Accès rapide :

La France et l’Océanie

Le Fonds de coopération économique, sociale et culturelle pour le Pacifique

Compte-rendu du comité directeur du 11 mars 2015

Le comité directeur du fonds de coopération économique, sociale et culturelle pour le Pacifique (« Fonds Pacifique »), s’est réuni à Nouméa, mercredi 11 mars 2015, sous la Présidence de Cynthia Ligeard, présidente du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, et avec la participation de Heremoana Maamaatuaiaihutapu, représentant le Président de la Polynésie française, ainsi que de Sosefe Suve, Président de la commission permanente de l’Assemblée territoriale des Îles Wallis et Futuna. Le comité directeur a décidé de soutenir 39 projets à hauteur de 1.222.000 euros.
Le prochain comité directeur sera organisé début 2016, l’appel à projets correspondant sera lancé à l’automne 2015.

Dernière minute

Une « consultation à domicile » du comité directeur du Fonds Pacifique va être prochainement organisée (fin juin – début juillet). Les crédits disponibles permettront de considérer essentiellement six projets soumis le 11 mars dernier au comité directeur et pour lesquels ce dernier a demandé un complément d’information avant de les examiner plus avant. Sous cette réserve, et en fonction du nombre de projets en suspens qui seraient retenus, un à deux projets supplémentaires pour lesquelles une subvention de l’ordre de 25.000€ à 30.000€ serait demandée au Fonds Pacifique pourraient être considérés.

Ces projets candidats devront répondre aux critères du Fonds Pacifique :

Ce seront des projets de coopération avec des Etats océaniens.

Ils devront obligatoirement contribuer à l’insertion régionale des collectivités françaises océaniennes (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis Futuna).

La contribution du Fonds Pacifique jouera un effet levier, ne pouvant excéder au grand maximum 50% du montant total des dépenses éligibles.

Ils devront être présentés avec une fiche-projet du modèle proposé pour 2015 ; le budget prévisionnel devra être présenté selon le modèle annexé. Le détail des dépenses susceptibles d’être prises en considération et les explications nécessaires à la présentation du dossier figurent sur les deux documents précités (fiche-projet et cadre budgétaire : pdf ci-contre).

La communication autour de chaque projet devra être assurée, des indicateurs devront être proposés pour assurer le suivi et mesurer les retombées de chaque opération.

Ils devront répondre aux priorités définies pour 2015 :

Dans la perspective de la COP 21 Paris 2015 et dans une dynamique maintenue au-delà de cette échéance, sera prioritaire tout projet permettant aux collectivités françaises du Pacifique d’être associées à la lutte contre le changement climatique et à la prévention des risques de catastrophes.

Tout projet de développement économique et/ou industriel durable (dont études de faisabilité, d’impact, actions de formation…) sera également prioritaire ; il devra prévoir un suivi et un cadre d’évaluation.

Enfin sera également considéré comme prioritaire tout projet de sécurité sanitaire (maladies endémiques, maladies non transmissibles…) ou de sécurité alimentaire (gestion des ressources halieutiques, actions à fort potentiel de développement économique et d’accroissement des échanges régionaux) ; ils pourront valoriser le savoir-faire et les capacités des territoires.

Echéances :

Le comité directeur habilité à se prononcer sur les projets présentés sera consulté début juillet 2015. Les projets devront être envoyés par courrier électronique ou remis avant le 20 juin 2015 directement, compte tenu du délai limité, aux adresses suivantes :

Secrétariat permanent pour le Pacifique, 27 rue Oudinot – 75358 Paris 07 SP –

christian.lechervy [at] diplomatie.gouv.fr,

jean-louis.maurer [at] diplomatie.gouv.fr

martine.mohamed [at] diplomatie.gouv.fr

Tél : 01 53 69 29 01

Un fonds de coopération régionale

Le Fonds de coopération économique, sociale et culturelle pour le Pacifique dit "Fonds Pacifique", est le principal instrument de coopération régionale de la France dans le Pacifique. Financé par des crédits du ministère des Affaires étrangères, il contribue, au travers de cette coopération avec les Etats indépendants du Pacifique, à l’insertion régionale de la Nouvelle–Calédonie, de la Polynésie française et des îles Wallis-et-Futuna.

S’élevant, les années passées, à environ 2 millions d’euros, il a atteint en 2015 1 380 000 euros. Le Fonds Pacifique subventionne dans le contexte budgétaire actuel une quarantaine de projets par an.

Les projets issus d’organisations situées dans le Pacifique doivent être soumis aux six ambassades de France concernées (Philippines, Papouasie Nouvelle-Guinée, Australie, Nouvelle-Zélande, Vanuatu et Fidji) ou aux administrations de l’Etat dans les collectivités françaises du Pacifique (deux Haut-commissariats en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française ; une administration territoriale à Wallis Futuna) ; ils peuvent sinon être adressés directement au secrétariat permanent pour le Pacifique (SPP) à Paris.

Le Fonds Pacifique est administré par un comité directeur de 10 membres, composé pour moitié de représentants des trois collectivités françaises du Pacifique et pour moitié de représentants de l’Etat (Affaires étrangères, Outre-mer, Economie et finances). La présidence de ce comité est assurée alternativement, tous les deux ans, par le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et le président de la Polynésie française.

Le fonctionnement du Fonds Pacifique

Le Secrétariat permanent du fonds prépare les travaux du comité directeur, dont il met en œuvre les décisions, en assure le suivi, élabore et diffuse des rapports de synthèse.

Il instruit les dossiers, la gestion comptable des crédits du Fonds Pacifique pouvant être confiée à l’Agence française de développement (AFD) ou aux représentations françaises locales (ambassades et Haut-commissariats de la République).

Quelques exemples de projets cofinancés par le Fonds Pacifique

Des rencontres, colloques, symposiums, notamment sur des sujets correspondant à ses priorités.

- Ainsi, en 2015, le Fonds Pacifique soutiendra-t-il l’organisation d’une conférence des dirigeants polynésiens (Samoa américaines, Îles Cook, Polynésie française, Niue, Samoa, Tokelau, Tonga, Tuvalu), qui développeront une stratégie en faveur d’un développement résilient face aux risques climatiques et viseront à soutenir les positions françaises pour la COP 21 sur le changement climatique ;

- Par ailleurs, en 2015, un forum organisé en octobre à Tahiti et consacré au tourisme de croisière, secteur économique important pour la région, sera subventionné

- Egalement, à titre d’exemple, en 2014, le Fonds Pacifique avait apporté une aide dans le domaine de la santé à l’association « SOS suicide » du Dr. Stéphane Amadeo, médecin hospitalier au centre hospitalier de Papeete. Les actes d’une conférence qui s’est tenue en juin 2014 ont été publiés (aux éditions l’Harmattan).

Des actions de formation, dans le domaine de la santé, ou de l’économie :

  • Formation des professionnels de santé au Vanuatu
  • Formation en milieu professionnels à Fidji, pour des élèves de Wallis & Futuna
  • Poursuite de la mise en place d’une licence d’administration économique et sociale (AES) francophone au Vanuatu

Des projets de recherche

Nombre de ces projets de recherche sont développés en relation avec des organismes de recherche présents dans le Pacifique, tels que l’Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie (IPNC) ou l’Institut de recherche pour le développement (IRD), etc. Les liens suivants vous permettent d’accéder à la présentation de trois projets développés par l’Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie, relatifs à des projets relevant d’une thématique prioritaire pour le Fonds Pacifique (santé) :

- à la détection de virus entériques en Nouvelle-Calédonie (en participation avec la Nouvelle-Zélande) (PDF - 139 ko)

- à la connaissance de l’épidémiologie de la leptospirose dans divers Etats et Territoires du Pacifique (PDF - 139 ko)

- à la définition de moyens de lutter contre le moustique vecteur de la dengue dans le Pacifique (PDF - 100 ko)

D’autres projets sont porteurs de promesses de débouchés économiques, c’est le cas d’un projet en Nouvelle-Calédonie, soutenu en 2015 par le Fonds Pacifique : « microalgues et eucaryotes de Nouvelle-Calédonie et du Pacifique sud : recherche de molécules bioactives d’intérêt économique ».

Des projets d’économie culturelle :

Soutien à la publication : de la maison d’édition à vocation régionale " Au vent des Iles ", à Papeete (Polynésie française), est aidée en 2015 pour la publication d’un ouvrage sur la coutume kanak.

- liste d’autres ouvrages publiés avec l’aide du fonds Pacifique

Soutien au salon du livre de Papeete (« lire en Polynésie 2015 »), au Festival international du film océanien 2016 (FIFO / NB : inscription au festival 2016 du 27 avril 2015 au 1er octobre 2015 ! )…

Une aide à la coopération entre le Vanuatu, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et les autorités françaises :

- Le Fonds Pacifique contribue à la réalisation de nombreux petits et micro-projets, décidés chaque année par un comité spécifique se réunissant à Port-Vila ou à Nouméa, en application d’une convention pluri-annuelle conclue entre le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie et la France.

- Le Fonds Pacifique soutient les programmes réalisés dans le cadre de la coopération entre l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et l’Australian national university (ANU), à l’initiative de l’ambassade de France à Canberra : http://www.pacific-dialogues.fr/

- Le Fonds Pacifique contribue aussi à une meilleure connaissance en France des cultures océaniennes. Ainsi a-t-il accordé son soutien, en 2015, à « Rochefort Pacifique », manifestation regroupant festival de cinéma et salon du livre océanien à Rochefort (Charente-maritime). Lien : http://www.rochefortpacifique.org/

- Des aides du Fonds Pacifique peuvent également venir en appui à des programmes conduits au niveau régional par la « Communauté du Pacifique » (CPS) ou le « Programme régional océanien pour l’environnement » (PROE). En 2015, deux projets présentés par le PROE et concernant particulièrement la Nouvelle-Calédonie pour l’un et Wallis Futuna pour l’autre ont été retenus.

Lien vers ces deux organisations régionales :

http://www.spc.int/fr.html

http://www.sprep.org/

Pour en savoir plus :

Mise à jour : 13.05.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015