Accès rapide :

La France et le Niger

Brève

Libération de Serge Lazarevic - Déclaration de Laurent Fabius (9 décembre 2014)

"La libération de notre compatriote, Serge Lazarevic, retenu en otage depuis plus de trois ans au Sahel est une magnifique nouvelle. Il était le dernier otage français encore détenu à l’étranger. Je félicite et remercie tous ceux qui, en France, au Mali et au Niger, ont travaillé depuis longtemps et dans la discrétion à sa libération. Je salue l’implication personnelle du président nigérien Issoufou."

Présentation

Relations politiques

La France et le Niger entretiennent des relations étroites et privilégiées, malgré des flux d’échanges économiques et humains moindres par rapport à d’autres Etats d’Afrique subsaharienne. Hamani DIORI, premier président du Niger de 1960 à 1974, fut notamment l’un des pères fondateurs de la Francophonie avec le Sénégal et la Tunisie.

Les visites réciproques sont nombreuses. Depuis l’élection du président Issoufou, en avril 2011 :

  • Le ministre chargé de la Coopération, M. de Raincourt, s’est rendu à Niamey le 7 avril 2011 à l’occasion de l’investiture du président Mahamadou Issoufou
  • A l’occasion du sommet de Deauville, le président nigérien Mahamadou Issoufou s’est rendu en France les 25 et 26 mai 2011. Il a ensuite été reçu à l’Elysée le 6 juillet 2011.
  • le 10 février 2012 dans le cadre d’une tournée sahélienne, le ministre chargé de la Coopération s’est rendu à Niamey.
  • Le 27 juillet 2012, dans le cadre d’une tournée régionale, le ministre des Affaires étrangères s’est rendu à Niamey pour une visite de travail, accompagné du ministre délégué en charge du Développement.
  • Le 3 octobre 2012 : dans le cadre de sa visite en France, le MAE nigérien Mohamed Bazoum est reçu par le Ministre des Affaires étrangères.
  • Le 13 - 16 novembre 2012 : visite en France du Président Issoufou, à l’occasion de la table-ronde des bailleurs du Niger organisée à Paris les 13 et 14 novembre. Le Président nigérien, M. Mahamadou Issoufou, a été reçu à l’Elysée le 15 novembre, pour un entretien avec le Président de la République.
  • Le 1er février 2013 : le Ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, a reçu le Ministre des Affaires étrangères du Niger, M. Mohamed Bazoum
  • Le 3 mai 2013 : tenue de la première réunion du dialogue stratégique franco-nigérien, présidée par le Ministre M. Laurent Fabius et le Ministre des Affaires étrangères du Niger, M. Mohamed Bazoum.
  • le 28 mai 2013 : Visite du Ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, à Niamey, où il est reçu par le Président de la République du Niger, M. Mahamadou Issoufou.
  • le 3 juillet 2013 : Entretien du Ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, avec le Premier ministre du Niger, M. Brigi Rafini, en visite à Paris.
  • le 25 novembre 2013 : Entretien, à Paris, du Ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, avec le Ministre des Affaires étrangères du Niger, M. Mohamed Bazoum, suivi de la signature du document cadre de partenariat 2013 – 2016 par les deux Ministres.
  • le 6 et 7 décembre 2013 : Participation du Président M. Mahamadou Issoufou et du Ministre des Affaires étrangères, M. Mohamed Bazoum au sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique.
  • le 17 mai 2013 : Participation du Président M. Mahamadou Issoufou et du Ministre des Affaires étrangères, M. Mohamed Bazoum, au Sommet de Paris pour la sécurité du Nigéria.

Site de l’ambassade de France


Relations économiques

La France est traditionnellement un partenaire privilégié du Niger. En 2013, le Niger est le 116ème client de la France dans le monde et son 67ème fournisseur. Les importations françaises en provenance du Niger représentent près de 45% du total des exportations nigériennes en 2013. La part de marché de la France au Niger se situe aux alentours de 10% en 2013. Le montant des échanges bilatéraux a atteint 767 M€, en progression de 30% par rapport à 2012
En 2010, nos exportations avec le Niger se sont élevées à 210 M€ (+ 28,3% par rapport à 2009).

Les produits pharmaceutiques et les produits agroalimentaires continuent de représenter une part substantielle de nos ventes au Niger (respectivement 28% et 17%). Les équipements destinés à l’extraction minière représentent, comme en 2009, 19,3 M€, et constituent notre 3ème poste d’exportation. Les importations françaises en provenance du Niger sont constituées à 99% d’uranium pour un montant de 193 M€ (en baisse de 10% par rapport à l’année précédente).

Le stock français d’Investissement Direct Etranger (IDE) au Niger est stable depuis 2011 et s’élève, en 2013, à 147 M€.Le stock total d’IDE accueilli au Niger représentait 162 M€ à fin 2010 (contre 103 M€ en 2009). La France connaît une hausse de ses investissements au Niger depuis 2007 et (les flux d’IDE français ont été de 25 M€ en 2010). (contre 19 M€ en 2009). Le Niger est représente le 87ème stock d’investissements français à l’étranger. La France est le 1er investisseur privé (hors pétrole) au Niger grâce à des implantations dans plusieurs secteurs de l’économie. Ces investissements sont appelés à progresser dans les prochaines années, avec le projet de la mine d’uranium d’Imouraren, qui représentera au total un investissement de 1,5 Md €.

Le groupe Veolia a acquis 56% du capital de la société d’exploitation des eaux du Niger (SEEN), dont le contrat a été renouvelé fin 2011, dans le cadre de la privatisation du secteur de l’eau ; France Telecom s’est vu attribuer en décembre 2007, pour 48 M€, une licence globale (fixe, mobile, internet) de télécommunications (l’activité a démarré en juillet 2008, sous le nom d’Orange, et a nécessité des investissements supplémentaires de l’ordre de 50 M€ par an pour le développement du réseau). Le projet de la boucle ferroviaire (chemin de fer) est relancé par le groupe Bolloré Africa Logistics, en partenariat avec le Niger et le Bénin.

Une vingtaine de filiales de sociétés françaises sont implantées au Niger (auxquelles on peut ajouter une quinzaine d’investissements privés français, notamment dans les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et dans les services informatiques et de télécommunications). Ces filiales exercent dans des secteurs très variés et souvent avec une position dominante : Le groupe Castel est présent avec une brasserie et une unité d’embouteillage de boissons (Braniger), dont une partie travaille pour Coca Cola. Total distribue des produits pétroliers (40% environ de part de marché) et CFAO Motors des véhicules (Peugeot, Toyota, motos Yamaha). Une autre filiale du Groupe CFAO, Laborex, distribue des produits pharmaceutiques (1er produit d’exportation de la France vers le Niger avec 25% des exportations françaises totales). Les filiales Africa Logistics (groupe Bolloré) et Getma-Necotrans couvrent le marché de la logistique. Manutention Africaine (filiale de Delmas Export) propose des biens d’équipements.

Le secteur des assurances est aussi bien représenté avec les courtiers Gras Savoye et Ascoma, ce dernier étant installé début 2012. Le Crédit Mutuel est également implanté au Niger. Air France assure 4 liaisons aériennes hebdomadaires entre le Niger et la France. La société Foraco fore essentiellement dans le cadre de projets d’hydraulique rurale et villageoise. Agrimex (Saphyto groupe Arysta) assure la distribution de produits phytosanitaires et de semence destinés à l’agriculture.


Coopération culturelle, scientifique et technique

Le Niger appartient à la double catégorie prioritaire des pays pauvres prioritaires et de la zone sahélienne, il bénéficie à ce titre d’un effort important et croissant de la France.

Depuis 2000, la France a repris sa coopération civile avec le Niger, qui avait été suspendue pendant la période de transition (à la suite de l’assassinat du président BARE) et ne l’a pas interrompue après le coup d’Etat du 18 février 2010. L’APD versée au Niger est en hausse depuis les années 90, malgré une baisse relative entre 2004 et 2006. Depuis 2006, elle continue son ascension.

Le montant de l’aide publique globale au développement française au Niger était de 70M€ 2010, dont 28M€ d’aide bilatérale.

En 2011, l’APD française bilatérale s’élève à près de 43M€ (soit une hausse de 13,15% en un an). A l’occasion de la table-ronde des bailleurs du Niger, la France a annoncé une contribution de l’ordre de 200M€ sur la période du Plan de développement économique et sociale (2012-2015). Une Une aide budgétaire a été versée en 2012 (50M€) puis en 2013 (10M€)
aide budgétaire au titre de 2012 de 50M€ (40M€ sur prêt et 10M€ sur don) a été décidée en faveur du Niger.


Le nouveau document cadre de partenariat (2013 – 2016)

Le nouveau document cadre de partenariat France-Niger 2013 - 2016, signé le 25 novembre dernier, fixe les priorités de la coopération française au Niger. Il confirme l’engagement de la France, lors de la table-ronde des bailleurs du Niger tenue à Paris en novembre 2012, à soutenir le développement du Niger pour un montant de l’ordre de 200M€, sur la période 2012-2015.

Le document cadre de partenariat concentre notre aide sur trois principaux secteurs :

  • Le développement durable (85 à 105M€ de nouveaux engagements) : eau et assainissement, énergie, appui au secteur privé.
  • Le développement humain (29 à 47M€) : appui à l’éducation et formation professionnelle, l’enseignement supérieur et la recherche, ainsi que la santé.
  • La sécurité alimentaire et développement rural (30 à 40M€) : appui au programme de Kandadji (barrage), aide alimentaire.

S’y s’ajoutent :

  • Le soutien à la stabilité et la sécurité (28,1M€) : appui à la gestion des finances publiques, la sécurité et la justice, la décentralisation et le soutien à la société civile.
  • La diversité culturelle et la francophonie (4,1M€)




Activités de l’Agence française de développement

L’AFD intervient au Niger dans les secteurs de concentration retenus par le Document Cadre de Partenariat : contribution au développement durable par le soutien aux infrastructures (énergie, transport, eau et assainissement urbain et rural), la promotion du secteur privé, la préservation de l’environnement, la gestion durable des ressources naturelles ; promotion du développement humain (santé, éducation et formation professionnelle) ; renforcement de la sécurité alimentaire et du développement rural. Le Groupe AFD intervient au Niger dans les trois secteurs de concentration retenus par le Document Cadre de Partenariat : l’éducation, la santé, l’eau et l’assainissement. Le volume des autorisations de l’AFD sont en constante augmentation depuis 2010 : 15M€ en 2008, 16,3M€ en 2009, 9,8M€ en 2010, 37,1M€ en 2011 et 52,7M€ en 2012, 77,5M€ en 2013.

Au cours des dernières années, les financements de l’AFD ont porté sur les secteurs suivants :

  • Eau et infrastructures en zones rurales (29M€) : sécurisation des systèmes pastoraux (Zinder), projet d’hydraulique villageoise et aménagement de bassins versants (Tahoua).
  • Eau et infrastructures en milieu urbain (16M€) : adduction en eau potable dans 24 centres secondaires et à Niamey, accès à l’eau et assainissement dans 12 communes du Niger, projet « Agadez » (suite aux inondations de septembre 2009).
  • Education (219,8M€) : soutien à la Procédure Accélérée en faveur de l’Education pour tous au Niger (PADEN), ainsi qu’au Programme sectoriel de l’éducation et de la formation..
  • Formation Professionnelle (12,9M€) : appui à la création d’un dispositif de formation professionnelle dans les industries extractives (IFRI), dans le cadre d’un PPP avec AREVA.
  • Santé (2014M€) : Santé maternelle et infantile
  • Energie (30M€ + délégation de fonds de l’UE de 11M€) : Soutien au programme de Kandadji.
  • Financements aux ONG (6,67M€)
  • Appui au secteur privé (42,2069M€)
  • Deux projets à vocation régionale (5,4M€) : améliorer la gestion des ressources en eau dans le bassin du fleuve Niger (GIRE 2), et appui à la mise en place des systèmes de vigilance face au changement climatique en Afrique.
  • Soutien budgétaire : 8,5M€ pour 2006, 8,5 M€ pour 2007, 5M€ pour 2009, 3 M€ pour 2010, 10 M€ pour 2011, 50M€ en 2012, 10M€ en 2013.


Sécurité alimentaire

La France est également présente dans le domaine de la sécurité alimentaire. En 2010, au Niger, la crise alimentaire a touché 7 millions de personnes, sur une population totale de 15 millions. La France a consacré plus de 5 M€ en 2010 pour les populations vulnérables du Niger. Pour la crise alimentaire de 2012, la France a apporté un appui au PAM de 10M€ pour le Sahel et de 6,5M€ au dispositif nigérien de prévention et de gestion des crises (sur aide budgétaire).


Autres types de coopération

Compte tenu des enjeux de sécurité dans la zone sahélo-saharienne, le Niger bénéficie d’une aide de la France en matière de sécurité et de défense. Dans le cadre du Fonds de solidarité prioritaire (FSP) régional JUSSEC – Justice et sécurité en zone sahélo-saharienne (Mauritanie, Mali, Niger), des actions ont été engagées visant à renforcer la justice et la sécurité au Niger (création d’un pôle judiciaire spécialisé dans la lutte contre le terrorisme et les grands trafics, appui aux services de sécurité, aux douanes, etc.). Par ailleurs, le soutien apporté en matière de coopération de sécurité et de défense s’élève à 4 M€ et concerne en priorité la formation et l’ingénierie de défense.


Mise à jour : 08.07.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014