Syrie - Rapport de Human Rights Watch sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie (13 février 2017)

La France a pris connaissance avec préoccupation du contenu du rapport de Human Rights Watch du 13 février faisant état d’allégations d’attaques chimiques répétées perpétrées en Syrie.

Il s’agit d’accusations très graves : au moins 8 attaques au chlore menées par le régime syrien contre la population civile à Alep y sont recensées entre le 17 novembre et le 13 décembre 2016. En appui à ces attaques, le régime a également utilisé de façon répétée des moyens militaires conventionnels.

Si ces informations étaient confirmées, elles constitueraient une nouvelle preuve que le régime de Damas ne se conforme toujours pas à ses obligations internationales et qu’il agit en violation des résolutions du conseil de sécurité des Nations unies. Nous rappelons que le JIM - le mécanisme d’enquête conjoint des Nations unies et de l’organisation pour l’interdiction des armes chimiques - a établi de manière incontestable l’emploi d’armes chimiques par l’armée syrienne à trois reprises, et par Daech dans un cas.

Il revient au conseil de sécurité des Nations unies d’agir. Comme elle l’a fait jusqu’à présent, la France ne ménage pas ses efforts et continue de discuter avec ses partenaires du conseil de sécurité afin d’adopter une résolution sanctionnant les responsables de ces attaques.

L’emploi d’armes de destruction massive constitue un crime de guerre et une menace à la paix. L’impunité n’est pas une option.

Sur le même sujet

Informations complémentaires

PLAN DU SITE