Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (27 juin 2017)

Q - Vu que la ligne rouge française en Syrie est l’utilisation des armes chimiques, avez-vous des indications comme les Etats-Unis sur des préparatifs en vue d’une attaque chimique ?

R - Comme le président de la République l’a rappelé dans l’entretien qu’il a accordé à huit quotidiens européens le 22 juin, l’utilisation des armes chimiques en Syrie constitue une ligne rouge pour la France. Cette question est essentielle dans nos discussions avec nos partenaires et les acteurs internationaux concernés.

Nous restons pleinement mobilisés pour la défense du régime de non-prolifération des armes chimiques, qui interdit en particulier l’emploi de telles armes. La France s’engage aussi pleinement pour que les responsables de ces attaques soient sanctionnés.

Q - Entre qui estimez vous qu’une transition politique négociée devrait se tenir en Syrie ?

R - Le communiqué de Genève et la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies définissent les termes de référence d’une transition politique négociée, sur lesquels la communauté internationale s’est accordée pour mettre fin au conflit en Syrie.

Les négociations qui se tiennent à Genève entre les parties syriennes sous l’égide de M. Staffan de Mistura, envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies, ont pour objectif d’y parvenir. La France leur apporte tout son soutien.

Cette transition est indispensable pour stabiliser la Syrie et lutter efficacement contre le terrorisme.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE