Présentation

Présentation du pays

Données générales

Nom en forme longue : République du Niger.
Chef de l’État : Mahamadou Issoufou.
Premier ministre : Brigi Rafini.

Fête nationale : 18 décembre, proclamation de la République.
Monnaie : franc CFA, 1 EUR = 656 XOF.
Langue officielle : français.
Langues nationales : arabe, buduma, gourma, haoussa, kanouri, peul, tasawaq, teda, touareg, zarma.

Données géographiques

Superficie : 1 267 000 kilomètres carrés.
Capitale : Niamey.
Villes principales : Niamey, Zinder, Maradi, Tessaoua.

Données démographiques

Population : 20,6 millions d’habitants (Banque mondiale, 2016).
Densité : 16,3 habitants au kilomètre carré (Banque mondiale, 2016).
Taux de croissance démographique : 3,8 % (Banque mondiale, 2016).

Espérance de vie à la naissance : 59,7 ans (Banque mondiale, 2015).
Taux d’alphabétisation des adultes : 16 % (PNUD, 2014).
Indice de développement humain : 187e sur 188 (PNUD, 2016).

Données économiques

Produit intérieur brut : 7,5 milliards de dollars (Banque mondiale, 2016).
Produit intérieur brut par habitant : 322,8 dollars (Banque mondiale, 2015).
Taux de croissance du produit intérieur brut : 5 % (Banque mondiale, 2016).
Taux de chômage : 5,1 % (Banque mondiale, 2015).
Taux d’inflation : 0,4 % (Banque mondiale, 2016).
Aide publique au développement reçue : 865 M$ (Banque mondiale, 2015).

Principaux clients : Nigéria, France, Chine, Ghana (GTA-GTIS, WFB, 2015).
Principaux fournisseurs : Chine, France, Nigéria, Togo (GTA-GTIS, WFB, 2015).
Part des secteurs d’activité dans le produit intérieur brut : agriculture 36,5 %, industrie 17,6 %, services 437,3 % (Banque mondiale, 2015).
Exportations de la France vers le Niger : 128,7 M€ (DGDDI, 2016).
Importations françaises depuis le Niger : 220 M€ (DGDDI, 2016).

Données consulaires

Consulat de France au Niger : Niamey.
Communauté française au Niger : 1 468 Français inscrits au registre en avril 2016.
Consulat du Niger en France : Paris.
Communauté nigérienne de France : 1 974 Nigériens disposant d’un titre ou d’une autorisation de séjour valide en décembre 2015.

Géographie du Niger

Le Niger s’étend sur plus d’un million de kilomètres carrés. Il partage plus de huit cent kilomètres de frontière avec le Mali à l’ouest, près de mille avec l’Algérie au nord, trois cent cinquante avec la Libye au nord-est, près de mille deux cents avec le Tchad à l’est, mille cinq cents avec le Nigéria au sud et plus de deux cent cinquante avec le Bénin et plus de six cents avec le Burkina Faso au sud-ouest. La majorité du territoire est située dans les zones aride et semi-aride que sont le Sahara et le Sahel. Les régions méridionales, dans la vallée du fleuve Niger et à la frontière avec le Nigéria, bénéficient d’un climat plus humide.

La frontière libyenne est marquée par les plateaux du Manguéni, du Tchigaï et du Djado, qui surplombent au sud le désert du Ténéré. Celui-ci occupe la partie orientale du Niger. Il est borné à l’ouest par le massif de l’Aïr, où se trouve le point culminant du pays, le mont Indoukat-n-Taglès, qui s’élève à deux mille vingt mètres d’altitude. Au sud-est, à la frontière avec le Nigéria et le Tchad, se trouve le lac Tchad. Le sud-ouest, enfin, est occupé par le bassin du fleuve Niger.

Histoire contemporaine et politique intérieure

Hamani Diori (1960-1974)

Le Niger accède à l’indépendance en août 1960. Hamani Diori, Premier ministre depuis décembre 1958, est élu président de la République en novembre 1960, tandis que son Parti progressiste nigérien devient parti unique. Hamani Diori est réélu en septembre 1965 et octobre 1970.
Hamani Diori est, avec Léopold Sédar Senghor, Habib Bourguiba et Norodom Sihanouk, l’un des pères fondateurs de la Francophonie. C’est à Niamey qu’est créée en mars 1970 l’Agence de coopération culturelle et technique, dont l’Organisation internationale de la francophonie est l’héritière.

Seyni Kountché (1974-1987)
Ali Saïbou (1987-1993)
Mahamane Ousmane et Ibrahim Baré Maïnassara (1993-1999)
Mamadou Tandja et Salou Djibo (1999 – 2011)
Mahamadou Issoufou (depuis 2011)

En mars 2011 M. Mahamadou Issoufou est élu président de la République avec 58 % des voix contre 42 % à Seyni Oumarou, du Mouvement nigérien pour la société de développement.

En mars 2015, M. Mahamadou Issoufou est réélu pour un nouveau mandat.

Situation sécuritaire

Le Niger est confronté à la menace terroriste sur deux fronts.

Les groupes affiliés à Al Qaïda au Maghreb islamique groupes ont commis de nombreuses attaques sur le sol nigérien depuis 2011, à partir du Nord du Mali. Ils ont également pris pour cible les intérêts français, comme en témoigne l’enlèvement de deux ressortissants français à Niamey en janvier 2011 et l’attentat suicide contre le site de la Société des mines de l’Aïr, partiellement détenue par Areva, en mai 2013. Depuis 2015, le Niger est victime de nouvelles attaques menées à partir du Nord par mais également du Centre du Mali, attribués à Ansar-Dine, al-Morabitoune ainsi que l’Etat islamique au Grand Sahara, l‘amenant à renforcer son dispositif sécuritaire sur ses frontières, en lien avec les pays voisins.

Au Sud-Est, dans la région du lac Tchad, deux branches rivales de Boko Haram mènent des opérations contre le Niger et ses voisins et menacent les Occidentaux. D’une part celle d’Abubakar Shekau et de l’autre celle de Musab al Barnawi, qui a été adoubé en lieu et place de la première par l’Etat islamique à la tête de la « Province ouest-africaine de l’Organisation de l’État islamique ».

Situation économique et financière

En 2016, la croissance du produit intérieur brut (PIB) a été de 5% (3,6 en 2015).

Le Niger est placé en 150e position du classement sur la facilité de faire des affaires de la Banque Mondiale en 2017, en progression de 8 places en un an. Il a été désigné pays conforme par l’initiative pour la transparence des industries extractives en mars 2011.

Politique extérieure

Le Niger entretient de bonnes relations avec ses voisins et fait partie d’un nombre important d’organisations régionales et sous régionales, dont l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, le G5 Sahel, la Communauté des États sahélo-sahariens, le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel ou encore l’Autorité du bassin du Niger, dont le siège est situé à Niamey.

Depuis mars 2015, les forces armées nigériennes, avec l’armée tchadienne, opèrent en territoire nigérian contre Boko Haram. Elles ont notamment participé à la reprise de Damasak. Leur intervention a vocation à s’inscrire dans une force multinationale mixte également constituée d’éléments nigérians, tchadiens, camerounais et béninois. Avec les autres États concernés, le Niger a joué un rôle moteur dans la mobilisation de l’Union africaine et de la communauté internationale contre Boko Haram.

Le Niger joue un rôle important en faveur de la stabilisation du Mali. Membre de la médiation internationale menée par l’Algérie qui a facilité le processus de négociation entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays, il déploie également près de 900 hommes au sein de la mission des Nations Unies pour la stabilisation au Mali.

Avec le Mali et le Burkina Faso, le Niger s’implique dans la force multinationale de sécurisation du Liptako Gourma, créée dans le cadre de la force conjointe transfrontalière du G5 à l’occasion du sommet du 7 février 2017.

La France et le Niger

Relations politiques

La France et le Niger entretiennent des relations étroites et privilégiées, comme en témoigne la fréquence et le niveau des visites bilatérales :

Dernières rencontres bilatérales

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères s’est rendu au Niger le 3 octobre 2017) où il a notamment évoqué avec le président Mahamadou Issoufou et son homologue, M. Ibrahim Yacouba, la situation régionale.

Précédemment, l’on peut relever notamment les visites françaises suivantes :

  • mars 2017 :M. Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur, en compagnie de son homologue espagnol, M. Juan Ignacio Zoido Alvarez ; M. Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale
  • février 2017 :M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, M. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat au développement et à la Francophonie, Mme Rossignol, ministre des familles,
  • mai 2016 : M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, en compagnie de son homologue allemand, M. Franck-Walter Steinmeier.
  • novembre 2015 : M. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement
  • mai 2015 : Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur
  • avril 2015 : Mme Annick Girardin, secrétaire d’État au développement et à la Francophonie,
  • février 2015 : M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international
  • janvier 2015 : le secrétaire d’Etat aux anciens combattants et à la mémoire, M. Jean-Marc
  • novembre 2014 : M. Manuel Valls, premier ministre
  • mai 2014 : M. François Hollande, président de la République, a effectué une visite d’État au Niger en mai 2014.

Le président Issoufou a été reçu par M. François Hollande, président de la République à Paris le 31 mars 2017. Il a participé au Sommet de Paris en format Versailles le 28 août 2017, aux côtés des chefs d’Etat de France, Allemagne, Italie, Espagne et du Tchad.

Le président Mahamadou Issoufou a participé à la marche républicaine de janvier 2015 à la suite des attentats de Paris. Il a également participé au sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique en décembre 2013, ainsi qu’au sommet de Paris pour la sécurité au Nigéria en mai 2014. Il a de nouveau été reçu en France en juin 2015. Il a effectué une visite officielle en France en juin 2016.

Le premier ministre du Niger, M. Brigi Rafini, a effectué une visite de travail en France en juillet 2015.

Relations économiques

La France est l’un des premiers fournisseurs du Niger. Toutefois, la balance commerciale bilatérale est, historiquement, structurellement favorable au Niger en raison des exportations d’uranium. Les équipements mécaniques et les produits pharmaceutiques sont les premiers postes d’exportation de la France vers le Niger.

Une vingtaine d’entreprises français sont implantées au Niger, à la fois des filiales de grandes groupes et des petites et moyennes entreprises. Elles travaillent notamment dans les services, la distribution et dans le secteur minier.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La France est le deuxième bailleur bilatéral d’aide au développement au Niger avec 90 millions d’euros d’engagements nouveaux en 2017.

Le « cadre général de coopération 2017-2021 », document politique bilatéral de référence, signé le 7 février 2017 entre les Premiers ministre Rafini et Cazeneuve, et qui s’articule avec la « programmation conjointe » européenne, acte quatre priorités partagées : maîtrise de la croissance démographique ; gestion des flux migratoires ; promotion de l’égalité homme-femmes ; lutte contre le changement climatique.

Les projets de l’Agence française de développement ont porté ces dernières années sur l’eau et les infrastructures en milieu urbain comme en zone rurale, l’éducation, la formation professionnelle, la santé, l’énergie, le soutien aux organisations non gouvernementales et au secteur privé. Elle met également en œuvre un appui budgétaire à l’État nigérien (15 millions d’euros en 2016). L’AFD s’implique à ce titre dans le projet de barrage de Kandadji.

Le ministère des affaires étrangères et du développement international met par ailleurs en œuvre plusieurs fonds de solidarité prioritaire : « Promotion de l’action citoyenne pour contribuer à la gouvernance démocratique », « Civisme fiscal et développement » et « Ressources francophones : le français facteur de développement au Niger ». Le Niger est également bénéficiaire de fonds de solidarité prioritaire mobilisateurs à l’échelle régionale : « Malnutrition et infections enfances d’Afrique », « Gouvernance foncière et transparence des investissements agricoles », « 100 000 professeurs pour l’Afrique » et « Appui à la coopération transfrontalière au Sahel ».

Depuis la fin de 2014, l’ambassade de France au Niger dispose d’un nouvel outil pour appuyer la société civile nigérienne : le Fonds d’appui aux sociétés civiles du Sud (FASCS). Doté d’une enveloppe de 700 000 €, il financera 25 projets - portés prioritairement par les jeunes et les femmes - destinés à promouvoir l’expression citoyenne.

Le centre culturel franco-nigérien Jean Rouch est une institution binationale chargée de diffuser la culture française et francophone sous toutes ses formes et de promouvoir l’expression artistique et culturelle contemporaine du Niger. Ses deux établissements de Niamey et Zinder offrent les deux plus importantes médiathèques publiques du Niger. Deux Alliances françaises sont par ailleurs implantées à Agadez et Maradi.

Depuis la création des communes et communautés urbaines en 2003, la coopération décentralisée franco-nigérienne a commencé à se développer. Elle est aujourd’hui riche d’une trentaine de partenariats couvrant une grande partie du territoire nigérien.

Coopération de sécurité et de défense

Compte tenu des enjeux de sécurité dans la zone sahélo-saharienne, la France et le Niger entretiennent une coopération importante en matière de sécurité et de défense.

À ce titre, un projet « Appui à la coopération transfrontalière au Sahel » est mis en œuvre depuis 2015 dans la zone frontalière avec le Burkina Faso et le Mali. En outre, le ministère des affaires étrangères appuie, à travers de l’expertise, les quatre forces nigériennes (armée, garde nationale, gendarmerie, police), ainsi que le service central de lutte contre le terrorisme.

L’opération Barkhane, lancée en août 2014, appuie le Niger et déploie un détachement de l’armée de l’air à Niamey.

L’Union européenne et le Niger

Les relations entre l’Union européenne et le Niger reposent sur l’accord de Cotonou de juin 2000. En complément, l’Union européenne a adopté en septembre 2011 une stratégie pour la sécurité et le développement au Sahel, qui couvre la Mauritanie, le Mali et le Niger. Elle a été élargie au Tchad et au Burkina Faso lors de son actualisation en novembre 2013. Elle expose quatre lignes d’action :

  • le développement, la bonne gouvernance et le règlement des conflits internes ;
  • l’action politique et diplomatique ;
  • la sécurité et l’État de droit ;
  • la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation.

Dans ce contexte, le onzième fonds européen de développement prévoit une allocation de 596 millions d’euros pour la période de 2014 à 2020. Les secteurs de coopération prévus pour ce fonds sont la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la résilience, le renforcement de la capacité de l’État pour la mise en œuvre des politiques sociales, la sécurité, la gouvernance et la consolidation de la paix, le désenclavement des régions affectées par l’insécurité et le risque de conflit, ainsi que l’appui à la société civile.

Le Niger compte parmi les bénéficiaires du fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique, créé lors du sommet de La Valette de novembre 2015. Ce fonds est doté de 1,8 milliard d’euros de financement européens, dont un milliard consacré au Sahel et au lac Tchad.

Mise à jour : 03.10.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE