Accès rapide :

La France et le Nigeria

Brève

Nigéria - Déplacement de Laurent Fabius à la cérémonie d’investiture de Muhammadu Buhari (29 mai 2015)

Laurent Fabius s’est rendu à Abuja, au Nigéria, le 29 mai, où il a représenté le président de la République à l’investiture du président élu Muhammadu Buhari, en présence de nombreux chefs d’État et responsables gouvernementaux du monde entier.

» Lire la suite ...

Présentation

Relations politiques

A l’occasion d’une visite officielle en France (voir http://www.ambafrance-ng.org/) du précédent Chef de l’Etat nigérian, en juin 2008, la France et le Nigéria ont établi un partenariat stratégique visant notamment à renforcer leur dialogue politique, la coopération dans les domaines (i) économique et énergétique, (ii) culturel et technique, (iii) judiciaire, (iv) militaire et de défense.

Le Premier ministre, François Fillon a effectué une visite au Nigéria les 22 et 23 mai 2009. A cette occasion, plusieurs textes et accords ont été signés dans le cadre du partenariat stratégique, notamment un accord de coopération judiciaire en matière pénale et un mémorandum sur la coopération de défense et la sécurité maritime.

En mai 2011, en marge des cérémonies de l’investiture du Président Goodluck Jonathan, le ministre français chargé de la Coopération, Henri de Raincourt, s’est entretenu avec le Chef de l’Etat.

En novembre 2011, le Ministre français des Affaires étrangères et européennes Alain Juppé s’est rendu au Nigéria (Abuja, Kano). Le même mois, le président nigérian, en visite de travail en France s’est entretenu avec le président Nicolas Sarkozy sur le thème du renforcement de la coopération bilatérale, notamment économique.

Le 25 septembre 2012, en marge de l’Assemblée Générale des Nations unies, le président François Hollande s’est entretenu avec le président Goodluck Jonathan. le président de la République Goodluck Jonathan a de nouveau rencontré, lors d’une visite de travail, le président François Hollande et le Ministre Laurent Fabius, le 11 février 2013 à Paris. Les 6 et 7 décembre 2013, le Président Goodluck Jonathan a participé au Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique.

Le Ministre des Affaires étrangères s’est rendu au Nigéria à deux reprises, en mars 2013 où il a été reçu par le Président Goodluck Jonathan, puis en novembre 2013, manifestant la pleine mobilisation des autorités françaises autour de la libération de nos compatriotes retenus en otage au Nigéria par des groupes terroristes. Pour mémoire, il s’agit de la famille Moulin-Fournier, enlevée au Cameroun le 19 février 2013 et libérée le 19 avril 2013 ; de M. Françis Collomp, enlevé le 19 décembre 2012 et évadé le 17 novembre 2013 ; du prêtre Georges Vandenbeusch enlevé au Cameroun le 13 novembre 2013 et libéré le 31 décembre 2013.

Les 15 et 17 septembre 2013, la Ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a effectué une visite à Abuja et à Lagos. Le ministre délégué chargé du Développement Pascal Canfin s’est rendu au Nigéria le 17 janvier 2014, à la 12e session plénière du groupe-pilote sur les financements innovants du développement, présidé par le Nigéria en 2013.

Le Président de la République François Hollande a été l’invité d’honneur de la cérémonie du centenaire de l’ « Amalgamation » du Nigéria le 27 février 2014. A l’issue d’une rencontre économique franco-nigériane, un accord portant création d’un conseil conjoint pour le développement du commerce et de l’investissement a également été signé.

Les 28 et 29 mars 2014, le Ministre des finances Pierre Moscovici a participé, en tant qu’ « invité spécial du Nigeria », à la 7ème Conférence panafricaine des ministres des finances et de la planification.

Suite à l’enlèvement par Boko Haram de plus de 200 lycéennes à Chibok (avril 2014), un Sommet pour la sécurité au Nigéria réunissant les Chefs d’Etat du Nigéria, du Bénin, du Cameroun, du Niger et du Tchad, ainsi que les représentants des Etats-Unis, du Royaume Uni et de l’Union européenne s’est tenu à Paris (17 mai). Il avait pour objectif d’intensifier la mobilisation régionale et internationale pour lutter contre le terrorisme de Boko Haram, et a permis de lancer un plan d’action s’appuyant notamment sur des actions de coopération au niveau régional et au niveau international.

Le Ministre des Affaires étrangères et du Développement international s’est rendu à Abuja le 27 octobre 2014 avec son homologue allemand. Il s’agissait du premier déplacement conjoint des ministres français et allemand des affaires étrangères en Afrique subsaharienne.

Le Ministre des Affaires étrangères et du Développement international a représenté le Président de la République à l’occasion de l’investiture du Président Muhammadu Buhari, le 29 mai 2015.

À l’invitation du Président François Hollande, le Président Buhari a effectué une visite officielle à Paris, du 14 au 16 septembre 2015, réservant à la France son premier déplacement en Europe. Les deux dirigeants ont discuté de questions bilatérales, régionales, internationales et mondiales. Ils ont réaffirmé leur attachement à leurs relations bilatérales et sont convenus de renforcer leur partenariat dans les domaines sécuritaire, économique, culturel, judiciaire et climatique

Relations économiques

Avec 4,2 milliards d’échanges bilatéraux en 2015, le Nigéria demeure le premier partenaire commercial de la France en Afrique subsaharienne.

- 1,3 milliards d’euros d’exportations françaises vers le Nigéria en 2015 : principalement composées de produits pétroliers raffinés, de produits pharmaceutiques, de produits des industries agroalimentaires, et d’équipements mécaniques et matériel électrique. Les exportations françaises en direction du Nigéria ont diminué de 14,4% par rapport à 2014, mais restent au-dessus de la moyenne de la décennie (1,2 milliards d’euros).. Cette situation s’explique par un recul des exportations de produits raffinés, en partie compensé par une hausse des ventes de produits pharmaceutiques.

- 2,9 milliards d’euros d’importations françaises venant du Nigéria en 2015 : soit un recul de 29% rapport à 2014 (4,1 milliards d’euros). Les importations sont constituées d’hydrocarbures naturels à 97%.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération privilégie l’enseignement du français (3/5ème de nos appuis bilatéraux) ainsi que les échanges scientifiques et culturels.

Un mémorandum d’entente sur les grandes orientations de la coopération franco-nigériane (l’enseignement du français et la diversité culturelle, l’enseignement supérieur et la recherche, le renforcement de la gouvernance et de l’état de droit) a été signé à l’occasion de la visite du Premier ministre au Nigéria, le 22 mai 2009.

Le Nigéria accueille un Institut Français à Abuja, un Institut français de Recherche en Afrique (IFRA) basé à Ibadan (voir http://www.ifra-nigeria.org/?lang=en), trois CFTD (Center for French Teaching and Documentation) basés à Ibadan, Jos et Enugu, dix Alliances françaises (voir http://www.ambafrance-ng.org/French-cultural-centres-in-Nigeria) basées à Lagos, Ibadan, Port-Harcourt, Owerri, Enugu, Jos, Kano, Maiduguri, Kaduna, Ilorin, un lycée français à Lagos (voir http://lyceefrancaislagos.ac-nantes.fr/), une école française à Abuja (voir http://www.ecolefrancaiseabuja.net/) et une école d’entreprise à Port-Harcourt (voir http://www.mlfmonde.fr/Ecole-Francaise-Total-MLF). En 2012-2013, la France a accueilli 309 étudiants nigérians dont 67,3% à l’Université. En octobre 2013, l’Agence Campus France et l’Ambassade de France au Nigeria ont organisé, à Paris, la 1ère Journée consacrée à ce pays, afin de développer la coopération scientifique et universitaire franco-nigériane.

Le groupe AFD développe également ses activités ; il a engagé près d’un milliard d’euros (738 millions pour l’AFD et 261 millions pour Proparco) dans le pays depuis 2010. Son intervention se concentre sur le développement urbain, l’agriculture familiale, le soutien aux PME et l’énergie. Concernant les actions de l’AFD, elles devraient être axées, pour la période 2015-2017, sur l’accompagnement du développement des PME, le développement agricole et rural, le développement d’une formation adaptée aux besoins de l’économie (secteur électrique), l’accès à l’énergie, l’eau potable et l’assainissement, la réhabilitation de quartiers insalubres et l’accès au logement, et la facilitation de la mobilité urbaine et interurbaine. L’AFD pourrait intervenir sur le financement de projets de transports urbains à Lagos ou dans d’autres grandes villes du pays. Les engagements prévus s’élèveraient à 650 MUSD (prêts).

Mise à jour : 25.03.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016