Accès rapide :

Présentation du Népal

Présentation

Données générales

Nom officiel : République du Népal
Nature du régime : République démocratique fédérale
Chef de l’Etat : Mme Bidhya Devi Bhandari, Présidente de la République (28 octobre 2015)
Chef du Gouvernement : M Pushpa Kamal Dahal (4 août 2016)

Données géographiques

Superficie : 147 181 km²
Capitale : Katmandou
Villes principales : Biratnagar, Patan, Pokhara, Birgunj, Dharan Nepalganj
Langue (s) officielle (s) : Népali
Langue (s) courante (s) : Népali, hindi, anglais, dialectes
Monnaie : Roupie népalaise (1 euro = 113.65 roupies au 13/02/2017)
Fête nationale : Fête de la République, 20 septembre (jour de proclamation de la Constitution)

Données démographiques

Population : 28,5 millions (Banque mondiale, 2015)
Densité : 199 habitants / km² (Banque mondiale, 2015)
Croissance démographique : 1,2% (2015, Banque mondiale/PNUD, 2010-2015)
Espérance de vie : 70 ans (Banque mondiale, 2015)
Taux d’alphabétisation : 57,4% (PNUD, 2015)
Religions : Hindouisme (81 %), Bouddhisme (11 %), Islam (4 %), autres (4 %)
Indice de développement humain : 138ème sur 188 (DGT, 2015)

Données économiques

PIB : 20,881 milliards de dollars (DGT, 2015)
PIB par habitant : 732,3 dollars (Banque mondiale, 2015)
Taux de croissance : 0,6 % Banque mondiale, 2016)
Taux d’inflation : 7, 9% (Banque mondiale, 2015)
Dette extérieure 19,7% du PIB (PNUD, 2015)
Principal client : Inde (63,7%)
Principal fournisseur : Inde (64,4 %)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (DGT, 2015) :

  • Agriculture : 31,7%
  • Industrie : 15,1%
  • Services : 53,2%

Exportations françaises vers le Népal : 16,5 millions d’euros (DGT, 2014)
Importations françaises depuis le Népal : 15 millions d’euros (DGT, 2014)

Communauté française au Népal : 206 au 20/01/2016 (Français de passage : env. 25 000 par an)
Communauté népalaise en France : environ 2.000 (ambassade du Népal à Paris)

Politique intérieure

Dix ans après la signature d’un accord de paix entre la guérilla maoïste et le gouvernement qui a mis fin à la guerre civile (1996-2006), le Népal est toujours engagé dans un processus de normalisation politique et de réconciliation. Elue en 2008, la première assemblée constituante a effectué de considérables transformations politiques, en particulier l’abolition de la monarchie (28 mai 2008), mais a échoué à élaborer une nouvelle Constitution. Sa dissolution, le 29 mai 2012, a plongé le pays dans une crise constitutionnelle avant l’élection d’une seconde assemblée constituante le 19 novembre 2013. La constitution népalaise est promulguée le 20 septembre 2015 mais d’importantes manifestations des minorités madhésies provoquent une crise politique et une fermeture partielle de la frontière avec l’Inde. La situation s’est stabilisée après le vote d’amendements constitutionnels et le nouveau gouvernement de coalition, élu en août 2016 et dirigé par l’ancien militant maoïste Pushpa Kamal Dahal, poursuit les efforts de réconciliation nationale. Des élections locales, fédérales et nationales devraient se tenir avant la fin de l’année 2018.

Selon le texte constitutionnel, le Népal est une république parlementaire de type fédéral. La Présidente de la République, Bidhya Devi Bhandari, a été élue le 28 octobre 2015 mais l’essentiel du pouvoir exécutif est détenu par le Premier ministre. Le pouvoir législatif est provisoirement aux mains de l’assemblée constituante, composée de 601 membres. La vie politique est marquée par un système pluripartistes, avec trois principaux partis, le parti communiste maoïste unifié (UCPN-M), le Congrès népalais (Nepali Congress) le parti communiste-léniniste unifié (CPN-ULM).

