Royaume-Uni - Q&R - Extrait du point de presse du 21 juillet 2017

Q - Que devient le projet franco-britannique de construire un drone de combat ? Plus généralement est-ce que le Brexit et le rapprochement franco-allemand sur des projets "défense" peuvent avoir un impact sur les accords de Lancaster House ?

R - Dans le domaine de la défense, la coopération franco-britannique est particulièrement étroite sur les plans opérationnels et capacitaires. Cette coopération ne saurait être remise en cause par le Brexit, du fait de son caractère principalement bilatéral, de la convergence politico-stratégique inchangée de nos deux pays et de la forte intégration de nos industries.

Par ailleurs, des programmes d’armement de l’avenir ont été lancés par la France et le Royaume-Uni, au nombre desquels le futur système de combat aérien (FCAS) impliquant Dassault et BAE Systems.

La réunion du groupe de travail de haut niveau ("High Level Working Group") a permis en décembre dernier d’identifier les jalons qui pourraient conduire à la contractualisation de la phase de démonstration de drone de combat FCAS. Un accord a été signé à cette occasion pour lancer une phase d’étude complémentaire d’une durée de 12 mois.

Pour mémoire, le groupe de travail de haut niveau est l’instance de gouvernance de la coopération d’armement franco-britannique. Il a été créé par le traité de Lancaster House de 2010 qui met en place, entre la France et le Royaume-Uni, une coopération de défense d’une intensité exceptionnelle.

Avec l’Allemagne, nous avons une volonté politique forte de travailler au renforcement de notre coopération dans le domaine de la défense, dans un cadre européen, mais aussi dans un cadre bilatéral. Cette volonté a été réaffirmée au plus haut niveau lors du conseil franco-allemand de défense et de sécurité du 13 juillet.

Ces deux coopérations sont complémentaires.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE