Accès rapide :

Situation en République centrafricaine (Q&R - Extrait du point de presse - 1er juillet 2013)

Q : En Centrafrique, un ministre figure du Seleka, a été arrêté. Comment analysez-vous la situation dans le pays ? Les troupes françaises vont-elles continuer à patrouiller dans Bangui ?


R : La République centrafricaine connaît toujours une situation fragile sur le plan sécuritaire, comme l’illustrent les heurts du 28 juin à Bangui entre des membres de la coalition Séléka et la population.

Un processus de transition politique a été lancé par la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale depuis le 18 avril, sur la base des accords de Libreville du 11 janvier. L’Union africaine y est partie prenante, et nous le soutenons. Dans ce contexte, un nouveau gouvernement a été nommé le 12 juin, sous la direction du Premier ministre Nicolas Tiangaye.

Il est essentiel que les autorités de transition rétablissent la sécurité dans le pays et remettent en fonctionnement les institutions de l’Etat centrafricain.

Les troupes françaises (410 hommes actuellement) sont présentes à Bangui pour assurer la protection de nos ressortissants.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014