Situation économique

Le Népal est l’un des pays les plus pauvres d’Asie dont son économie souffre de faiblesses structurelles majeures : enclavement et difficultés d’accès au marché, absence de ressources naturelles diversifiées - à l’exception d’un potentiel hydroélectrique encore sous-exploité et d’un environnement propice au développement du tourisme ; agriculture archaïque et dispersée dans des zones isolées qui emploie 80 % de la population active mais ne génère que 32% du PIB, insuffisance des infrastructures ; secteur public inefficace et peu rentable. L’économie népalaise demeure extrêmement dépendante des échanges avec l’Inde : près de 62% des biens et services népalais vont vers l’Inde.

La fragile économie népalaise a en outre pâti du blocus informel résultant de tensions à la frontière avec l’Inde. De septembre à février 2016, le Népal a fait face à une grave pénurie de pétrole et de biens de première nécessité.

Dans ce contexte et suite aux deux séismes des 25 avril et 12 mai 2015 où près de 500 000 maisons ont été détruites, la situation économique du Népal s’est fortement détériorée avec une croissance estimée à 0,6% en 2016 (2,3 % en 2015). Avec le rétablissement des échanges avec l’Inde et les travaux de reconstruction, la croissance attendue pour 2017 et 2018 avoisinerait les taux de 4,8 ou 5%. Toutefois, l’économie népalaise demeure fortement dépendante des transferts des migrants et des flux d’aide au développement. Cet afflux de liquidités alimente des pressions inflationnistes (7,9 % en 2015).

La conférence internationale pour la reconstruction du Népal, qui s’est tenue le 25 juin 2015 à Katmandou, a permis de réunir au moins 3,4 Mds USD de promesses d’engagement (4,4 Mds USD selon les autorités népalaises). Les premiers versements d’aide aux familles ont commencé, mais le processus de reconstruction avance lentement, en raison du retard avec lequel les autorités népalaises ont mis en place le mécanisme chargé de la distribution de l’aide. L’assistance aux victimes s’appuie donc essentiellement sur la présence des ONG.

Politique extérieure

L’Inde et le Népal sont liés par un Traité de Paix et d’Amitié signé en 1950 et partage une frontière ouverte. Un traité sur le commerce (BIPPA) a été signé en 2011, le Népal étant très dépendant de ses échanges avec l’Inde. Des accords économiques portant sur l’aide indienne à la reconstruction (1 Md EUR au total), sur l’énergie (construction d’une ligne de transmission électrique) et les réseaux routiers ont été signés lors de la visite du Premier ministre népalais en Inde en février 2016. La visite au Népal du Président indien Pranab Mukherjee en novembre 2016, la première depuis 1998, visant à démontrer un apaisement des relations indo-népalaises, a été qualifiée d’historique, malgré des tensions récurrentes entre les deux pays, comme l’a montré le blocage des routes pendant plus mois.

Etablies en 1955, les relations sino-népalaises se sont particulièrement développées ces dernières années et sont illustrées par la signature d’un nouveau Traité d’amitié en 2009. La coopération avec la Chine s’exerce essentiellement dans le secteur des infrastructures routières, l’industrie, la santé et l’hydroélectricité. Le commerce bilatéral est en forte croissance et a augmenté de 75% depuis 2009. La Chine est désormais le deuxième partenaire commercial du Népal A la suite du séisme qui a touché le Népal le 25 avril 2015, la Chine s’est engagée à fournir une aide significative (près de 500 MUSD). Par ailleurs, des discussions sont en cours pour l’ouverture de deux nouvelles routes entre le Tibet et le Népal. Pour mémoire, 11 000 réfugiés tibétains se trouvent au Népal.

Le Népal reçoit environ 635 MEUR d’aide par an, dont 50% de la Banque Mondiale et de la Banque Asiatique de Développement, ce qui représente plus de la moitié de son budget de développement (aide indienne et chinoise non comprises). Les principaux partenaires occidentaux du Népal sont les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Par ailleurs, le Népal dispose d’une représentation permanente à l’ONU à New York, à Genève et a officiellement adhéré à l’OMC (Organisation mondiale du Commerce) en 2003.

Mise à jour : 13.02.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE