Maroc - Q&R - Extrait du point de presse du 14 mars 2017

Q - Les avocats français des prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik, actuellement rejugés à Rabat, dénonçaient lundi une "violation manifeste du droit à un procès équitable", trois mois après la condamnation du Maroc, dans cette affaire, par le Comité de l’ONU contre la torture. Quelle est la position de la France sur ce sujet ? Avez vous réagi auprès des autorités marocaines à propos de l’expulsion, dimanche, de Claude Mangin Asfari, l’épouse française de l’un des détenus, Ennâma Asfari ?

R - Madame Claude Mangin Asfari, arrivée le dimanche 12 mars à l’aéroport de Rabat, n’a pas été admise à entrer sur le territoire marocain et a été reconduite vers Paris le lundi 13 mars au matin.

Nos autorités diplomatiques et consulaires sur place ont suivi avec attention la situation de notre compatriote, qui bénéficie, comme tous les Français à l’étranger, de la protection consulaire.

La France suit attentivement le déroulement du procès en cours.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE