Accès rapide :

République centrafricaine

Brève

République centrafricaine - Déclaration de Laurent Fabius (24 juillet 2014)

Je salue la signature à Brazzaville de l’accord de cessation des hostilités. Je rends hommage à la détermination de la présidente Samba-Panza, ainsi qu’à l’action du président Denis Sassou Nguesso, avec l’ensemble des dirigeants de la région, l’Union africaine et l’ONU.

Introduction

La République centrafricaine, est en proie à une crise politique et humanitaire majeure. La prise du pouvoir par la coalition Séléka, le 24 mars 2013, s’est accompagnée d’une grave dégradation des conditions sécuritaires et humanitaires et d’une désorganisation profonde de l’économie nationale (agriculture vivrière, bois, diamant). Les autorités de transition qui ont succédé à la Séléka en janvier 2014 peinent à contrôler le territoire.

En vue de protéger les populations civiles et de favoriser une stabilisation de la situation, la mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA), comptant 6000 militaires et policiers provenant des Etats d’Afrique centrale, a été déployée sous l’égide de l’Union africaine et conformément au mandat de la résolution 2127 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Elle bénéficie de l’appui de la force Sangaris (1600 hommes), déployée à partir du 5 décembre 2013 en vertu de la même résolution.

La France, ancienne métropole du territoire de l‘Oubangui-Chari, conserve avec la RCA des liens d’une grande densité. Elle est le seul pays européen à avoir une ambassade à Bangui (où l’Union européenne dispose aussi d’une délégation).

- Site de l’ambassade de France en RCA.


Mise à jour : 27.03.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014