République démocratique du Congo - Extrait du point de presse (12 octobre 2017)

Q- La commission électorale en RDC a annoncé hier que l’élection ne se tiendrait pas avant début 2019. Quelle est votre réaction ?

Etes-vous favorables, comme le demandent des ONG, à un durcissement des sanctions contre l’entourage de M. Kabila ?

R - A notre connaissance, il n’y a pas eu de communication officielle de la part de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur le calendrier électoral. Comme nous avons eu l’occasion de l’indiquer à plusieurs reprises, nous appelons à la mise en œuvre urgente et dans son intégralité de l’accord politique du 31 décembre 2016, afin que soient organisées, dans les plus brefs délais, des élections crédibles et inclusives. Nous appelons en particulier à la publication urgente d’un calendrier électoral crédible, ainsi qu’à la mise en œuvre des mesures de décrispation politique conformément aux dispositions de l’accord du 31 décembre. Les partenaires internationaux en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 19 septembre, ont réitéré leurs attentes en ce sens et ont convenu de créer une équipe conjointe d’experts internationaux, afin de faciliter un soutien au processus électoral.

S’agissant des sanctions, comme l’Union Européenne l’a indiqué le 29 mai 2017 à la suite de l’adoption de sanctions contre neuf responsables congolais par le Conseil de l’Union européenne, elle suivra avec grande attention l’évolution politique et des droits de l’Homme dans ce pays et, en fonction, pourra envisager des mesures restrictives additionnelles ou, à l’inverse, d’en retirer certaines.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE