Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (29 juin 2017)

Q - La France souhaite-t-elle créer un nouveau groupe de contact sur la Syrie qui serait composé du P5 et de certains pays clefs de la région ?

R - Comme l’a rappelé Jean-Yves Le Drian dans l’entretien qu’il a accordé le 29 juin au Monde, une solution politique en Syrie doit « inclure toutes les composantes syriennes, avec le soutien des Nations unies, en particulier les membres permanents du conseil de sécurité et les pays de la région. »

C’est dans cet objectif de parvenir à une transition politique négociée que M. Jean-Yves Le Drian poursuit ses consultations.

Q - Le ministre parle d’une solution politique en Syrie avec toutes les composantes syriennes. Peut-on conclure que vous voudriez que le PYD/YPG fasse partie d’un tel processus contrairement à la situation actuelle dans les négociations à Genève ?

R - La France soutient la médiation des Nations unies conduite par Staffan de Mistura dans le cadre fixé par la résolution 2254 du Conseil de sécurité et du communiqué de Genève. Ces textes définissent clairement les parties prenant part à la négociation : les représentants de l’opposition et le régime.

La résolution 2254 réaffirme notamment que « le seul moyen de régler durablement la crise syrienne est un processus politique ouvert, conduit par les Syriens, répondant aux aspirations légitimes du peuple syrien et mené dans la perspective de l’application intégrale des dispositions du communiqué de Genève du 30 juin 2012 ».

Q - Quelles sont vos bases de principes robustes pour la nouvelle méthode de dialogue en Syrie ?

R - Jean-Yves Le Drian a rappelé les quatre principes qui guident notre action dans l’entretien qu’il a accordé au Monde le 29 juin : "Le premier est la lutte contre tous les terrorismes ; le second est l’interdiction absolue de tout emploi ou fabrication d’armes chimiques ; le troisième est d’assurer la distribution des aides humanitaires à tous ceux qui en Syrie en ont besoin. Le quatrième est une solution politique incluant toutes les composantes syriennes, avec le soutien des Nations unies, en particulier les membres permanents du Conseil de sécurité et les pays de la région".

Informations complémentaires

PLAN DU SITE