Mettre en place des stratégies coordonnées pour la formation et la recherche

Assurer un avenir professionnel à tous les jeunes des pays riverains de la Méditerranée

Dans le prolongement de la première Conférence ministérielle Enseignement supérieur et Recherche de l’Union pour la Méditerranée, en 2007, un plan d’action a été approuvé en juin 2011. Par ailleurs, de nouvelles stratégies coordonnées ont pu émerger, comme celle que développent le méta-programme MISTRALS sur la thématique du dérèglement climatique, Open-U Sesame et le CREMMA.

Pour la France, trois enjeux majeurs apparaissent en Méditerranée :

  • La mise en réseau des centres d’apprentissage et de recherche
  • Le développement de la mobilité des étudiants et des professeurs
  • Le renforcement des partenariats avec les sociétés civiles

En outre, assurer un avenir professionnel à tous les jeunes des pays riverains suppose de mettre l’accent surle développement des co-diplômes, de structurer des institutions euro-méditerranéennes d’enseignement supérieur et de développer l’enseignement à distance. Cela s’appuie en outre sur une utilisation plus large des technologies de l’information et de la communication, qui élargissent considérablement l’accès aux formations, et favorisent l’intégration des zones reculées.

Faire travailler les académies méditerranéennes en réseau

Ainsi, le Groupe Inter-académique pour le Développement (GID) se propose de créer un "Espace Méditerranéen de la Science pour le Développement", dans les deux domaines prioritaires que sont la qualité de vie et l’économie du tourisme : eau et assainissement ; patrimoine et technologies. Il porte des recommandations aux décideurs : gouvernements, collectivités territoriales, société civile, et cetera ; Il cherche aussi à mettre en place des indicateurs quantitatifs et qualitatifs.

Le GID a ainsi soutenu l’initiative de l’Académie des sciences de l’Institut de France de créer en 2005 un programme inter-académique méditerranéen (PARMENIDES) visant à unir dans un objectif commun de développement vers une identité scientifique d’excellence, les Académies des pays riverains de la Méditerranée.

Parallèlement, le GID est un outil essentiel pour :

  • Promouvoir et renforcer l’identité scientifique de la région méditerranéenne.
  • Utiliser la science comme un vecteur permanent du développement et du progrès social et économique.
  • Développer l’excellence des cadres scientifiques et techniques.
  • Jouer dans l‘espace méditerranéen un rôle essentiel de pivot en animant un réseau Science et Technologie de collaboration et d‘échanges.

Créer un espace numérique ouvert, commun aux pays méditerranéens

Les projets d’universités numériques et de campus virtuels nationaux se développent rapidement dans l’ensemble des pays du pourtour méditerranéen. L’Espace numérique Ouvert pour la Méditerranée (e-OMED)est mis en œuvre par l’association e-OMED, créée le 13 janvier 2011, à Toulon et composée de 70 institutions de 13 pays, complète ces dispositifs en créant un espace numérique ouvert commun aux pays de l’Union pour la Méditerranée, librement accessible à tous, et s’appuyant sur les acquis numériques et méthodologiques des universités et campus numériques nationaux.

Outre la création de cet Espace Numérique, les objectifs de l’e-OMED sont de :

  • Créer des communautés d’échange, de partage et de mutualisation des ressources numériques, notamment à des fins de formation et de recherche, dans l’observance de la diversité culturelle et linguistique,
  • Renforcer la visibilité des cultures, et celle de l’activité académique du bassin méditerranéen.
  • Mettre en œuvre des mécanismes de Solidarité Numérique pour contribuer à résorber le fossé entre les rives nord et sud et, par suite, à l’émergence d’une société de l’information, condition d’un développement durable des pays de la rive Sud.

Créer un cadre euro-méditerranéen des qualifications

Dès les premières réunions ministérielles de l’Union pour la méditerranée (UpM) sur l’enseignement supérieur, le sujet du cadre euro-méditerranéen des qualifications a été reconnu comme prioritaire. L’objectif est de permettre la reconnaissance des modules acquis dans tous les pays de la région en créant une plateforme commune des certifications et une équivalence des qualifications euro-méditerranéennes.

Pour cela, cinq actions prioritaires ont été définies :

  • Définir les modalités de gouvernance du cadre des qualifications
  • Arrêter les processus de conception des qualifications et identifier les secteurs prioritaires (répertoire des métiers, approche sectorielle)
  • Assurer la transparence des qualifications (créer d’un observatoire)
  • Permettre le transfert et la reconnaissance des acquis
  • Mettre en place les outils favorisant l’apprentissage tout au long de la vie

Plus d’informations sur le site du CIEP

Le programme "Méditerranée Nouvelle Chance" : proposer une seconde chance à ceux qui n’ont pas de diplôme

Face au problème économique et social majeur que représente le chômage des jeunes dans la région méditerranéenne, le projet MedNC (« Méditerranée Nouvelle Chance ») porté par l’Office de coopération économique pour la Méditerranée et l’Orient (OCEMO) consiste à développer un réseau de dispositifs labellisés "nouvelle chance" spécifiquement adaptés aux contextes et besoins des pays méditerranéens. Il s’appuie sur l’expérience des « Ecoles de la Deuxième Chance » françaises.

Ce programme met en œuvre des projets opérationnels en faveur de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes sans diplôme en situation d’exclusion et des diplômés au chômage. Il se déploie actuellement sur six pays (Maroc, Tunisie, Algérie, Liban, Jordanie, Egypte) et autour de deux axes : jeunesse et entreprises/investissements. Dans les deux cas, une première étape est dédiée à la réflexion et à l’analyse, puis une deuxième étape s’attache à la mise en place opérationnelle de projets, en lien avec les membres de l’Office OCEMO.

Ce projet est piloté par l’OCEMO en partenariat avec l’Ecole de la Deuxième chance de Marseille. Il bénéficie de l’appui de l’Agence Française de Développement, opérateur du ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

PLAN DU SITE