La France et Oman

Présentation

Dirigé par le Sultan Qabous depuis 1970, Oman compte environ quatre millions d’habitants (dont au moins 1 800 000 étrangers) et couvre une superficie de 312 460 km2. Pays stable, engagé de longue date dans un lent processus d’ouverture politique, il a connu au printemps 2011 un mouvement de contestation, dont l’expression est toutefois restée limitée.

Oman se distingue de ses voisins du conseil de coopération des Etats arabes du Golfe aux plans historique (seule puissance maritime au passé colonial), politique (contact direct entre le souverain et sa population à travers des tournées annuelles dans le pays), économique (moindres réserves pétrolières et gazières), humain (population omanaise composite, avec des segments zanzibariens, indiens et baloutches) et religieux (l’ibadisme, troisième branche de l’islam, y est majoritaire). Moins riche que ses voisins (le PIB par habitant y est de 21 000 dollars contre 100 000 au Qatar), le sultanat dispose de réserves limitées et cherche à valoriser ses ressources gazières. La diversification économique constitue en conséquence l’une de ses priorités, notamment dans les secteurs de l’activité portuaire et du tourisme haut de gamme.

Exposé par sa situation géographique à plusieurs menaces transversales (trafics en tous genres, migrations illicites, piraterie), Oman est un partenaire essentiel pour la sécurisation des routes maritimes régionales. Partageant avec l’Iran le contrôle du détroit d’Ormuz, naturellement tourné vers l’Asie et l’Afrique, le sultanat reste fermement attaché à son rôle de médiateur entre l’Iran et l’Occident.

Le site de l’ambassade de France en Oman permet de compléter utilement les informations contenues dans la présente fiche.

Relations politiques et visites

Le président de la République s’est rendu en visite au sultanat d’Oman en février 2009. Par ailleurs, les secrétaires généraux des ministères des affaires étrangères français et omanais se voient régulièrement dans le cadre d’un dialogue stratégique bilatéral (dernier exercice en janvier 2015 à Mascate). Enfin, une commission mixte franco-omanaise, à dimension économique et culturelle, se réunit tous les quatre ans dont la dernière édition s’est tenue en janvier 2015 à Mascate.

M. Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger, a effectué une visite en Oman, le 9 avril 2015.

Relations économiques

Au cours des dix dernières années, le total de nos échanges bilatéraux n’a jamais dépassé 700 millions d’euros. Ils se sont intensifiés en 2013, pour s’établir à 584,5 millions d’euros. Ils se sont ensuite stabilisés pour atteindre 518 millions d’euros en 2015.

Après une baisse pour la quatrième année consécutive en 2013 (197,6 millions d’euros contre 310 millions en 2012), l’excédent de la balance commerciale s’est établi à 408 millions d’euros en 2015. Les importations françaises en provenance d’Oman, hors aéronefs, restent marquées par leur extrême faiblesse. La modicité de notre part de marché peut certes s’expliquer par le poids des fournisseurs traditionnels (Emirats arabes unis, Japon, Etats-Unis, Arabie saoudite) ou celui des grands émergents (Inde, Chine, Corée du Sud), mais elle reste inférieure à celle de nos principaux concurrents européens (Allemagne, Royaume Uni, Italie, Pays-Bas et Belgique).

Notre présence est essentiellement liée aux secteurs de l’énergie, de l’eau, de l’environnement et des infrastructures. Le groupe Suez-Dégremont a signé, en janvier 2016, un accord sur la construction et l’exploitation une unité de dessalement d’eau de mer avec le gouvernement d’Oman. Enfin, un ambitieux projet de construction d’un réseau ferroviaire de plus de 2 000 km de long (dont 300 km connectés au réseau trans-GCC), dont le coût global est estimé à 12 milliards d’euros environ, ouvre de belles opportunités pour les entreprises françaises de ce secteur.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La culture et le patrimoine représentent nos axes de coopération les plus développés avec Oman. La France accompagne le sultanat dans la valorisation de son patrimoine.

Par ailleurs, le contexte est actuellement très porteur pour l’enseignement du français. Après l’ouverture en 2007 de sections de français dans l’enseignement supérieur, les autorités ont décidé d’introduire notre langue dans quatre écoles pilotes, au niveau des deux dernières années de l’enseignement secondaire. L’école française de Mascate a, quant à elle, vu ses effectifs doubler en 5 ans. L’établissement s’est installé en septembre 2015 dans des locaux modernes (sur un terrain de 10 000 m² mis gracieusement à disposition par le Sultan Qabous) après l’achèvement du projet immobilier débuté en 2012.

Enfin, les autorités françaises et omanaises ont décidé de rénover ensemble le Musée Bait Faransa (Maison de la France).

Coopération militaire

Entamée il y a une vingtaine d’années, notre relation bilatérale de défense repose sur des bases solides. Elle donne lieu à des visites régulières d’autorités militaires françaises et omanaises, et s’articule autour de quatre domaines principaux : les escales de bâtiments militaires français en Oman, les survols d’avions militaires français, l’accueil croisé de stagiaires militaires et le suivi des contrats d’armement. Le ministre de la défense, M. Jean-Yves Le Drian s’est rendu à Mascate le 17 septembre 2016.

Mise à jour : 04.01.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE