Présentation

Relations politiques

Les relations entre le Sénégal et la France sont étroites et multiformes, et les rencontres entre les responsables politiques des deux pays fréquentes. Le Sénégal est le seul pays d’Afrique subsaharienne avec lequel la France tient chaque année un séminaire intergouvernemental (alternativement à Dakar et à Paris).

Visites

o Visite à Dakar de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (13 juillet 2017).
o Visite à Dakar de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (15 juin 2017).
o Entretien du Président Macky Sall avec le Président de la République (12 juin 2017).
o Visite à Dakar de M. Michel Sapin, ministre de l’Économie et des Finances (16 avril 2017).
o Entretien et diner du Président Macky Sall à l’Elysée, le 22 mars 2017.
o Entretien de M. Jean-Marc Ayrault avec son homologue M. Mankeur Ndiaye, le 21 février 2017.
o Visite d’Etat du Président Macky Sall, du 18 au 22 décembre 2016.
o Visite à Paris de M. Mankeur Ndiaye, ministre des Affaires étrangères, et de M. Amadou Ba, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, à l’occasion du Sommet de Paris pour un gouvernement ouvert (PGO), du 7 au 9 décembre 2016.
o Participation de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, au 3ème Forum de Dakar « Paix et sécurité en Afrique », les 5 et 6 décembre 2016.
o Visite au Sénégal de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, 7 et 8 octobre 2016.
o Séminaire intergouvernemental, organisé à Dakar les 22 et 23 septembre 2016, en présence du premier ministre, M. Manuel Valls.

Relations économiques

La France est le premier investisseur au Sénégal et son premier partenaire commercial. Les échanges commerciaux (834,2 M€ en 2016) dégagent un excédent en faveur de la France.

Avec plus de 78% du stock d’IDE (2,2 Mds€ en 2015), la France demeure le premier investisseur au Sénégal.

En dépit d’un environnement des affaires encore difficile, les perspectives d’investissements sont favorables pour les entreprises françaises. Elles jouent un rôle significatif dans la vitalité économique du pays, assurant un quart du PIB et des recettes fiscales.

La découverte récente d’hydrocarbures (gisements de gaz et pétrole depuis 2014) pourrait changer la situation économique du Sénégal dans les prochaines années. TOTAL, déjà présent au Sénégal dans la distribution, s’est positionné dans le domaine de l’exploration/production avec la signature (2 mai 2017) d’un accord concernant l’offshore profond.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Le dispositif

Le réseau français au Sénégal se compose de :

o l’Institut français du Sénégal qui comprend les sites de Dakar et de Saint-Louis ;
o deux Alliances françaises à Ziguinchor (687 élèves) et Kaolack (362élèves) (et une troisième à Banjul (Gambie), gérée depuis Dakar) ;
o un réseau de 11 établissements scolaires à programmes français (et un douzième à Banjul géré depuis Dakar).

L’Institut français de Dakar intervient principalement dans les secteurs de l’appui à la francophonie, de la promotion culturelle, de l’appui aux secteurs universitaire et scientifique. Il dispose d’un espace Campus France à procédure CEF. 135 bourses (étudiants et doctorants sénégalais) en moyenne sont accordées. Près de 9 500 étudiants sénégalais sont insérés dans l’enseignement supérieur français.

Dakar héberge un Institut Pasteur ainsi que les bureaux régionaux de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et du CIRAD.

La France déployait en 2016 au Sénégal 49 experts techniques internationaux dont 13 sont détachés auprès d’institutions multilatérales. Ils contribuent notamment à la mise en œuvre de projets portant sur la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, la modernisation de la justice, l’appui à la gouvernance démocratique et à la création de start-ups.

La France travaille en coordination avec les bailleurs internationaux, notamment européens, par lesquels transitent l’essentiel de l’aide multilatérale française (347 M€ pour le 11ème FED entre 2014 et 2020).

Le Sénégal est le pays en Afrique qui compte le plus de partenariats de coopération avec les collectivités territoriales françaises (114 partenariats actifs entre des collectivités locales sénégalaises et françaises). Le Sénégal figure aussi parmi les principaux pays d’accueil de volontaires français, y compris dans le cadre de programmes prévoyant une réciprocité.

Coopération sécurité et défense

Le Sénégal est le premier bénéficiaire de l’action de la coopération structurelle de défense et de sécurité de la France.

Par ailleurs, les éléments français au Sénégal (EFS) constituent, à Dakar, un « pôle opérationnel de coopération » (POC) à vocation régionale. Les EFS interviennent ainsi, au Sénégal et dans la région, en matière de formation des armées nationales.

Aide au développement

Le Sénégal est l’un des seize pays pauvres prioritaires de l’aide publique au développement française. Le document cadre de partenariat bilatéral pour la période 2013-2017, fixe trois secteurs prioritaires d’intervention : développement durable ; gouvernance démocratique ; développement humain.

Depuis l’année 2000, l’AFD a engagé près de 1,5 Md€ au Sénégal, tous produits financiers et tous secteurs confondus. Parmi les projets emblématiques : le projet de Train Express Régional (TER) de Dakar (100 M€), le projet KMS III qui doit permettre de sécuriser l’approvisionnement en eau potable de Dakar (93 M€, octroyés en juillet 2016), plusieurs projets destinés à la diversification du mix énergétique sénégalais.

En accord avec la stratégie de développement du Sénégal, le 11ème Fonds européen de Développement (FED) s’implique dans trois secteurs de concentration pour la période 2014-2020 :

  • le renforcement de la gouvernance démocratique,
  • le développement agricole durable et la sécurité alimentaire,
  • l’eau et l’assainissement.

A ces axes de coopération prioritaires, s’ajoute également un appui à la société civile.

L’allocation globale de ce 11ème FED pour le Sénégal est de 347 M€, répartie en deux phases : le premier Programme Indicatif National (PIN) couvre la période 2014-2017 avec une enveloppe budgétaire de 200 M€. La seconde phase est prévue de 2018 à 2020 et fera l’objet d’une programmation conjointe avec les Etats membres de l’Union européenne et la Banque européenne d’investissement (BEI).

Par ailleurs, l’Union européenne soutient également à travers son programme indicatif régional pour l’Afrique de l’Ouest le renforcement de l’intégration régionale, des infrastructures, du commerce, de la bonne gouvernance et de la paix et la sécurité au niveau sous-régional.

Le Sénégal est éligible au fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique, créé lors du sommet de La Valette (2015). Ce fonds est doté de 1,8 milliard d’euros de financement européens, dont un milliard consacré au Sahel et au lac Tchad.

Mise à jour : 11.09.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE