Accès rapide :

Situation en République centrafricaine (Q&R - Extrait du point de presse - 30 août 2013)

Q : Centrafrique : le gouvernement français envisgage-t-il d’accroître sa présence militaire à Bangui, c’est-à-dire renforcer ou dépasser le cadre de l’Opération Biali ?
Quelle est l’attitude de Paris vis-à-vis du Séléka, normalement sous les ordres du président Djotodia ?


R : La France soutient pleinement la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) dans ses efforts pour protéger la population civile. Elle salue également les initiatives de la Communauté économique d’Afrique centrale et de l’Union africaine pour parvenir à une sortie de crise durable en République centrafricaine.

En liaison avec nos partenaires africains, nous travaillons avec les membres du conseil de sécurité des Nations unies à un projet de résolution pour soutenir l’action de l’Union africaine et celle de la MISCA. Nous souhaitons que ce projet puisse être présenté à New York dans les prochaines semaines.

S’agissant de la situation sécuritaire, la France a plaidé sans relâche depuis le début de la crise pour que le rétablissement de la sécurité soit une priorité absolue. Nous appelons les autorités de transition à tout mettre en œuvre pour que les auteurs d’exactions contre la population civile, y compris ceux qui sont issus des rangs de la Séléka, fassent l’objet de poursuites judiciaires.

Concernant les forces du détachement Boali, dont la mission principale est d’assurer la sécurité des ressortissants français établis dans le pays, je vous renvoie au ministère de la défense.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014