Accès rapide :

L’Union européenne et les Philippines

Un accord de partenariat et de coopération (APC) entre l’UE et les Philippines, qui porte sur l’ensemble de la relation bilatérale (coopération en matière politique, économique et sectorielle), a été signé le 11 juillet 2012 (mais n’est toujours pas ratifié par l’ensemble des Etats-membres). L’APC étend de façon significative la coopération bilatérale puisqu’il couvre notamment, outre le commerce et les investissements, l’énergie, les transports, l’environnement, les migrations, la lutte contre la prolifération, contre le terrorisme et contre la corruption, les sciences et technologies, la gouvernance, l’éducation, la santé, les droits de l’Homme et la culture. Les relations politiques UE-Philippines sont actuellement formalisées par des réunions de hauts fonctionnaires organisées environ tous les deux ans.

L’Union européenne est le 4ème partenaire commercial des Philippines (après le Japon, les Etats-Unis et la Chine). Les échanges commerciaux entre l’UE et les Philippines ont représenté 12,5 milliards d’euros en 2014 (soit environ 10% du total des échanges de l’archipel). La balance commerciale de l’UE vis-à-vis des Philippines est excédentaire (+1,1 Mds €). Les Philippines sont le 44ème partenaire commercial de l’UE. Elles bénéficient depuis décembre 2014 des avantages liés au régime commercial SPG+. L’UE et les Philippines ont par ailleurs annoncé fin décembre 2015 avoir trouvé un accord pour le lancement de la négociation d’un Accord de libre-échange. La première session de négociations a eu lieu fin mai 2016 à Bruxelles.

En matière d’aide au développement et d’aide humanitaire, la Commission prévoit d’allouer 325 M€ pour la période 2014-2020, au titre de l’Instrument de Coopération au Développement (ICD), avec 2 thématiques prioritaires : la croissance inclusive (accent sur l’accès à l’électricité, notamment via les énergies renouvelables, et sur la création d’emploi) et l’Etat de droit (accent sur la bonne gouvernance). L’UE est également engagée dans le processus de paix à Mindanao. Elle est membre depuis 2009 de l’International Monitoring Team (IMT), dont elle coordonne la composante humanitaire, et prévoit de verser 9M € sur la période 2014-2016 pour le soutien au processus de paix.

Mise à jour : 11.07.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016