des procédures et l’efficacité des institutions françaises, en particulier l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).

La France est pleinement consciente de la détresse des familles syriennes ou palestiniennes de Syrie contraintes à l’exil. C’est pourquoi les demandes de ces réfugiés sont examinées avec une particulière bienveillance  : l’OFPRA, qui traite ces demandes en France, répond favorablement dans 95% des cas. Par ailleurs, la France est l’un des rares pays en Europe à accepter d’instruire des demandes depuis nos ambassades et nos consulats dans les pays voisins de la Syrie : à Beyrouth, Amman, Ankara et Istanbul.

La France accorde également d’autres types de visa, notamment de long séjour, aux ressortissants syriens. Au total depuis le début de la crise près de 3000 ressortissants syriens ont été accueillis en France. En 2013, nous avons doublé le nombre de réfugiés syriens accueillis.

La France s’est engagée auprès du HCR à accueillir davantage de réfugiés syriens, notamment venant des pays voisins de la Syrie. 500 réfugiés syriens dont la vulnérabilité nous aura été signalée par le HCR pourront être accueillis dans les mois à venir, dans le cadre d’un accord avec le HCR. Le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’intérieur sont déjà pleinement mobilisés pour la mise en œuvre de cet accord.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014