Accès rapide :

Présentation de Madagascar

Présentation

Données générales

Nom officiel : République de Madagascar
Nature du régime : présidentiel
Chef de l’Etat : Hery Rajaonarimampianina (investi le 25 janvier 2014).

Données géographiques

Superficie : 587 040 km²
Capitale : Tananarive
Villes principales : Tananarive, Tamatave, Antsirabe, Fianarantsoa, Majunga
Langues officielles : malgache, français
Langues courantes : malgache, français
Monnaie : ariary (1 € = 3 583 ariary et 1 $US = 3 163 ariary, le 17 mars 2016)
Fête nationale : 26 juin

Données démographiques

Population : 24,24 millions d’habitants (estimation de la Banque mondiale 2015, faute de recensement depuis 1993).
Densité (en 2014) : 40,5 habitants/km²
Croissance démographique : 2,8 %
Espérance de vie à la naissance : 65 ans (Banque mondiale, 2014)
Taux d’alphabétisation des jeunes (15-24 ans) : 70 % (FMI, 2015)
Religions : culte traditionnel axé sur le respect des ancêtres (50 %) ; christianisme (45 %), dont 25 % de catholiques et 20 % de protestants ; islam (5 %)
Indice de développement humain : 154e sur 188 pays (PNUD, 2015)

Données économiques

PIB : 9,98 Mds $ (Banque mondiale 2015)
PIB par habitant : 420 $ (Banque mondiale 2015)
Taux de croissance : 3,0% en 2015, 3,7% prévus en 2016 (Banque mondiale)
Taux de chômage (au sens du BIT) : 3,6 % (Banque mondiale, 2014)
Taux d’inflation : 7,4 % (Banque mondiale, 2015)

Principaux clients (en 2015) : France (15,2%), Etats-Unis (12,7%), Chine (7%), Afrique du Sud (5,9%), Japon (5,5%)
Principaux fournisseurs (en 2015) : Chine (24,8%), France (10,3%), Barhein (5,6%), Inde (5,5%), Koweit (4,5%), Maurice (4,4%)

Répartition du PIB par secteurs (en 2014) :
Primaire (agriculture) : 26,5 %
Secondaire (industrie) : 15,9 %
Tertiaire (services) : 57,6 %

Exportations de la France vers Madagascar : 325 M€ en 2015
Importations françaises depuis Madagascar : 402 M€ en 2015

Consulat (s) de France : Tananarive
Communauté française à Madagascar : 18 299 Français inscrits au registre au 31/12/ 2015, dont 8 951 binationaux
Communauté malgache en France : environ 100 000 personnes

Politique intérieure

Les crises politiques se sont succédées à Madagascar (1972, 1991-92, 2001-2002 et 2009-2013). En 2009, sous la pression de la rue et de l’armée le président Marc Ravalomanana part en exil et Andry Rajoelina prend le pouvoir. L’ensemble de la communauté internationale condamne ce changement de régime et plusieurs organisations régionales suspendent Madagascar. Une médiation est conduite par la SADC et l’UA. Une feuille de route est signée en septembre 2011, par les principales formations politiques malgaches. Elle réforme les institutions de la « Transition » et vise à la tenue d’élections crédibles. Une Commission électorale nationale indépendante est mise en place en mars 2012 et une loi d’amnistie est adoptée en avril. Parallèlement à ce processus, la SADC obtient des deux principaux protagonistes de la crise un engagement à ne pas se présenter aux élections présidentielles - formule dite du « ni-ni », qui crée les conditions d’élections crédibles.

Fin 2013, les élections présidentielles et législatives se déroulent dans le calme, dans des conditions saluées par les missions d’observation électorale. Hery Rajaonarimampianina, ancien ministre des Finances, emporte les présidentielles avec 53,5 % des voix, sur son rival Jean-Louis Robinson. Il est officiellement investi président de la République le 25 janvier 2014. Madagascar reprend sa place dans les organisations régionales, dont elle avait été suspendue.

Aucune majorité politique n’ayant émergé des élections législatives, une longue concertation est nécessaire pour la formation en avril 2014 d’un gouvenement dirigé par Roger Kolo. En octobre 2014, l’ancien président Marc Ravalomanana rentre d’exil. Fin 2014 s’amorce un processus de « réconciliation nationale », sous l’impulsion du Président, associant ses quatre prédécesseurs, avec l’appui du conseil œcuménique des Eglises.

En janvier 2015, le Président nomme un nouveau Premier ministre, Jean Ravelonarivo, et remanie le gouvernement. Le 26 mai 2015, les députés votent une destitution du Président à la majorité des deux tiers, finalement invalidée par la Haute Cour constitutionnelle. Une motion de censure du gouvernment est rejetée à quelques voix près le 3 juillet 2015.
Des élections municipales ont lieu en juillet 2015 : le parti du Président de la République (HVM) remporte la majorité des communes, le parti de Marc Ravalomanana (TIM) la mairie de Tananarive et le parti d’Andry Rajoelina (MAPAR) les grandes villes du nord.

Les élections sénatoriales de décembre 2015 sont une victoire écrasante pour le parti présidentiel. Conformément à la Constitution, la Chambre haute compte 63 sénateurs dont 2/3 sont élus et 1/3 sont désignés par le Président. Pour la plupart, ces derniers appartiennent à la société civile et au monde des affaires. Le président du Sénat, M. Honoré Rakotomanana, 82 ans, a été élu par ses pairs le 9 février 2016. Ce constitutionnaliste est désormais le deuxième personnage de l’Etat.

En avril 2016, le Président de la République nomme un nouveau Premier ministre, M. Solonandrasana Olivier Mahafaly.

Situation économique

La crise politique de 2009-2013 et la crise économique mondiale ont eu un impact lourd sur le développement socio-économique du pays. Madagascar affiche un PIB de 10,6 Md$ et une population de 24,24 millions d’habitants, soit un PIB de 440 $ par habitant estimé, ce qui classe Madagascar parmi les dix pays les plus pauvres du monde.

Les échanges commerciaux de Madagascar ont atteint 5,6 Md € en 2015 (+ 22,8% par rapport à 2014). Le déficit commercial du pays s’est accru de 20,5% (à 1,4 Md €) dans un contexte de rebond des importations (+ 22,3%, 3,5 Md €) et des exportations (+ 23,6%, 2,1 Md €).

En 2015, les exportations de Madagascar représentaient 2,1 Md €. Les principaux postes étaient le nickel (avec montée en puissance de la compagnie minière d’Ambatovy) à 27%, le textile à 23% et les produits agricoles (essentiellement vanille et girofle) à 20%. En 2014, le nickel est devenu le premier produit d’exportation malgache. Au total, les produits miniers représentent déjà plus d’un tiers des exportations. En 2015, exportations malgaches se sont dirigées vers l’UE (41%), la zone APEC (36%), l’Asie émergente et en développement (12%) et vers l’Afrique (9%). Les principaux clients de Madagascar sont la France (15,2%), les Etats-Unis (12,7%), la Chine (7%), l’Afrique du Sud (5,9%) et le Japon (5,5%).

En 2015, les importations malagaches se sont élevées à 3,5 Md €. Les principaux postes étaient les matières premières (22%), les équipements (15%), l’énergie (15%) et les biens de consommation (13%). Les principaux fournisseurs de Madagascar sont la Chine (24,8%), la France (10,3%), le Barhein (5,6%), l’Inde (5,5%), le Koweit (4,5%) et Maurice (4,4%).

Les zones franches jouent un rôle majeur dans le commerce extérieur : 27% des exportations malgaches (dont 75% de textile) et 16% des importations.

La croissance ne réussit pas à décoller : 2,4 % en 2013, 3 % en 2014 et à 3% en 2015. Les secteurs les plus porteurs (agroalimentaire, tourisme, exportations, travaux publics, grande consommation) ne croissent pas suffisamment et l’activité a été tirée ces dernières années principalement par le secteur minier. Par ailleurs, ces secteurs nécessitent des investissements importants que l’instabilité politique persistante et des conditions économiques peu favorables ne permettent pas d’attirer.

Madagascar dispose de très faibles capacités financières, notamment en raison du niveau de recettes fiscales (10% du PIB, l’un des plus faibles du monde), dont l’amélioration constitue une priorité pour les partenaires financiers de Madagascar, particulièrement le FMI. Le gouvernement, qui s’est engagé à élargir l’assiette fiscale, peine à mettre en œuvre une politique fiscale efficace (augmentation du nombre de contribuables, mais collecte inefficace).

Cette faible mobilisation des ressources domestiques a induit un manque important de financement en 2014 et 2015, qui a été comblé en 2014 par les contributions d’aide budgétaire des bailleurs (UE 78 M€, France 40 M€, Banque mondiale 45 M$, Banque africaine de développement 25 M$) qui ont été accordées, puis décaissées fin 2014 et début 2015.

L’aide des bailleurs internationaux

- Le Fonds monétaire international (FMI) Pendant les années de crise, le FMI a limité ses interventions au maintien d’un bureau de liaison. Après les élections de décembre 2013 et la mise en place d’un nouveau gouvernement en avril 2014, le Fonds a mis en place, en juin 2014, une Facilité rapide de crédit (FRC) de 47 M$. En novembre 2015, le FMI a accordé une nouvelle FRC de 47 M$, assortie d’un programme d’accompagnement des réformes économiques nécessaires (Staff Monitored Program, SMP). Les efforts réalisés par le gouvernement malgache dans le cadre de ce SMP seront déterminants dans le processus de conclusion d’un programme de Facilité élargie de crédit (FEC), lui-même conditionnant la montée en puissance des engagements de la communauté internationale. Après une première mission en mars 2016, le FMI a réalisé une seconde mission (juin 2016). Un accord de principe pour un programme triennal (2016-2019) adossé à une FEC d’un montant de 310 M$ a été conclu. Le 27 juillet 2016, le Conseil d’administration du FMI a approuvé un accord de 40 mois au titre de cette facilité élargie de crédit en faveur de Madagascar d’un montant d’environ 304,7 M$.

- La Banque mondiale En décembre 2015, la Banque mondiale a approuvé un crédit de 55 M$ à Madagascar pour un appui budgétaire. En février 2016, la Banque mondiale a accordé à Madagascar l’accès au mécanisme de financement IDA Turnaround Facility, destiné à soutenir les pays fragiles qui démontrent une volonté et capacité à changer leur trajectoire de développement. Le soutien de la Banque à Madagascar pourrait plus que doubler pour s’élever au total à 690 M$ pour la période 2016 à 2018, sous réserve que le pays passe avec succès la revue à mi-2017 des indicateurs de performance du programme d’assistance, en particulier dans le domaine de la bonne gouvernance.

- Autres bailleurs L’Union européenne joue également un rôle majeur à Madagascar avec une programmation - Programme Indicatif National (PIN) - de 518 M€ pour le 11e Fonds européen de développement (2014-2020). Madagascar devrait aussi bénéficier indirectement des fonds FEDER pour la France de l’océan Indien. La Banque africaine de développement (BAD), en complément au Fonds africain de développement (FAD XIII) doté de seulement 50 M$ pour Madagascar, a dégagé 80 M$ de ressources additionnelles du fait du classement par la BAD de Madagascar dans les pays « en situation de fragilité ».

Le Japon a apporté également sa contribution par la mobilisation d’un Fond de contre-valeur existant et s’apprête notamment à octroyer un prêt très concessionnel de 500 M$ pour l’extension du port de Tamatave, conditionné toutefois à l’octroi d’un FEC par le FMI.

Principal bailleur de fonds bilatéral, au coude à coude depuis plusieurs années avec la France, les Etats-Unis ont en outre réintégré Madagascar, qui en était suspendu depuis 2009, au bénéfice des avantages commerciaux préférentiels de l’AGOA (African Growth and Opportunity Act).
Une conférence des bailleurs et des investisseurs, dite « de sortie de crise », régulièrement reportée, devrait se tenir à Paris en 2016.

Politique extérieure

L’ensemble des sanctions a été levé depuis le retour à l’ordre constitutionnel à Madagascar. En mars 2014, Madagascar a réintégré les instances de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), après une suspension de cinq ans. Organisé à Tananarive du 22 au 27 novembre 2016, le XVIe sommet de la Francophonie signe du retour de Madagascar sur la scène internationale et dans la communauté francophone. Rassemblant les chefs d’Etat et de gouvernement, ainsi que les ministres en charge de la Francophonie, ce sommet aura pour thème « Croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone ».
En mars 2016, un nouveau bureau régional de l’OIF pour l’océan Indien a été inauguré par Mme Michaelle Jean à Tananarive.

Au niveau régional, Madagascar a présidé la Commission de l’océan Indien (COI) d’avril 2014 à février 2016. La France a pris le relais de la présidence lors du Conseil de la COI du 26 février 2016, à La Réunion.

Mise à jour : 06.09.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016