Accès rapide :

Géographie et histoire

Géographie

Décalage horaire (par rapport à Paris) : Avance de 4h30 en hiver et 3h30 en été.

Relief : montagneux sur la partie Nord (massif himalayen), plaines dans le Sud (régions frontalières de l’Inde). Le Népal rassemble plusieurs des plus hauts pics montagneux au monde, dont le mont Everest et le massif de l’Annapurna.

Climat : sec, froid et ensoleillé l’hiver, chaud et très humide pendant la mousson d’été.


Histoire

En 1768, après la conquête de la vallée de Katmandou par Phrithvi Narayan Shah et l’unification du Népal, la dynastie des Shah est mise en place. Elle règnera jusqu’en 2008. En 1816, le traité de Sugauli met un terme à la guerre entre le Népal et l’empire britannique. A partir de 1846, le roi est dépourvu de ses pouvoirs au profit de l’oligarchie héréditaire du clan des Rana qui mène un politique isolationniste. Londres reconnaît au Népal une indépendance formelle.

En 1950, le Népal et l’Inde signent un Traité de Paix et d’Amitié qui continue d’encadrer les relations entre Katmandou et Delhi. En 1951, avec l’aide du Parti du Congrès népalais et de l’Inde, le roi Tribuvhan parvient à imposer aux Rana la restauration de la monarchie. En 1955, son fils Mahendra lui succède. Les premières élections générales sont remportées par le parti du Congrès népalais en 1959. Mais, dès 1960, le roi dissout le Parlement et instaure un régime autoritaire, le « Panchayat ». Les principaux dirigeants politiques sont emprisonnés ou s’exilent en Inde. En 1990, le Népal connaît un vaste mouvement démocratique pour le rétablissement des libertés publiques. La constitution promulguée en novembre instaure une monarchie constitutionnelle.

A partir de 1996, le Parti Communiste Maoïste Népalais (CPN-M) lance la « guerre populaire » contre les autorités centrales. En juin 2001, le prince héritier Dipendra assassine son père, le Roi Birendra, ainsi qu’une dizaine de membres de la famille royale, avant de se suicider. Gyanendra, frère du roi, accède au trône. Un cessez-le-feu avec la guérilla maoïste est instauré en juillet 2001 et une première série de pourparlers commence. En novembre 2001, l’armée royale du Népal s’engage dans le conflit (seules les forces de police avaient été auparavant mobilisées contre l’insurrection).

Le 1er février 2005, le roi Gyanendra instaure l’état d’urgence et s’octroie le pouvoir exécutif en renvoyant le gouvernement. En novembre 2006, un accord de paix global est signé entre le gouvernement et les maoïstes, mettant fin à un conflit qui aura fait près de 13 000 victimes. Les maoïstes acceptent d’intégrer un gouvernement provisoire, de cantonner leur personnel militaire et de stocker leurs armes, sous la supervision des Nations-Unies. La Mission des Nations Unies au Népal se retire le 15 janvier 2011

En avril 2008, les élections générales sont remportées par les maoïstes (avec 38% des sièges). La République est proclamée en mai et le chef maoïste Pushpa Kamal Dahal, dit « Prachanda » devient Premier ministre à la tête d’une coalition formée de six partis en août. L’Assemblée constituante a pour objectif la rédaction d’une Constitution pour le 28 mai 2010. A partir de mai 2009, à la suite de la démission des maoïstes du gouvernement, les coalitions et les gouvernements se succèdent. La promulgation de la Constitution est sans cesse reportée.

L’assemblée se dissout le 29 mai après avoir échoué à mener les négociations constitutionnelles sur la question du fédéralisme. Après un an de négociations, un gouvernement technique est mis en place en mars 2013 qui organise les élections d’une nouvelle Assemblée constituante le 19 novembre 2013. A l’issue de plusieurs mois de tractations, le président du Nepali Congress arrivé en tête des élections a été élu Premier ministre le 11 février 2014. Le 25 février, il a formé un gouvernement de coalition avec l’UML, deuxième force politique du pays. Des élections locales devraient se tenir en 2014.

Mise à jour : 10.07.14


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014