Présentation de Malte

Donnée générales

Présentation du pays

Nom officiel : République de Malte
Nature du régime : Démocratie parlementaire
Présidente de la République : Mme Marie-Louise COLEIRO PRECA
Chef du gouvernement : M. Joseph MUSCAT

Données géographiques

Superficie : 316 km²
Capitale : La Valette
Villes principales : Birkirkara, Mosta, Qormi, Zabbar
Langues officielles : maltais et anglais
Langue courante : maltais
Monnaie : euro
Fête nationale : 21 septembre, fête de l’Indépendance

Données démographiques

Population (2016) : 434 403 habitants
Densité : 1 374,69 hab/km² (densité la plus élevée parmi les Etats membres)
Croissance démographique (2015) : 0,950% par an
Espérance de vie (2017) : 80,7 ans
Taux d’alphabétisation (2011) : 94,1%
Religion (s) : catholicisme (religion d’Etat) pratiqué par 98% de la population
Indice de développement humain (2014) : 0,84

Données économiques
source : https://www.objectif-import-export.fr/fr/marches-internationaux/fiche-pays/malte/le-risque-pays-commerce

PIB (2016e) : 9,59 milliard d’euros
PIB par habitant (2016) : 22 089 euros/habitant
Croissance (2016) : 4,1% - estimation FMI pour 2017 : 3,4%
Chômage (au sens du BIT) (2016) : 4,8 %
Inflation (2016e) : 1,2 %
Solde budgétaire (2016e) : -1,6% du PIB – estimation FMI pour 2017 : -1,2%
Balance commerciale (2015) : - 825,376 milliards d’euros
Principaux clients (2014) : Egypte (13,3%), Allemagne (8,2%), Lybie (5,6%), France et Hong-Kong (5,5%)
Principaux fournisseurs : Italie (18,3%), Etats-Unis (9,6%), Turquie (7,2%), Royaume-Uni (6%), Allemagne (5%)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2016) :

  • agriculture : 1,4%
  • industrie : 15,8%
  • services : 82,8%

Exportations de la France vers Malte (2016) : 392 M€ (+1% par rapport à 2015)
Importations françaises depuis Malte (2016) : 219 M€ (-3% par rapport à 2015)
http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/malte

Composition du gouvernement

Le président de la République est le chef de l’Etat. Elu pour cinq ans par la chambre des représentants (parlement unicaméral), il ne possède que des pouvoirs largement symboliques, car ils supposent souvent le contreseing du Premier ministre. L’actuelle présidente de la République est Marie-Louise Coleiro Preca, auparavant ministre travailliste de la famille et de la solidarité sociale, qui est la deuxième femme à accéder à ce poste, après Agatha Barbara (1982-1987).

Gouvernement issu des élections législatives du 9 mars 2013

Premier ministre : Joseph Muscat
Vice Premier ministre, Ministre des Affaires européennes et de la mise en œuvre du programme électoral : Louis Grech

Les ministres :
Ministre auprès du Bureau du Premier (sans portefeuille) : Konrad Mizzi
Ministre des Affaires étrangères : George Vella
Ministre de l’Education et de l’Emploi : Evarist Bartolo
Ministre des Transports et des Infrastructures : Joe Mizzi
Ministre pour Gozo : Anton Refalo
Ministre du Dialogue social, de la Protection des consommateurs et des Libertés civiles : Helena Dalli
Ministre de l’Economie, de l’Investissement et des Petites entreprises : Christian Cardona
Ministre des Finances : Edward Scicluna
Ministre de la Famille et de la Solidarité sociale : Michael Farrugia
Ministre de la Justice, de la Culture et de la Gouvernance locale : Owen Bonnici
Ministre du Tourisme : Edward Zammit Lewis
Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité nationale : Carmelo Abela
Ministre du Développement durable, de l’Environnement et du Changement climatique : José Herrera
Ministre de la Compétitivité et de l’Economie digitale, maritime et des services : Emmanuel Mallia
Ministre de la Santé : Chris Fearne

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://mt.ambafrance.org/
Communauté française : 1065 inscrits au Registre de Malte
Communauté maltaise en France : pas de données disponibles.

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Le parti travailliste de Joseph Muscat bénéficie d’une avance dans les sondages de plusieurs points devant le leader de l’opposition Simon Busuttil et ce en dépit du PanamaGate qui éclabousse deux des proches de Joseph Muscat, son directeur de cabinet Keith Schembri et son Ministre de l’énergie Konrad Mizzi. Ces derniers ont été maintenus dans leurs fonctions, même si Konrad Mizzi est désormais "sans portefeuille". Confronté aux soupçons qui pèsent sur son épouse dans le cadre des Panama papers, le Premier Ministre a choisi de convoquer des élections anticipées le 3 juin, neuf mois avant le terme de son mandat et avant la fin de la Présidence de l’Union européenne. A sa demande, la Présidente Coleiro Preca a dissout le Parlement le 1er mai et la campagne officielle a été ouverte dès 23 heures : "I choose Malta" pour l’opposition nationaliste, "the Best days of Malta" pour le Parti travailliste.

Situation économique

La plupart des indicateurs témoignent du dynamisme économique de Malte : maîtrise du déficit public à 1,5% du PIB, taux de chômage en baisse constante qui reste le plus faible taux dans l’UE (5%), baisse de l’endettement qui représente environ 60 % du PIB avec un déficit budgétaire prévu à 0,9 % pour 2016, croissance de 4,4% en 2016. La croissance, estimée par le FMI à 3,6 % pour l’année 2017, est soutenue par la vigueur de la demande interne, qui s’appuie à la fois sur la consommation des ménages et l’investissement public et privé. L’économie maltaise apparaît particulièrement résiliente et le secteur touristique (30% du PIB) s’est montré très performant en 2015, avec de nouveaux records de fréquentation (plus d’1,5 millions de touristes par an grâce, notamment, au tourisme de croisière).

Les mesures et réformes budgétaires conduites par le gouvernement pendant les trois dernières années ont favorablement impressionné les agences de notation : Standard and Poor’s vient, pour la première fois depuis vingt ans, de relever la note de Malte de BBB+ à A-. La compétitivité de l’économie maltaise repose sur son attractivité fiscale, un cadre réglementaire léger et favorable aux entreprises et une législation libérale sur les paris et jeux en ligne (11% du PIB).

La fiscalité attractive mais aussi l’accessibilité, la réactivité et la réputation de sérieux de l’autorité maltaise de régulation des marchés financiers (MFSA) expliquent le développement des fonds de placement à Malte, qui figure, par ailleurs, sur la liste blanche de l’OCDE (le pays a signé 65 accords d’échanges d’informations en matière fiscale). Le secteur bancaire maltais représente près de huit fois le PIB du pays.

Dans le contexte du Brexit, Malte entend constituer, pour les sociétés dont le siège est à Londres, une opportunité de relocalisation dans un Etat membre anglophone et traditionnellement proche du Royaume-Uni.

Une situation bancaire relativement saine

Le secteur bancaire maltais représente près de huit fois le PIB du pays. Il compte trois types de banques : les banques domestiques « core », qui comprennent notamment HSBC et Bank of Valetta, représentant 80% du marché maltais ; les banques domestiques « non core », qui ont également des activités internationales, les banques internationales sans lien avec l’économie locale. Malte n’a pas été affectée par la crise bancaire car les banques domestiques « core » poursuivent uniquement des activités traditionnelles à destination des déposants locaux, gèrent leurs actifs de manière prudente et sont bien capitalisées. La fiscalité attractive mais aussi l’accessibilité, la réactivité et la réputation de sérieux de l’autorité maltaise de régulation des marchés financiers (MFSA), expliquent ce développement des fonds de placement à Malte, qui figure, par ailleurs, sur la liste blanche de l’OCDE (le pays a signé 65 accords d’échanges d’informations en matière fiscale).

Politique étrangère

La neutralité

Bien que le principe de neutralité soit inscrit dans la Constitution depuis 1987, Malte dispose d’une armée de 1 500 hommes environ. La Valette a toujours refusé la proposition américaine d’une intégration dans l’OTAN (Malte a intégré le Partenariat pour la paix en 1996, s’en est retiré en 1997 et l’a réintégré en avril 2008). Sa préoccupation principale est la lutte contre l’immigration clandestine mais elle est également active en matière de lutte contre la piraterie. La Valette a ainsi infléchi son principe de neutralité pour participer, de manière certes très limitée, à des missions de PSDC : si elle n’a pris part à aucun projet de mutualisation capacitaire, Malte a en effet participé à une mission en Géorgie en 2008, puis dans le cadre d’EUTM en Somalie (envoi de 3 sous-officiers) et surtout d’Atalante depuis 2010, avec l’envoi régulier d’équipes de protection embarquées sur des navires tiers, notamment néerlandais. Elle montre un vif intérêt pour la zone méditerranéenne, en particulier pour la Libye.

Un lien encore fort avec le Royaume-Uni

L’appartenance au Commonwealth, la langue anglaise (langue officielle au même titre que le Maltais), l’administration calquée sur le modèle anglais, le système de droit, le modèle éducatif britannique, les milliers de touristes anglais ainsi que les milliers de sujets de la Couronne qui ont élu domicile dans l’île, assurent la pérennité de l’attachement au Royaume-Uni.
Depuis le 27 novembre 2015, le Premier ministre maltais Joseph Muscat est le Président en exercice du Commonwealth (Chairperson-in-Office) jusqu’à la prochaine réunion des chefs de gouvernement prévue au deuxième semestre 2017.

Un lien de proximité avec l’Italie

93 kilomètres seulement séparent l’archipel maltais de la Sicile. La langue italienne, restée langue officielle jusqu’en 1934, et l’aide apportée par ce pays dans le domaine de l’éducation supérieure et les infrastructures ont joué un rôle important dans la modernisation de Malte avant son entrée dans l’UE. L’Italie reste le premier partenaire commercial de Malte et les liens humains entre les deux pays perdurent. La langue italienne reste assez bien comprise et parlée dans l’île.

Une vocation méditerranéenne

A mi-chemin entre le sud de l’Europe et le nord de l’Afrique, le pays ambitionne de jouer le rôle de trait d’union entre l’Europe et le monde arabe, comme en témoigne son intérêt pour tous les forums euro-méditerranéens et notamment le 5+5 (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal + Algérie, Libye, Maroc, Tunisie et Mauritanie). Ainsi, compte-tenu de son positionnement géographique et de sa bonne connaissance de la Lybie, Malte se verrait bien endosser le rôle de médiateur pour une sortie de la crise libyenne. La Valette, consciente d’être la dernière présidence « méditerranéenne » de l’UE avant 2020, souhaite marquer cette priorité notamment par un événement ministériel sur la Méditerranée avec les partenaires régionaux (Jordanie, Liban) et les pays du Golfe.

Sur les questions maritimes, la position centrale de Malte en Méditerranée en fait un hub maritime naturel. Malte avait ainsi accueilli le Sommet du Commonwealth du 27 au 29 novembre 2015, à l’issue duquel la déclaration remettait l’action contre le changement climatique en haut de l’agenda. Une conférence de haut niveau sur l’économie bleue s’est tenue à La Valette, en présence du Secrétaire général de l’UpM et du commissaire Vella, le 20 avril 2017. La Conférence Our Ocean 2017, après celle de Washington tenue en 2016, est prévue à Malte du 5 au 7 octobre 2017, pour évoquer les conséquences climatiques sur les océans de la pollution maritime, de la pêche soutenable et de la croissance liée à l’économie bleue.

Les Nations unies

Malte, qui n’a siégé qu’une fois au Conseil de sécurité, en 1983-1984, souhaite promouvoir sa candidature à un siège non-permanent au CSNU pour la période 2022-2023.

Mise à jour : 02.05.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE