Accès rapide :

Syrie - Q&R - Extrait du point de presse du 17 janvier 2017

Q - Sergei Lavrov a dit ce matin qu’il avait des informations comme quoi certains pays européens voulaient saboter les négociations syriennes à Astana parce qu’ils n’étaient pas invités. Que pensez-vous de ces propos ?

R - La réunion d’Astana est conjointement préparée par la Russie et la Turquie. Nous avons compris qu’elle avait pour objectif de consolider la cessation des hostilités et de préparer la reprise des négociations le 8 février à Genève, sous l’égide de l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, M. Staffan de Mistura.

M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, s’est entretenu le 15 janvier avec son homologue turc, M. Mevlüt Cavusoglu. Il lui a confirmé le soutien de la France aux objectifs affichés par les organisateurs de cette réunion et a insisté sur l’importance d’une représentation large et crédible de l’opposition. Il a réaffirmé l’importance d’engager une négociation en vue d’une transition politique sur la base du communiqué de Genève et de la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies. Le respect de ce cadre internationalement agréé est indispensable.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE