Aider investisseurs et opérateurs à réussir leurs projets en Méditerranée

Maîtriser les risques, sécuriser les investissements

La perception accrue du risque en Méditerranée et la situation instable dans certains pays méditerranéens freinent la décision d’investir. L’enjeu est donc de créer des conditions plus favorables aux investissements étrangers et mixtes (en partenariat avec des investisseurs locaux), c’est-à-dire renforcer la sécurité de leurs investissements et offrir des garanties améliorées.

La stratégie du MEAE consiste à favoriser la mise en place d’une combinaison de tous les instruments contribuant à maîtriser les risques en matière d’investissement, qu’ils soient juridiques, assurantiels ou politiques.

A l’initiative de la France, un groupe de travail international inter-agences sur la sécurisation des investissements en Méditerranée a été constitué en 2013, dans le cadre du programme MENA de l’OCDE (juin 2013), avec la participation de l’Agence française du Développement, opérateur du MEAE. Son objectif est de créer de nouveaux mécanismes ou procédures visant à améliorer la situation des investisseurs étrangers et locaux en Méditerranée.

Faciliter le financement d’infrastructures en Méditerranée

En Méditerranée, le besoin en financement d’infrastructures est d’une exceptionnelle ampleur. A titre d’exemple, il faudrait investir 1 095 milliards d’euros dans les 25 prochaines années dans le domaine de l’énergie pour respecter les objectifs de lutte contre le changement climatique.

De surcroît, les économies des deux rives sont très asymétriques : des divergences en matière de conditions d’accès aux marchés, de mise en œuvre de partenariats public-privé et de prise en compte des exigences en parts locales rendent particulièrement délicats les montages de projets. Enfin, la situation présente un paradoxe : bien que les financements et les projets existent, ils ne sont pas toujours en adéquation les uns avec les autres, et cela conduit à des blocages.

Or, cette demande croissante en infrastructures sur la rive sud de la Méditerranée représente de formidables opportunités pour les acteurs économiques et de réels enjeux pour la défense des intérêts économiques nationaux, notamment dans l’accompagnement de leur développement.

L’enjeu est donc de favoriser la convergence des financements publics et privés et de convaincre les grands investisseurs internationaux d’investir en Méditerranée, d’où les deux priorités complémentaires suivantes :

  • Encourager le développement d’outils de financements innovants, tels que : des plateformes d’investisseurs (banques multilatérales, banque de développement, fonds d’investissements, micro-finance), de nouveaux mécanismes financiers innovants (plateforme de fondations, fonds participatifs)
  • Diversifier les techniques d’accès aux projets de toutes tailles, afin de faire émerger des projets répondant à la fois aux besoins nationaux et locaux mais aussi aux critères des investisseurs (projets d’envergure régionale, nationale, mais également au niveau de la collectivité territoriale, et en particulier de la commune).Dans cette perspective, la France contribue à plusieurs projets :
  • Une plateforme de Fondations faisant office de co-investisseurs sur des projets d’accès aux énergies renouvelables (Fondation AREAS)
  • Une plateforme de crowdfunding et de fonds participatifs pour le financement de projets d’infrastructures durables.

PLAN DU SITE