Accès rapide :

Soudan/Soudan du Sud - Attaque contre un camp de transit (25 janvier 2012)

La France condamne le bombardement le 23 janvier d’un camp de transit installé au Soudan du Sud et qui accueille des réfugiés du Soudan. Non seulement ce bombardement a frappé des civils dans une situation déjà dramatique, mais il a mis en danger des agents du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et de l’Office International des Migrations, qui organisaient le transfert de ces réfugiés vers une zone plus sûre.

Cette agression viole une frontière, constitue une atteinte au droit international humanitaire et met en jeu la vie de civils et de travailleurs humanitaires. Cette situation est inacceptable.

La France exhorte l’ensemble des parties au conflit qui touche, au Soudan, les Etats fédérés du Kordofan méridional et du Nil bleu à cesser immédiatement les hostilités et garantir aux acteurs humanitaires un accès sûr et sans entraves aux populations civiles.

La France est très préoccupée par les dernières décisions prises unilatéralement par les gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud, qui vont à l’encontre de l’esprit d’amitié et de coopération dont ils avaient su faire preuve entre janvier et juillet 2011. Ces développements mettent en danger l’avenir des deux Etats. Il est aujourd’hui essentiel que les responsables politiques des deux pays fassent preuve de responsabilité et saisissent l’occasion du prochain sommet extraordinaire de l’IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement) pour parvenir à un accord, sur la base de propositions du Panel de Haut Niveau de l’Union Africaine.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014