Relations avec l’Union européenne

Présentation

La Slovaquie est entrée dans l’Union européenne le 1er mai 2004 (92 % de « oui » au référendum d’adhésion), dans l’espace Schengen en 2007 et dans la zone euro en 2009. La Slovaquie a assuré pour la première fois de son histoire la présidence du Conseil de l’UE au second semestre 2016. Cette présidence a permis l’adoption de la feuille de route de Bratislava, qui a contribué à la relance de l’Union européenne après le referendum britannique du 23 juin 2016 sur le Brexit.

Présence dans les institutions européennes : le commissaire slovaque au sein de la Commission Juncker est M. Maroš Šefčovič, vice-président, chargé de l’Union de l’énergie. La Slovaquie dispose de 1,06 % des voix au Conseil de l’Union européenne et de 13 députés au Parlement européen.

Brexit : la Slovaquie est attachée à l’unité et à la cohésion des 27 avec pour priorités le maintien de la libre circulation des personnes entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (environ 90 000 ressortissants slovaques installés au Royaume-Uni) et le respect des engagements financiers britanniques (compte-tenu de l’importance des fonds européens pour l’économie slovaque).

Avenir de l’UE  : Seul membre de l’euro au sein du groupe de Visegrád (V4), la Slovaquie est attachée à demeurer dans le premier cercle de solidarité de l’Union européenne.

Migrations  : La Slovaquie a accueilli 16 réfugiés relocalisés depuis la Grèce et l’Italie (sur 902 prévus), et 100 personnes au titre des réinstallations. Elle a été débouté par la CJUE (arrêt du 06/09/2017) du recours en annulation qu’elle avait présenté (aux côtés de la Hongrie et avec le soutien de la Pologne) contre la décision du Conseil JAI de septembre 2015 sur la relocalisation des réfugiés au sein de l’UE. Dans ce contexte, la présidence slovaque du Conseil de l’Union européenne a présenté une proposition de révision du système de Dublin, fondée sur la notion de « solidarité effective ».

Défense européenne/PSDC : le Sommet de Bratislava a donné un signal fort pour une relance de l’Europe de la défense, en complémentarité avec l’OTAN. Les autorités slovaques ont également manifesté leur intérêt pour l’intitiative de Coopération Structurée Permanente (CSP) visant à rassembler les Etats membres les plus avancés en matière de défense.

Politique régionale : la Slovaquie est un bénéficiaire important des fonds structurels, avec une enveloppe de plus de 15 milliards d’euros allouée pour la période 2014-2020.

Travailleurs détachés  : La Slovaquie (qui détache environ 80 000 travailleurs dans l’UE chaque année, ce qui la place à la 7ème position dans l’UE) fait partie des 11 États membres dont les Parlements nationaux ont transmis un avis motivé contre la proposition de la Commission européenne de révision de la directive de 1996 sur le détachement des travailleurs (procédure dite « du carton jaune »).

Groupe de Visegrád : la Slovaquie est membre, avec la République tchèque, la Pologne et la Hongrie, du groupe de Visegrád (V4), enceinte de concertation informelle au sein de l’Union européenne. Elle en a exercé la présidence tournante du 1er juillet 2014 au 30 juin 2015 et présidera à nouveau le groupe pour un an à compter du 1er juillet 2018. Attachée au V4, la Slovaquie le considère comme un vecteur utile de coopération régionale, qui peut permettre de porter des thèmes d’intérêt commun au plan européen (cf. initiative slovaque relative à la « double qualité » des produits alimentaires dans l’UE, qui a fait l’objet d’un sommet du V4 en mars 2017).

Mise à jour 14.09.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE